Post navigation

Communiqués

Le masque, outil de santé publique pris en charge par l’assurance maladie

Lille, le 27 août 2020

Début mai, quand l’épidémie était forte, nous avons demandé au Préfet que l’Etat réquisitionne les masques, pour que chaque habitant en ait un à la veille du déconfinement. Le représentant de l’Etat nous a répondu que les équipements de protection sont en vente dans les grandes surfaces, tels des produits de grande consommation.

Maintenant, alors que l’épidémie est faible, le port du masque est rendu obligatoire dans les espaces publics, les entreprises et les établissements scolaires. Le gouvernement justifie l’obligation d’en porter en tous lieux et en tout temps par des raisons sanitaires : pour empêcher la propagation du virus il est nécessaire de s’isoler par rapport aux autres ou de se confiner individuellement.

Dès lors, le masque est plus qu’un équipement de protection, il devient un outil de santé publique comme l’est un médicament. Dans ces conditions, il est logique qu’il soit pris en charge par la protection sociale de l’assurance maladie.

En refusant de mettre en œuvre cette prise en charge, le gouvernement est incohérent. Ce refus de considérer le masque comme un outil de santé publique tend à conforter l’affirmation de nombreux médecins, que l’obligation du port du masque en tous lieux et toutes circonstances est une décision politique et non une décision médicale.

Le Groupe Rassemblement National et apparentés demande que les pouvoirs publics 

  • assument la décision d’obligation du port du masque
  • assurent la prise en charge du coût des masques au titre de l’assurance maladie
  • Philippe Eymery, Président de groupe

    About admin