Post navigation

Communiqués

Le gouvernement complice de Carême, l’irresponsable.

Lille – Le 25 août 2017
Malgré l’incendie du camp de la Linière, malgré les drames de l’immigration illégale sur tout le littoral, M. Carême, maire de Grande-Synthe persiste et signe. Il veut un nouveau camp de migrants dans sa commune. Le gouvernement va donc ouvrir d’ici le mois de septembre un accueil dit d’urgence. L’Etat a répondu aux caprices de M. Carême contredisant avec entrain le sous-préfet qui en avril avait assuré qu’aucun point de fixation ne serait recréé sur le Dunkerquois.
Contredisant les élus locaux qui à l’unisson en avril déclaraient qu’aucun camp ou lieu fixe ne devait être reconstruit. Il est vrai que nous étions en campagne électorale.
Aveuglé par son idéologie immigrationniste, cet élu de la République ignore la loi des droits et devoirs de l’élu. Pour ne citer que quelques obligations, « L’élu local exerce ses fonctions avec impartialité, diligence, dignité, probité et intégrité (…) Dans l’exercice de son mandat, l’élu local poursuit le seul intérêt général… » mais surtout « l’élu local est et reste responsable de ses actes pour la durée de son mandat devant l’ensemble des citoyens de la collectivité territoriale, à qui il rend compte des actes et décisions pris dans le cadre de ses fonctions. »
Fixer sur le Dunkerquois par centaines des hommes jeunes, souvent violents et agressifs. Mettre en situation de danger les quelques enfants ou femmes qui les accompagnent souvent victimes de sévices sexuels. Mettre en danger la population avoisinante et plus particulièrement les usagers de l’autoroute. Tout cela en dévoyant l’argent public au bénéfice de clandestins et au détriment des nôtres est tout simplement irresponsable, voire criminel.
Une nouvelle fois la population est mise devant le fait accompli d’une décision administrative lourde de sens politique.
A l’élection législative, le député élu, M Hutin, comme moi même, nous étions engagés à ce qu’il n’y ait pas de reconstruction d’un camp ou d’un point de fixation. Les électeurs ont validé cette position. La décision du gouvernement bafoue leur volonté.
Le groupe Front National Rassemblement Bleu Marine, demande à l’Etat d’organiser un référendum local pour demander l’avis de la population, première victime des méfaits de l’immigration illégale.

Philippe Eymery

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

About fn-rbm