Post navigation

Motions & voeux

Motion d’urgence déposée par le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine Priorité rurale : la région doit agir

Conseil régional Hauts-de-France
Picardie – Nord-Pas-de-Calais
Séance plénière du 1er février 2018

Motion d’urgence déposée par le groupe
Front National – Rassemblement Bleu Marine

 

Priorité rurale : la région doit agir

 

Toutes les études en attestent, Insee, Statiss, INHESJ … les territoires périphériques et les terroirs ruraux ont de moins en moins accès aux services publics de la vie courante de base. En Picardie, de nombreux territoires sont à plus de 15 minutes de temps d’accès aux principaux services de la vie courante. Par la route ! Il est possible d’imaginer la difficulté que cela représente pour les personnes non véhiculées.

L’exode rural des services publics s’observe également par l’école : en trente ans, un tiers des communes françaises ont perdu la leur. Tout récemment, l’Académie de la Somme a annoncé la fermeture de 63 classes au profit de dédoublement des classes dans les zones d’éducation prioritaires. Une terrible discrimination pour les zones rurales.

Les choix opérés par la SNCF, notamment la fermeture de lignes régionales et locales car trop coûteuses et pas assez rentables, pénalisent nos territoires ruraux.

La fracture numérique, véritable frein au développement économique et aux innovations, se fait encore sentir aujourd’hui, y compris pour l’accès à l’administration.

Les services publics, et les services au public (gendarmeries, centres de soins, postes, écoles, commerces, maisons de retraite…), disparaissent progressivement, ignorant les besoins les plus élémentaires de nos concitoyens.

La rénovation de logements, organisée souvent par le seul prisme du logement collectif, met à nouveau de côté les communes périphériques et rurales.

Cette relégation de la France rurale n’a cessé de croître au fil des années, alimentées par une Politique de la Ville qui a irrigué les grandes villes et les banlieues en milliards d’euros, pour un résultat globalement mauvais.

Qui voudrait rester ou s’installer sur un territoire où il n’y a plus d’école, plus de gendarmerie, plus de commerces, et bientôt même plus de mairie ?
Pourtant, l’INSEE observe depuis plusieurs années un solde migratoire positif en milieu rural, et négatif en milieu urbain. À l’heure où les Français se tournent vers nos campagnes, les territoires ont besoin de se développer !

La solution réside dans un changement de modèle : d’abord de manière immédiate par un rééquilibrage des moyens, en priorisant la ruralité dans le cadre budgétaire ; et à plus long terme en rupture avec la politique de déménagement du territoire, en rétablissant l’harmonie entre nos territoires.

Le Conseil régional, réuni en séance plénière du 1er février 2018 :
– affirme son soutien à l’ensemble des territoires périphériques et ruraux de notre région ;

– applique désormais le principe de « priorité rurale », dans le cadre du budget régional, afin de garantir à tous l’accès aux services publics et aux services au public.

About fn-rbm