Post navigation

Communiqués

Rénovation énergétique des logements : la Région ne peut agir seule !

Lille, le 26 avril 2018.

 

En région Hauts-de-France, un ménage sur cinq se trouve en situation de précarité énergétique ou grande vulnérabilité face au coût de l’énergie. 68% des logements sont considérés comme énergivores, et entraînent une surconsommation, pénalisant ainsi l’environnement et le budget des familles. Ces chiffres, donnés notamment par le réseau Solidaires pour l’Habitat (SOLIHA), posent bien l’énorme défi auquel notre région doit faire face.

Plusieurs dispositifs ont émergé ces dernières années, pour soutenir les travaux de rénovation dans le parc privé et public, portés par les collectivités territoriales. Mais ces dispositifs restent souvent insuffisants pour opérer une véritable massification sur l’ensemble du territoire national.

Les classes moyennes, qui subissent des difficultés toujours plus grandes, et les classes populaires souffrent encore aujourd’hui d’une grande précarité énergétique. Si l’on ajoute à cela les hausses perpétuelles d’impôts, et la baisse du pouvoir d’achat, l’avenir semble bien sombre pour nos territoires ruraux.

Le Conseil régional, par le biais de sa régie publique (le SPEE, basé à Amiens), souhaite agir pour accélérer la rénovation énergétique des logements dans les Hauts-de-France. Depuis peu à la tête de la structure, Philippe Rapeneau (président de la Communauté Urbaine d’Arras et vice-président du Conseil régional) a décidé une nouvelle orientation du dispositif, qui était jusqu’alors en phase expérimentale. En effet, celui-ci a redéfini la priorité du SPEE : le logement collectif et la copropriété.

Comment ne pas s’offusquer d’une telle décision, qui donne la priorité aux grands ensembles urbains et défavorise à nouveau nos territoires ruraux, composés essentiellement de logements individuels ?

Alexis Salmon, vice-président du groupe FN-RBM au Conseil régional, et administrateur du SPEE (Service Public de l’Efficacité Energétique), s’est opposé à plusieurs reprises à cette décision, interpelant M. Rapeneau en séance plénière ou lors des conseils d’administration.

Le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine propose dans son projet régional un plan de rénovation thermique des logements, grâce à un rôle prépondérant de l’Etat et en partenariat avec l’ensemble des collectivités territoriales. Une priorité pour le pouvoir d’achat des habitants des Hauts-de-France, ainsi que pour tendre vers la sobriété énergétique. Dans le même temps, l’accompagnement d’innovations dans la production d’énergies propres est indispensable.

 

Philippe Eymery, président du groupe FN – RBM
Alexis Salmon, vice-président du groupe FN – RBM, administrateur du SPEE à Amiens

About fn-rbm