Post navigation

Communiqués

Garantir notre souveraineté industrielle sur la filière ferroviaire, une impérieuse nécessité.

Le 23 juillet, le tribunal de commerce de Strasbourg annonçait la reprise par Liberty Steel de France Rail Industry, reprise assortie d’un engagement de 31 millions d’euros d’investissement sur 5 ans et de la préservation de 400 emplois.

Le groupe Rassemblement National et apparentés note avec satisfaction qu’un avenir semble assuré pour France Rail Industry. Cette reprise intègre Ascoval. Les deux sites, à terme devraient fonctionner en boucle circulaire. Satisfaction néanmoins teintée d’une grande vigilance au regard de l’expérience récente du rachat d’Aluminium Dunkerque par Liberty Steel.En décembre 2018 le groupe Liberty (Gupta family) rachetait au géant minier australien Rio Tinto l’usine Aluminium Dunkerque (580 salariés pour un chiffre d’affaires de 500 millions de dollars). Des investissements étaient alors annoncés de l’ordre du milliard d’euros. Une deuxième usine devait être construite avec des embauches à la clef. Mais aujourd’hui, près de 2 ans plus tard, rien n’a bougé. La nouvelle usine n’a pas vu le jour et les investissements sont retardés voire complètement annulés. Or ce même groupe reprend l’usine d’Hayange et devrait sauver Ascoval en réorientant la production vers de l’acier vert plus écologique. Le groupe Rassemblement National et apparentés reste vigilant, comme il l’a été en particulier lors de la reprise avortée de Saint-Saulve. A cette époque, contre l’avis du Ministre de l’Economie, mais avec l’appui du Conseil régional, la reprise était opérée par la société Altifort Ascoval au capital de 1000 euros. Ces opérations sont trop souvent des effets d’aubaine pour des entreprises dont la stratégie est plus axée sur les gains financiers que sur le long temps industriel. Ces rachats, dans ces conditions, ne garantissent pas la pérennité des emplois sur les différents sites ainsi que la souveraineté française sur la filière stratégique du ferroviaire. Le groupe Rassemblement National et apparentés demande une prise de participation de l’Etat au capital de la société et subsidiairement du Conseil régional pour garantir la souveraineté de cette filière stratégique.

Philippe Eymery, Président de Groupe
Christine Engrand, Chef de file en charge du développement économique

About admin