Post navigation

Communiqués

Plan social chez Castorama : du travail détaché « à l’envers » contre les travailleurs français.

Lille, le 5 mars 2018.

Castorama va transférer ses équipes comptables françaises de Templemars vers la Pologne où il va créer un centre de services partagés. Ce sont près de 450 employés qui sont concernés par cette décision.

Le groupe justifie cette décision par le recul de ses ventes et de son bénéfice au premier semestre 2017 de 8.1%, mis sur le compte de problèmes d’approvisionnement de certains produits (Les Echos du 15 novembre 2017).

Cet état des lieux de Castorama pose un problème de diagnostic. La distribution est confrontée à un recul de ses ventes qui est structurel : le bricolage, l’électroménager, le textile sont des secteurs qui subissent les mêmes baisses tandis que se développe le commerce en ligne.

Les gagnants sont loin d’être les plus anciens sur ces marchés; Castorama est donc confronté à l’adéquation de son modèle avec l’évolution des comportements des consommateurs qui passent par d’autres canaux. C’est une mutation de l’offre.

L’Etat français vient de mettre en place la loi El-Khomri qui favorise la flexibilité. L’Etat ferait bien de se poser la question de savoir si les salariés et les employeurs peuvent continuer à faire fonctionner l’assurance chômage pour des groupes qui font des bénéfices au niveau mondial, les distribuent mais qui perdent pied sur leur modèle économique et  font payer leurs suppressions de poste à la solidarité nationale.

En délocalisant leurs services support vers des pays à moindre coût social, les grands groupes créent de fait une nouvelle forme de travail détaché, une nouvelle forme de sous-traitance low-cost, aux marges meilleures aux confins de l’Europe-marché toujours juteux pour continuer à vendre.

C’est bien sûr tout l’inverse qu’il faut faire : rétablir la compétitivité de nos salaires par l’instauration d’une fiscalité additionnelle à l’importation comme le prévoyait le projet présidentiel de Marine Le Pen. L’échange oui, le dumping non.

Le Groupe Front National-Rassemblement Bleu Marine :

-dénonce le lâchage des travailleurs français de Castorama et l’acceptation complice sans réaction d’une division internationale du travail au seul profit des bénéfices des grands groupes.

– réclame la mise en œuvre d’un patriotisme économique et social.

 

Philippe Eymery, président de groupe.

About fn-rbm