Philippe Eymery

Pas d’effet Guggenheim/Bilbao pour le Louvre-Lens

Communiqués

Le 25 Août 2016

Communiqué de presse du groupe FN-RBM au Conseil régional Picardie – Nord Pas de Calais

Dans une tribune publiée par Le Monde du 22 août 2016, Jean-Michel Tobelem, spécialiste de l’économie des musées parle d’échec à propos du Louvre Lens. L’auteur pointe un certain nombre de causes à cet échec qui se traduit par une baisse de fréquentation considérable, celle-ci étant susceptible d’impacter négativement les équilibres financiers de l’établissement.

En installant cet ouvrage de prestige au cœur d’une région sinistrée par 40 ans d’abandon industriel, les promoteurs du projet rêvaient de relancer l’économie locale sur le modèle de ce que Bilbao a connu grâce au musée Guggenheim.

Après l’effet de nouveauté dont a bénéficié le Louvre-Lens au cours des premiers mois, il faut se rendre à l’évidence : les retombées économiques ne sont pas au rendez-vous et le musée semble évoluer en suspension, comme coupé des réalités du territoire qu’il était censé revitaliser. De quoi s’interroger sur le bien-fondé d’une dépense dépassant les 300 millions d’euros, et sur le principe de gratuité appliqué à un grand nombre de visiteurs.

De plus, le poids financier induit par les coûts de fonctionnement de l’établissement – 15 millions d’euros par an – impacte considérablement le budget régional de la culture au détriment de ce qui fait la vitalité d’une région fortement structurée sur ses identités flamandes et picardes : les structures culturelles locales.

Face à ce constat d’échec et soucieux de la bonne gestion des deniers publics, le groupe FN RBM et ses élus Sébastien Chenu et Audrey Havez demandent à la direction du Louvre-Lens de réagir séance tenante. Une nouvelle politique doit être élaborée en concertation avec l’ensemble des élus siégeant au sein du conseil d’administration du musée.

Le service public dévoyé au service des clandestins – après les pompiers, l’hôpital –

Communiqués

Le 18 Août 2016

Il y a quelques jours à peine, nous dénoncions par communiqué le détournement illicite du service public des pompiers, en faveur des clandestins.

Nous dénoncions le coût de telles interventions pour la collectivité ainsi que le dévoiement intolérable que cela constitue au regard des missions assignées à ce service par la loi, pendant que les français sont, eux, de plus en plus abandonnés à leur sort.

Nous apprenons que cette dérive devient la norme puisqu’elle concerne aussi désormais l’hôpital de Dunkerque :

– aux Urgences de Dunkerque, un guichet est dévolu aux migrants quand certains patients doivent attendre plus d’une heure avant d’être pris en charge,

– une salle de soins leur est réservée,

– un médecin est spécialement détaché pour eux,

– ils repartent avec des médicaments offerts gracieusement par l’hôpital mais payés par nos impôts ! Pendant que les français se saignent pour régler frais de mutuelle, médicaments et soins… pour les clandestins, illégaux sur le territoire, c’est la gratuité…

Le groupe FN – RBM au Conseil régional Picardie – Nord Pas de Calais dénonce cette situation intolérable.

Il exige que soit révélé aux administrés le montant des frais de santé engagés en faveur des clandestins.

Il exige que les habitants du Dunkerquois cessent d’être les victimes collatérales du traitement.

Camp de migrants de Grande-Synthe : nouvelle zone de non-droit.

Communiqués

Le 17 Août 2016

En une semaine, 5 rixes ont éclaté au camp de migrants de Grande-Synthe, ouvert illégalement à l’initiative du Maire , puis officialise par l’Etat. Bagarres au couteau, fusillades et blessés par arme à feu, rixes entre bandes… la violence fait partie du quotidien camp de Grande-Synthe. A chaque fois les services publics dont mobilisés : police, CRS, pompiers .La propagande d’Etat transforme ces clandestins pour motif économique en réfugiés de guerre. Ces hommes qui ont officiellement fui la guerre dans leur pays importent la violence chez nous !

Philippe Eymery et Adrien Nave dénoncent ce laxisme honteux des pouvoirs publics. L’angélisme et le pseudo « humanisme » affichés par ces irresponsables politiques coûtent de plus en plus cher aux contribuables.

Philippe Eymery et Adrien Nave appellent, une nouvelle fois l’Etat et la ville de Grande-Synthe, à prendre leur responsabilité, à faire respecter la loi et à assurer la sécurité des habitants du Dunkerquois. Ils demandent:

– le démantèlement immédiat du camp de Grande-Synthe

– la suspension des accords de Schengen

– une inversion de la politique migratoire et l’expulsion des clandestins

– la mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les pays ou à la frontière des pays en guerre.

Corruption, ce mal qui appauvrit le Pays

Communiqués

Communiqué de presse de Philippe Eymery, Président du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Le 18 mai 2016

Passe droits, pots de vin, entente : de temps en temps un scandale éclate. Soit que les victimes parlent, soit qu’un complice mal servi décide de raconter. Cependant, c’est la loi du silence qui prévaut dans la très grande majorité.

On estime le surcoût de cette corruption à près de 30 % de l’économie réelle. C’est dire son importance.

La presse parle  » des élus du Dunkerquois, tous bords confondus « . Précisons à l’exception des élus Front national.

Ce nouveau scandale risque d’éclabousser l’UMPS régional. En effet, une vingtaine d’entrepreneurs du bâtiment dunkerquois qui en avaient assez d’être tondus, ont choisi de dénoncer le racket qu’ils subissaient.

Le montant de ce « pizzo » atteindrait plusieurs centaines de milliers d’euros. Les enquêteurs entrevoient un système de financement politique illégal au bénéfice de la droite comme de  la gauche. Cette triste affaire voit se mêler le MEDEF, un office HLM, la franc-maçonnerie locale, la gauche et la droite.

Bafouant la présomption d’innocence, le MEDEF débarque en vitesse son représentant local jusqu’alors bien en cour. Ils nous diront qu’ils ne savaient pas !

Hier la mafia rose du Pas de Calais, aujourd’hui les liaisons dangereuses de l’UMPS dans le Nord.

Au printemps 2014, lors de la chute de la maison Delebarre, certains naïfs ont cru que la nouvelle équipe ouvrirait les placards. Peine perdue. Le nouveau maire n’a même pas voulu que la Ville porte plainte ou se constitue partie civile pour les 18 collaborateurs de cabinet illégaux de l’ancien maire. Un préjudice pourtant estimé à près de 6 millions d’euros sur le mandat 2008-2014.

Au-delà du cas aujourd’hui monté en épingle de ces 2 hommes, c’est tout le système qui doit être réformé.

Monsieur Bertrand, le sans-papier refoulé

Communiqués

Communiqué de presse de Philippe Eymery, Président du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Le 17 mai 2016

« On est toujours puni par là où on a péché » affirme l’adage populaire.

Monsieur Bertrand, l’homme qui se croit au-dessus des lois, vient d’en faire l’amère expérience à ses dépens.

Désireux de se rendre en Angleterre en tant que copilote d’un chauffeur routier et d’éprouver ainsi par lui-même les désagréments et difficultés rencontrés par la profession soumise depuis des mois aux assauts répétés des migrants, Monsieur Bertrand s’est vu interdire le passage, les services de la douane anglaise refusant de laisser entrer… un clandestin sans-papiers. Ce dernier avait négligé de s’en munir, habitué qu’il est à bénéficier des passe-droits et de la complaisance à son égard du gouvernement socialiste.

Ni sa fonction de président d’une des plus importantes régions de France, ni son, passé d’ancien ministre n’ont pourtant réussi à impressionner les serviteurs de sa gracieuse majesté.

Il est heureux et réconfortant de constater qu’il existe encore des hommes d’honneur et de devoir soumis au seul principe de respect de la loi pour tous.

Le préfet de Région, représentant de l’Etat et garant de la loi, ferait bien d’e s’en inspirer, lui qui fait preuve d’une complaisance coupable à l’égard des manquements à la loi dont s’est rendu responsable à maintes reprises le Président de Région dans sa conduite des affaires régionales, tout particulièrement au regard des droits de l’opposition maltraitée et niée.

Le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine désireux d’assumer pleinement la mission que lui ont confiée les électeurs de notre Région par un travail d’opposition rigoureux et constructif appelle Monsieur Bertrand, Président de l’Exécutif régional au respect de la loi à son égard. En maltraitant l’opposition régionale c’est finalement la démocratie qui est atteinte.

En permettant à l’opposition de jouer pleinement son rôle, Monsieur Bertrand s’honorerait et montrerait le respect qui doit être accordé au million de voix qui s’est porté sur la liste conduite par Marine Le Pen lors des dernières élections régionales.

Après Calais, Grande-Synthe… Il faut que cela cesse !

Communiqués

Communiqué de presse de Philippe Eymery, Président du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Le 17 mai 2016

Le Dunkerquois n’était pas suffisamment victime de la crise économique et sociale enfantée par les gouvernements UMPS : Il faut désormais ajouter à cela l’insécurité et la violence résultant de la submersion migratoire.

En créant un camp de migrants sur le site de la Linière, à Grande-Synthe, le maire pseudo écologiste de Grande-Synthe a ajouté un deuxième problème à celui de Calais. Le laxisme du gouvernement qui au départ ne voulait pas de ce camp est incompréhensible et coupable.
Les migrants installés dans ce camp s’en prennent désormais, par groupes de dix, aux automobilistes qui refusent de s’arrêter et de se conformer à leurs injonctions. Ils déposent des rondins, des branchages, des cônes de signalisation, etc. sur la chaussée afin d’immobiliser le trafic, faisant courir un grand danger aux usagers, selon les propos mêmes des policiers.

La mise en danger de la vie d’autrui est avérée. Le gouvernement socialiste et le maire de Grande- Synthe doivent prendre la seule décision qui vaille : démanteler ce camp. S’ils ne le font nous les tiendrons pour responsables de tout accident.

Philippe Eymery et Adrien Nave, élus Front National – Rassemblement Bleu Marine, avaient dénoncé il y a peu les conséquences de cette politique irresponsable pour les habitants du Dunkerquois… Encore une fois, ils ont eu raison, seuls face à l’aveuglement général des politiciens du système.
Il est temps que le calme et la tranquillité auxquels ont droit nos compatriotes reviennent dans le Dunkerquois comme dans le Calaisis. Il suffit pour cela de faire preuve de détermination et de fermeté.

Ainsi, le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine appelle les pouvoirs publics, l’Etat et la Région, à prendre leurs responsabilités. Nous demandons :
– le démantèlement immédiat de tous les camps illégaux
– une inversion de la politique migratoire et l’expulsion des clandestins
– la mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les pays ou à la frontière des pays en guerre.

Crise migratoire : le port de Calais en grand danger

Communiqués

Communiqué de presse de Philippe Eymery, Adrien Nave et Rudy Vercucque, conseillers régionaux du groupe Front national Rassemblement Bleu Marine

Le 27 avril 2016

Pour Philippe Eymery, Adrien Nave et Rudy Vercucque, conseillers régionaux, la situation est devenue intenable au port de Calais. Alors que le conseil régional s’est engagé en faveur de calais port 2015 pour donner un nouveau souffle au calaisis et développer la Côte d’Opale, les efforts des habitants de la région sont réduits à néant par la folle politique UMPS d’accueil des clandestins.

Jour après jour, nuit après nuit, la situation se dégrade. Les trois premiers mois de 2016 sont catastrophiques : le port de Calais a perdu 100.000 passagers et 30.000 camions en raison des migrants. Chaque mois, ce sont près de 80.000 euros qui sont dépensés par le port pour refaire les grillages détruits par les migrants. Le 21 avril entre 00h00 et 12h00 le port a intercepté dans des poids lourds plus de 144 migrants.

Après les commerçants, c’est maintenant au port de Calais de subir le retour de bâton des choix irresponsables de Natacha Bouchart.et de l’UMPS. La maire qui parlait de richesse culturelle exceptionnelle concernant les migrants a perdu le contact de la réalité. Les autorités portuaires sont lassées d’une situation qui ne cesse de se dégrader, craignant pour leur activité professionnelle, leur emploi et leur ville.

Les mesures d’urgence prises par le conseil régional ne sont pas à la mesure du problème. C’est la politique migratoire qu’il faut revoir de fond en comble en inversant le flux migratoire et en organisant le retour des migrants.

Calais, ce n’est pas seulement un port qui souffre, mais bien toute une ville. Commerces fermés, habitants rencontrés à bout de nerf, migrants sur les routes, ambiance morose. Calais n’est plus ce qu’elle était.

Face à cette situation d’urgence, le groupe FN – RBM demande au gouvernement :

– le démantèlement des camps de de Calais et Grande-Synthe,

– l’expulsion des clandestins,

– la création en urgence de zones humanitaires sécurisées dans les pays concernés par un état de guerre, ou à leur frontière.

La banane bleu-blanc-rouge un exemple de patriotisme économique et écologique

Communiqués

Communiqué de presse de Philippe Eymery, président du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Le 21 avril 2016

Une chance pour l’économie portuaire de Dunkerque

Les producteurs antillais de bananes ont adopté une stratégie gagnante : le fruit est vendu plus cher mais mieux présenté avec un ruban adhésif bleu blanc rouge inviolable et une traçabilité garantie.

La qualité et la provenance de ce fruit sont mises en avant. Cette stratégie permet d’extraire « la banane de la guerre des prix »*.
L’Union des producteurs de bananes de Martinique vise 10% du marché français pour 2017 avec à la clé, pour l’économie portuaire de Dunkerque, 150 créations d’emplois.

Dans le même temps, la filière a réduit depuis 2007 l’usage des pesticides de moitié. Cette manière de produire écologique a permis un retour surprenant de la biodiversité en Martinique.

En résumé, le patriotisme économique c’est bon pour l’emploi local et l’environnement !

Le groupe Front National Rassemblement Bleu Marine se félicite du succès d’une stratégie économique patriote et écologique qu’elle prône depuis des années. Nous encourageons d’autres secteurs à s’inspirer de cette stratégie pour développer l’emploi en France dans le respect de l’environnement.

* Les Echos.fr « La banane bleu-blanc-rouge débarque en force à Dunkerque » 12/04/2016

SRD : chronique de l’abandon par l’Etat d’une politique industrielle nationale.

Communiqués

Le 7 avril 2016

Pour Philippe EYMERY et Adrien NAVE, le couperet est tombé. Cette fois, SRD c’est véritablement terminé ! Depuis maintenant trois ans, la Société de la Raffinerie de Dunkerque et ses salariés étaient en difficulté. En août 2014, le groupe Colas, filiale de Bouygues, a décidé de mettre fin à plus de 100 emplois. Aujourd’hui se sont les 115 derniers salariés qui sont abandonnés.

Le Bitume et la pétrochimie restent des secteurs clés pour le développement économique de la France et du Dunkerquois. Malheureusement l’Etat a décidé de ne pas s’embêter avec ce dossier. Nous payons une vision nationale à court terme et l’abandon d’une vraie politique industrielle nationale. Localement le tapage médiatique des Etats généraux de l’Emploi Local se révèle pour ce qu’il est : une opération de communication.

Cette fermeture laisse également libre champ aux concurrents européens. La Belgique et les Pays-Bas le savent parfaitement et continuent d’investir dans le bitume.

Une solution est possible : faire pression sur Colas et Bouygues pour mettre un plan industriel de reconversion en place avec des investissements de remplacement.

Le groupe Front National-R.B.M demande que l’usine ne soit pas démantelée et qu’une unité recherche et développement soit mise en place assurant ainsi la pérennité du site. Dans le même temps des actions concrètes doivent être menées avec l’ensemble des partenaires sociaux pour accompagner les salariés vers une reconversion ou un retour à l’emploi rapide.