Post navigation

Communiqués

Ascometal à Leffrinckoucke et Ascoval à Saint-Saulve : les raisons des échecs successifs et annoncés.

Lille, le 31 janvier 2018

Les salariés d’Ascometal et d’Ascoval sont quasiment fixés pour leur avenir. Le tribunal de commerce de Strasbourg a donné sa préférence aux industriels Schmolz & Bickenbach.

Le Groupe Front National Rassemblement Bleu marine avait dès le début dénoncé le meccano industriel avec la création d’Ascoval et il se confirme qu’une deuxième étape vient d’être franchie. Après l’abandon d’un avenir pour le laminoir de Leffrinckoucke par le lobby « valenciennois », c’est l’aciérie de Saint Saulve qui sera à son tour exclue du périmètre de la reprise par le groupe suisse.

Monsieur Bertrand a abordé ce dossier par le petit bout de la lorgnette en ne prenant pas en compte l’aspect national (usines en région Grand Est et Paca). Le gouvernement a joué la montre et au final favorisé la solution qui permet à l’Etat de ne pas mettre un sou dans ce dossier. Nos concurrents industriels tirent toujours partis de nos faiblesses quand elles soufflent sur le feu de la division et qu’elles ne proposent aucune solution industrielle tangible.

La vraie question est celle d’une adaptabilité macro-économique et micro-économique des industries nationales sur fond de vrai soutien politique.

Il faut savoir envisager les changements de pied industriels dans un contexte de guerre économique, et ne pas laisser sombrer des fleurons sans réaction constructive.

L’industrie c’est le capital avec du temps long : c’est la question d’un patriotisme économique bien pensé non plus défensif mais pro-actif.

Le Groupe Front National-Rassemblement Bleu Marine demande que l’Etat assume les conséquences du choix opéré en faveur de la solution suisse.

Philippe Eymery, président de groupe.

About fn-rbm