Post navigation

Communiqués

British Steel – Ascoval : Le Conseil régional et l’État doivent sortir de cette impasse industrielle

Lille, le 22 mai 2019.

Nous apprenons la mise en redressement judiciaire de British Steel au Royaume-Uni. Hier, lors de la commission permanente, le Conseil régional a voté la délibération approuvant l’apport par l’institution d’un prêt en deux phases de 12 millions d’euros. Voté à l’unanimité, cette délibération montre que toutes les composantes des Hauts-de-France soutiennent l’outil Ascoval de Saint-Saulve et les salariés.

Le Groupe Rassemblement National et apparentés a interpellé Monsieur Bertrand sur le faux bond des dirigeants du repreneur Olympus Steel et Greybull Capital, les frères Meyohas, le jour de la reprise d’activité de l’aciérie de Saint-Saulve. Bercy et l’Exécutif régional ne semblent pas vouloir assumer l’impasse qu’ils sont en train d’emprunter.

Depuis le début de ce dossier, le Rassemblement National demande à l’État son intervention directe pour assurer sa pérennité.

La nouvelle situation d’Olympus Steel (maison mère de British Steel) montre de manière quasi-certaine que les engagements industriels ne pourront pas être tenus. L’apport d’argent ne suffit pas sans stratégie industrielle vers le marché. Le fonds Greybull et les frères Meyohas n’en sont pas à leurs premières faillites substantielles.

Le Groupe Rassemblement National et apparentés constate que nous sommes en train de reprendre le chemin de l’échec comme avec le groupe Altifort, putatif repreneur. Il faut d’ores et déjà cesser les tergiversations de savoir quel périmètre est concerné par le redressement judiciaire.

L’État et le Conseil régional doivent reprendre la main sur la stratégie et l’architecture du capital, même peut-être sans repreneur immédiat, quitte à réétudier rapidement le modèle économique de l’aciérie pour la faire tourner sans British Steel.

Philippe Eymery, président de groupe.

About Rassemblement National Hauts de France