Post navigation

Communiqués

Commémoration du 19 mars 1962 : un mensonge historique

Lille, le 19 mars 2019.

A l’occasion des cérémonies qui auront lieu ce 19 mars, anniversaire des accords d’Evian, le groupe Rassemblement National et apparentés rappelle son opposition totale au choix de cette date pour rendre hommage à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie.

Le 19 mars 1962 est loin d’avoir été un cessez-le-feu, il fut une capitulation humaine et morale de la France, aux conséquences sanglantes. Après cette date, plusieurs centaines de soldats et plusieurs milliers de civils français et musulmans ont été enlevés et assassinés ou ont disparu, et 150.000 Harkis ont été sauvagement torturés ou mis à mort par le FLN socialiste et ses complices.

Commémorer le 19 mars 1962 constitue une insulte pour tous ceux, militaires, harkis, et civils de toutes origines et de toutes religions tombés pour la France avant et après cette date. Emmanuel Macron, dans la lignée de ses prédécesseurs, perpétue ce mensonge historique, l’aggravant encore par des décisions telles que la reconnaissance de la responsabilité du seul État français dans la mort du militant communiste Maurice Audin. Mais il  continue de passer sous silence la responsabilité du même État dans la mort de milliers d’innocents, comme le 26 mars 1962 rue d’Isly ou encore lors du massacre du 5 juillet 1962 à Oran où des centaines d’européens furent massacrés, l’armée française restant sur ordre l’arme au pied.

Le maintien des commémorations le 19 mars est une énième concession faite au pouvoir algérien, alors même que comme l’a reconnu l’ancien leader FLN Hocine Aït Ahmed «…Il y a eu envers les pieds-noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens ».

Mais pour Emmanuel Macron, comme il l’a déclaré, c’est la colonisation qui aurait été un crime contre l’humanité.

Notre mouvement garde la mémoire de cette tragédie et de ses causes, et pour cela considère que doit prévaloir la date du 5 décembre comme journée d’hommage aux victimes de la guerre d’Algérie, date qui reçoit l’assentiment de tous.

Philippe Eymery, président de groupe.

About Rassemblement National Hauts de France