FN

Pas d’effet Guggenheim/Bilbao pour le Louvre-Lens

Communiqués

Le 25 Août 2016

Communiqué de presse du groupe FN-RBM au Conseil régional Picardie – Nord Pas de Calais

Dans une tribune publiée par Le Monde du 22 août 2016, Jean-Michel Tobelem, spécialiste de l’économie des musées parle d’échec à propos du Louvre Lens. L’auteur pointe un certain nombre de causes à cet échec qui se traduit par une baisse de fréquentation considérable, celle-ci étant susceptible d’impacter négativement les équilibres financiers de l’établissement.

En installant cet ouvrage de prestige au cœur d’une région sinistrée par 40 ans d’abandon industriel, les promoteurs du projet rêvaient de relancer l’économie locale sur le modèle de ce que Bilbao a connu grâce au musée Guggenheim.

Après l’effet de nouveauté dont a bénéficié le Louvre-Lens au cours des premiers mois, il faut se rendre à l’évidence : les retombées économiques ne sont pas au rendez-vous et le musée semble évoluer en suspension, comme coupé des réalités du territoire qu’il était censé revitaliser. De quoi s’interroger sur le bien-fondé d’une dépense dépassant les 300 millions d’euros, et sur le principe de gratuité appliqué à un grand nombre de visiteurs.

De plus, le poids financier induit par les coûts de fonctionnement de l’établissement – 15 millions d’euros par an – impacte considérablement le budget régional de la culture au détriment de ce qui fait la vitalité d’une région fortement structurée sur ses identités flamandes et picardes : les structures culturelles locales.

Face à ce constat d’échec et soucieux de la bonne gestion des deniers publics, le groupe FN RBM et ses élus Sébastien Chenu et Audrey Havez demandent à la direction du Louvre-Lens de réagir séance tenante. Une nouvelle politique doit être élaborée en concertation avec l’ensemble des élus siégeant au sein du conseil d’administration du musée.

Quand le cynisme politique de Mme Bouchart est « hors de contrôle »

Communiqués

Le 23 Août 2016

 

Communiqué de Philippe Eymery, Président du groupe Front National

Rassemblement Bleu Marine au Conseil régional Picardie – Nord Pas de Calais

 

Selon Mme Bouchart : « La violence des migrants est hors de contrôle » et aurait atteint des niveaux « incontrôlables ». Constatant que « Les policiers ne sont pas assez nombreux et sont épuisés », elle « demande à l’armée d’intervenir. »

Pourtant, il y a peu, Mme Bouchart déclarait encore sa flamme aux illégaux, n’hésitant pas à affirmer « Les migrants, une richesse culturelle exceptionnelle ».  (Valeurs actuelles du 31 août 2015)

Décidément, chez Mme Bouchart et son mentor, le président du Conseil régional, si quelque chose est bien hors de contrôle c’est le cynisme politique et la mauvaise foi.

Cynisme politique et mauvaise foi car les mesures qu’ils préconisent – construction de murs, déplacement des migrants vers des camps de transit aux quatre coins de la France, couvre-feu et intervention de l’armée -, ne font qu’aménager et déplacer le problème, et sont un gouffre financier pour le contribuable.

En vérité, Mme Bouchart et les membres de sa famille politique sont soumis au diktat de la politique immigrationniste de Bruxelles : Ils font semblant de s’émouvoir des conséquences d’une immigration qu’ils appellent de leurs vœux.

Une seule force politique, le Front National, dispose du courage et de la volonté de résoudre définitivement le problème de la jungle en combattant ses véritables causes : la perte de souveraineté nationale aux frontières.

Ainsi, le groupe FN-RBM au Conseil régional Picardie – Nord Pas de Calais demande à nouveau :

– le démantèlement immédiat de tous les camps illégaux

– une inversion de la politique migratoire et l’expulsion des clandestins

– la suspension des accords européens de Schengen et la restauration de notre souveraineté aux frontières

Le service public dévoyé au service des clandestins – après les pompiers, l’hôpital –

Communiqués

Le 18 Août 2016

Il y a quelques jours à peine, nous dénoncions par communiqué le détournement illicite du service public des pompiers, en faveur des clandestins.

Nous dénoncions le coût de telles interventions pour la collectivité ainsi que le dévoiement intolérable que cela constitue au regard des missions assignées à ce service par la loi, pendant que les français sont, eux, de plus en plus abandonnés à leur sort.

Nous apprenons que cette dérive devient la norme puisqu’elle concerne aussi désormais l’hôpital de Dunkerque :

– aux Urgences de Dunkerque, un guichet est dévolu aux migrants quand certains patients doivent attendre plus d’une heure avant d’être pris en charge,

– une salle de soins leur est réservée,

– un médecin est spécialement détaché pour eux,

– ils repartent avec des médicaments offerts gracieusement par l’hôpital mais payés par nos impôts ! Pendant que les français se saignent pour régler frais de mutuelle, médicaments et soins… pour les clandestins, illégaux sur le territoire, c’est la gratuité…

Le groupe FN – RBM au Conseil régional Picardie – Nord Pas de Calais dénonce cette situation intolérable.

Il exige que soit révélé aux administrés le montant des frais de santé engagés en faveur des clandestins.

Il exige que les habitants du Dunkerquois cessent d’être les victimes collatérales du traitement.

Camp de migrants de Grande-Synthe : nouvelle zone de non-droit.

Communiqués

Le 17 Août 2016

En une semaine, 5 rixes ont éclaté au camp de migrants de Grande-Synthe, ouvert illégalement à l’initiative du Maire , puis officialise par l’Etat. Bagarres au couteau, fusillades et blessés par arme à feu, rixes entre bandes… la violence fait partie du quotidien camp de Grande-Synthe. A chaque fois les services publics dont mobilisés : police, CRS, pompiers .La propagande d’Etat transforme ces clandestins pour motif économique en réfugiés de guerre. Ces hommes qui ont officiellement fui la guerre dans leur pays importent la violence chez nous !

Philippe Eymery et Adrien Nave dénoncent ce laxisme honteux des pouvoirs publics. L’angélisme et le pseudo « humanisme » affichés par ces irresponsables politiques coûtent de plus en plus cher aux contribuables.

Philippe Eymery et Adrien Nave appellent, une nouvelle fois l’Etat et la ville de Grande-Synthe, à prendre leur responsabilité, à faire respecter la loi et à assurer la sécurité des habitants du Dunkerquois. Ils demandent:

– le démantèlement immédiat du camp de Grande-Synthe

– la suspension des accords de Schengen

– une inversion de la politique migratoire et l’expulsion des clandestins

– la mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les pays ou à la frontière des pays en guerre.

Camp de Grande-Synthe : une mise en danger des habitants par chantage du maire et laxisme de l’Etat

Communiqués

Le 30 mai 2016

Le Ministre de l’Intérieur vient ce lundi à Grande-Synthe officialiser la prise en charge par l’Etat du camp de la Linière.

Initialement imposé par le maire EELV M.Carême et les associations largement subventionnées Médecins sans frontières et Utopia 56, le camp avait été jugé dangereux et illégal par le préfet. C’est maintenant l’Etat, donc nos impôts, qui supportent le coût de fonctionnement estimé à 4 millions d’euros par an.

Au camp de Calais, des affrontements sanglants entre communautés de migrants ont fait près de 60 blessés jeudi dernier. Aujourd’hui l’Etat vient à Grande-Synthe féliciter M. Carême de son initiative et s’empresse de vouloir prendre en charge ce campement dangereux avec l’argent du contribuable français.

Quel signal fort envoyé aux associations immigrationnistes, aux centaines de milliers de candidats à l’exode économique et aux mafias qui organisent ce juteux trafic d’êtres humains ! L’Etat est une fois de plus coupable d’un laxisme susceptible de mettre la vie de nos compatriotes en danger.

Devant les trahisons répétées du gouvernement, le Front National lui demande d’appliquer les 3 seules mesures capables de résoudre la crise migratoire en France et en Europe :

– le démantèlement de tous les camps illégaux

– une inversion rapide des flux migratoires

– l’expulsion des clandestins vers des zones humanitaires sécurisées dans les pays concernés par un état de guerre, ou à leur frontière.

Sauvons le tourisme, les entreprises et les emplois touristiques !

Communiqués

Communiqué de presse de Patricia Chagnon, conseillère régionale du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Le 24 mai 2016

Dans le cadre du vote des budgets, celui consacré au  « tourisme »  va passer de 11 700 000€  à 12 284 514€. En appui de ces actions directes en faveur du tourisme, Xavier Bertrand prévoit aussi d’augmenter dans un proche avenir le budget de la culture de 40 000 000€, car le président du conseil régional y voit aussi un intérêt  touristique.

Malgré des efforts financiers colossaux, les chiffres de la saison touristique du printemps 2016 sont sans appel : les touristes étrangers désertent en masse le Nord-Pas-de-Calais : ils ne représentent plus que 20% des touristes, l’une des plus faibles parts depuis 10 ans …. Surtout les touristes britanniques se font de plus en plus rares dans le Pas de Calais, sur le littoral et dans les campings.

L’exécutif régional aujourd’hui tente d’occulter une vérité qui le dérange : la menace terroriste qui continue à peser  sur la  France et l’invasion migratoire sur le littoral avec de graves incidents sur l’A16 perdurent et ont des répercussions économiques particulièrement graves.

Ces incidents multiples associés à des images parfois dignes d’une guerre civile  sont très régulièrement  relatés dans la presse étrangère.

Aucun budget de communication ou de programmation culturelle ne saura tromper le touriste étranger : pour lui et pour sa famille il veut d’abord la sécurité !

La région Picardie-Nord-Pas-de-Calais compte 61 300 emplois touristiques qui sont directement menacés.

Le Front National dénonce l’inertie de l’état et la complaisance insidieuse de Mr Bertrand.

Le Front National demande le démantèlement immédiat des camps illégaux de migrants, la reconduction à la frontière de toute personne en situation irrégulière ainsi que des contrôles à toutes nos frontières et les points d’entrée sur le territoire national.

Halluin : Excédés par les quads, ils créent un collectif

Communiqués

Communiqué de presse de Virginie Rosez et Christophe Marécaux, conseillers régionaux du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Le 20 mai 2016

Un article du journal Nord Eclair – Edition du 16 mai 2016 – relate la situation intenable subite du printemps à la fin de l’été depuis 3 ans par les riverains du quartier des fleurs au Colbras.

Les riverains ont alerté les pouvoirs publics.

L’article précise :

En cause, des rodéos de motos, quads, scooters et voitures jusque tard dans la nuit, le regroupement d’individus sur les parkings et les espaces verts, la vente de substances illicites ou encore les dépôts de déchets en tout genre sur la voirie.

Les halluinois(es) sont victimes du laxisme de leur maire qui n’agit pas et laisse la situation se détériorer au fil des années.

Nous ne pouvons tolérer de tels agissements qui, de plus, perdurent sur trois ans au détriment de la tranquillité et de la sécurité de tous.

Nous demandons au maire d’Halluin, monsieur Gustave Dassonville, de prendre immédiatement les mesures qui s’imposent, d’envisager la mise en place d’une police municipale suite à un référendum.

Il est urgent et impératif de mettre fin aux agissements d’individus perturbateurs  afin de permettre aux riverains  du quartier des  fleurs au Colbras de retrouver la tranquillité, le calme et la sécurité

L’incinérateur Flamoval, un non-sens économique et écologique

Communiqués

Communiqué de presse de Hortense de Méreüil, élue du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine au Conseil régional Picardie – Nord – Pas de Calais et de Quentin Bourgeois, conseiller municipal à Saint Omer

Le 19 mai 2016

L’incinérateur de déchets ménagers Flamoval de Arques était dépassé avant sa création. La priorité en matière de gestion de déchets est de réduire les quantités produites et de promouvoir les actions de recyclage afin de limiter l’impact de notre société de consommation sur l’environnement.

Flamoval ne se justifiait pas à l’époque de sa création puisque le gisement avait déjà été largement surévalué, (92.500 tonnes prévus, 80.000 tonnes brulés actuellement). Les décideurs politiques se sont fait bercer d’illusion par les professionnels du déchet indifférent à l’intérêt général.

Le déficit d’alimentation de l ‘usine dû à une tendance générale de réduction des déchets oblige donc l’entreprise à faire appel à des déchets d’activité économique pour tenter de plafonner le cout d’incinération de la tonne à 110€ qui était pourtant prévu à 90€ au départ. Ce surcout sera bien entendu supporté par le contribuable !

Quant aux performances de valorisation énergétique, cette usine s’avère également dépassée. Le projet de valorisation de la vapeur, prévu dans le projet initial, n’a toujours pas vu le jour. Pour valoriser la vapeur, il faudra encore une rallonge financière alors que le budget initial a déjà été dépassé de 23,3 millions d’euros.

Au-delà de cette gabegie financière, le plus grave est le mépris de la santé de nos concitoyens. En réalité, l’incinération est une des causes connues de pollution de l’air. Il convient de diminuer voire de supprimer ce type de pollution dans notre région Picardie – Nord Pas de Calais.

L’Audomarois est une région de production agricole et de transformation agroalimentaire et la pollution de Flamoval contamine les produits agricoles exportés vers les autres régions et ingérés par les consommateurs. L ‘industrie agro-alimentaire de l’Audomarois qui a longtemps combattu ce projet n‘avait pas besoin d’une telle installation ne serait-ce que pour son image de marque et d’impact sanitaire.

Neuf usines de ce type dans le Nord Pas de Calais, même si elles sont aux «normes réglementaires», participent de cette pollution atmosphérique massive aux particules fines qui classent notre région en tête des régions concernées. Il n’y a pas de normes en dessous desquelles l’organisme humain serait tolérant face à la nature de ces rejets. Les habitants payent un lourd tribut pour leur santé et pour leur porte-monnaie de cette gestion catastrophique des déchets. Cette fuite en avant doit prendre fin.

Le Front National, Rassemblement Bleu Marine demande que dans le cadre de ses compétences le Conseil régional mette en vigueur rapidement un plan régional d’élimination des déchets sur la base des principes suivants :

  • Un tri sélectif fin généralisé sur tout le territoire de la région Picardie Nord Pas de Calais
  • Une meilleure coopération des installations existantes
  • Un transport des déchets par voies fluviales ou voie ferrées
  • La fermeture des incinérateurs les plus vétustes et polluants.

Corruption, ce mal qui appauvrit le Pays

Communiqués

Communiqué de presse de Philippe Eymery, Président du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Le 18 mai 2016

Passe droits, pots de vin, entente : de temps en temps un scandale éclate. Soit que les victimes parlent, soit qu’un complice mal servi décide de raconter. Cependant, c’est la loi du silence qui prévaut dans la très grande majorité.

On estime le surcoût de cette corruption à près de 30 % de l’économie réelle. C’est dire son importance.

La presse parle  » des élus du Dunkerquois, tous bords confondus « . Précisons à l’exception des élus Front national.

Ce nouveau scandale risque d’éclabousser l’UMPS régional. En effet, une vingtaine d’entrepreneurs du bâtiment dunkerquois qui en avaient assez d’être tondus, ont choisi de dénoncer le racket qu’ils subissaient.

Le montant de ce « pizzo » atteindrait plusieurs centaines de milliers d’euros. Les enquêteurs entrevoient un système de financement politique illégal au bénéfice de la droite comme de  la gauche. Cette triste affaire voit se mêler le MEDEF, un office HLM, la franc-maçonnerie locale, la gauche et la droite.

Bafouant la présomption d’innocence, le MEDEF débarque en vitesse son représentant local jusqu’alors bien en cour. Ils nous diront qu’ils ne savaient pas !

Hier la mafia rose du Pas de Calais, aujourd’hui les liaisons dangereuses de l’UMPS dans le Nord.

Au printemps 2014, lors de la chute de la maison Delebarre, certains naïfs ont cru que la nouvelle équipe ouvrirait les placards. Peine perdue. Le nouveau maire n’a même pas voulu que la Ville porte plainte ou se constitue partie civile pour les 18 collaborateurs de cabinet illégaux de l’ancien maire. Un préjudice pourtant estimé à près de 6 millions d’euros sur le mandat 2008-2014.

Au-delà du cas aujourd’hui monté en épingle de ces 2 hommes, c’est tout le système qui doit être réformé.

L’acier en tube : dégringolade en cascade…

Communiqués

Communiqué de presse de Philippe Eymery et Adrien Nave, élus du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Le 17 mai 2016

Après Europipe il y a deux ans, c’est aujourd’hui au tour de la société Eupec Pipecoatings France, spécialisée dans les travaux de revêtements et de traitements intérieur et extérieur sur les tubes d’acier de mettre en place un plan social.

Les dégâts sont importants : suppression de 57 emplois sur les 106 !

Devons-nous y voir les effets de l’importation de tubes étrangers sur le marché français, notamment avec la construction du terminal méthanier ? Bien évidemment !

Dès le lancement du chantier du Terminal Méthanier et de la conduite de gaz de Spycker, Philippe Eymery, Adrien Nave et le Défi Dunkerquois avaient demandé la priorité des commandes aux entreprises locales et de l’embauche aux Français.

Sur les 550 Km de tubes commandés, seul 30 Km ont été attribués à Europipe. Le reste de la commande est parti hors du territoire national. Aujourd’hui c’est l’ensemble de la chaîne qui est impactée.

L’emploi français subit les décisions irresponsables de nos politiques !

Philippe Eymery et Adrien Nave dénoncent une nouvelle fois cette Europe qui détruit les entreprises et les emplois Français avec la complicité des décideurs politiques. Vite la mise en place dans les appels d’offres des critères de mieux disant social et environnemental pour favoriser les emplois locaux. Vite la mise en place d’un protectionnisme intelligent pour protéger nos entreprises !