Post navigation

Communiqués

Camp de la Linière à Grande-Synthe: il y a urgence a le fermer.

Lille – Le 13 mars 2017

Ce 24 janvier, Marine Le Pen et une délégation d’élus régionaux voulaient visiter le camp de migrants de la Linière à Grande-Synthe. Nous alertions sur le fait que ce camp était une jungle en devenir et qu’il était urgent de procéder à sa fermeture. Nous fûmes empêchés par le maire Europe Ecologie de Grande-Synthe d’accéder à ce camp. Les révélations d’organisations humanitaires sur les violences quotidiennes, les agressions sexuelles répétées sur les femmes et les enfants permettent de mieux comprendre la volonté du maire de Grande-Synthe de cacher cette ignoble réalité.

Avec une population de près de 1600 personnes soit le double de la capacité prévue à l’ouverture, au printemps 2016, le camp de Grande-Synthe reproduit l’ignominie de la Lande de Calais. Le coût sécuritaire avec la mobilisation permanente des forces de sécurité et des pompiers, le coût sanitaire avec l’encombrement du Centre Hospitalier de Dunkerque, le coût économique avec l’impact négatif sur l’activité commerciale sont devenus insupportables.

Le Préfet vient d’annoncer la signature d’un avenant de prolongation au 30 sept de la convention liant l’Etat, la commune de Grande-Synthe et l’AFEJI, organisme gestionnaire présidé par l’ancien ministre socialiste Delebarre.

Le groupe Front national Rassemblement Bleu Marine demande que l’Etat prenne des mesures immédiates en vue de la fermeture du camp de la Linière.

Le groupe Front national Rassemblement Bleu Marine rappelle que la solution du problème migratoire passe par :

– le rétablissement de la souveraineté nationale sur les frontières  et l’abrogation des accords de Schengen ou, à titre temporaire comme cela est prévu, leur suspension temporaire

– le refus de régularisation de toute personne entrée illégalement sur le territoire national

– le retour à l’esprit initial du droit d’asile et la mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les pays en guerre ou à leurs frontières.

Philippe Eymery

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

About admin