Post navigation

Communiqués

Mouvement des douaniers : Il est urgent de renouer le dialogue pour sortir de l’impasse

Lille, le 18 mars 2019.

Les douaniers organisent depuis plusieurs jours un mouvement visant à informer et sensibiliser la population sur les conséquences concrètes découlant du futur dispositif de contrôle aux frontières. Visuellement et presque ironiquement, les longues files de poids lourds nous montrent aussi que l’économie du Royaume-Uni n’est pas si chancelante que les européistes le clament.

Si ce mouvement monte en puissance dans sa revendication, avec des effets déplaisants et plein d’inconvénients, il est légitime de comprendre l’inquiétude du personnel et se demander pourquoi on en est arrivé là. L’administration des douanes et ses organes opérationnels se préparent en réalité depuis déjà deux ans aux conséquences du Brexit, mais c’est au niveau des décisionnaires ultimes que le bât blesse. Le top-départ-chrono des engagements sur le terrain n’a en réalité été donné qu’il y a moins de 6 mois, montrant encore une fois de plus  l’incapacité  d’une politique décisionnelle d’Etat à envisager la séparation du Royaume-Uni. Face aux douaniers, le gouvernement se montre intransigeant et cherche, comme avec le mouvement des gilets jaunes, à opposer les Français entre eux : ici les acteurs économiques contre les douaniers.

Philippe Eymery, Antoine Golliot, Adrien Nave et Rudy Vercucque, membres du conseil portuaire, constatent que les acteurs portuaires ont su anticiper le Brexit. Ils constatent aussi que l’adage « gouverner c’est prévoir » n’est même plus la doctrine a minima de la classe ministérielle et de sa haute-fonction publique, qui ne sont plus aptes à la mise en place d’un dialogue anticipé afin de désamorcer le caractère anxiogène d’un évènement historique aux conséquences pratiques. Sans oublier que cette situation est aussi renforcée par un processus supranational déconnecté du terrain, qui découle essentiellement de l’application des accords de Schengen, et directement géré par la Commission européenne.

Le Groupe Rassemblement National et apparentés :

– demande que le ministre prenne les initiatives nécessaires à sortir de l’impasse, grâce à la responsabilisation bienveillante et opérationnelle de chacun, pour ne pas mettre en péril nos entreprises et nos emplois régionaux déjà si fragilisés par une croissance trop faible.

– demande que le gouvernement reprenne temporairement le contrôle de sa frontière comme le permettent les accords de Schengen afin de négocier directement avec la Grande-Bretagne la question du trafic transmanche.

Philippe Eymery, président de groupe.

About Rassemblement National Hauts de France