Post navigation

Communiqués

Face à l’islamisation rampante, il faut des actes

Le rapport sénatorial publié le 9 juillet de la commission d’enquête sur la radicalisation islamiste et les moyens de la combattre est fort instructif, particulièrement l’audition du directeur du lycée Averroès.

Nous apprenons ainsi que le Qatar a financé le lycée à hauteur de 1 million d’euros en 2014.
Le lycée est dans l’obligation de produire ses comptes afin d’obtenir annuellement la contribution régionale au fonctionnement des établissements privés d’enseignement relevant de l’Education Nationale.
Ce financement étranger est donc connu des services du Conseil régional depuis 2015 ou 2016.
Ainsi le Conseil régional savait pour ce don étranger révélé au grand public par le livre de Georges Malbrunot « QuatarPapers » en 2019.
Le Conseil régional n’a rien dit, n’a rien fait : signe d’une complicité active ?

Les sénateurs ont intitulé le rapport « la radicalisation islamiste et les moyens de la combattre » En 2018, M. Bertrand a mis en place un « plan régional de prévention de la radicalisation et la charte régionale de la laïcité et des valeurs de la République » Malgré nos demandes répétées, il a constamment refusé de qualifier la radicalisation comme islamiste. A cette époque, les élus Rassemblement National et apparentés ont déclaré « Il ne faut pas avoir peur des mots, car lorsqu’on a peur des mots, c’est qu’on a peur des actes et, alors, du combat à mener. »

Nous comprenons maintenant mieux les silences de M. Bertrand si prompt à s’exprimer à tout moment sur les plateaux radio, télé ou dans les journaux :

  • Silence sur les récents abattages de moutons à l’occasion de l’Aïd El- Kebir,
  • Silence sur cette femme refoulée à l’entrée de supermarché au motif de sa tenue vestimentaire,
  • Silence sur le financement du lycée Averroès par le Qatar.

Bref, silences répétés sur ces faits de la vie quotidienne qui sont les marqueurs de l’islamisation de notre pays par ceux qui veulent y imposer leurs usages, coutumes et manière de vivre.

Le groupe Rassemblement national et apparentés continuera de demander à ce que la radicalisation islamiste soit désignée comme telle.

Philippe Eymery, Président de Groupe

About admin