Post navigation

Communiqués

2ème Motion d’urgence déposée sur la filière dentelle : Le temps est maintenant à l’action

Lille, le 1er février 2019.

Depuis plusieurs années, l’industrie de la filière dentelle connait des difficultés avec des baisses de production ayant pour conséquence des licenciements et récemment la tendance s’accélère comme à Noyon avec 75 départs. Le Conseil régional doit apporter son soutien à ce savoir-faire unique créé il y a plus d’un siècle. Après une première motion d’urgence en novembre 2018, le groupe Rassemblement National et apparentés a déposé une deuxième motion d’urgence afin de provoquer un débat constructif et ainsi trouver des mesures d’accompagnement aux acteurs de la profession de la filière et de leurs salariés. De nouveau la majorité LR-UDI, empêtrée dans ses contradictions et son sectarisme, a voté contre cette motion au détriment de la situation urgente et des enjeux économiques dans le Caudrésis et ou Calaisis, déjà fortement écartés de la croissance régionale.

Les problèmes que rencontre la filière sont pourtant connus depuis longtemps et les sujets d’inquiétude avaient déjà été illustrés lors du passage du président du Conseil régional à Caudry en mars 2018 :

–        Une concurrence étrangère impitoyable à bas coût surtout chinoise. Pour protéger notre savoir-faire, il s’avère important que nos entreprises restent sous pavillon français. Or la décision du Tribunal de Commerce de Calais d’avoir favorisé le rachat de l’entreprise « Desseilles Laces » aux chinois au détriment d’une entreprise caudrésienne, a posé un risque réel de voir nos métiers « leavers » délocalisés en Chine. Ce fut une grave erreur.

 –        la contrefaçon. Le monde de la lingerie et de la mode est envahi de dentelles bon marché et mal imitées. Il y a un vrai manque de motivation et de pugnacité de l’Etat et des tribunaux pour défendre la propriété industrielle et sauvegarder nos créations !

 –       l’activité de la dentelle a besoin d’un recours plus efficace au chômage partiel ; la procédure est trop bureaucratique. Cette filière des solutions doit obtenir moins de contraintes, plus d’attention spécifique voire dérogatoire pendant une période pour faciliter la souplesse des entreprises.

  • Parce qu’il y a le temps administratif et le temps économique, le groupe Rassemblement National veut un « état d’urgence économique » en faveur de nos entreprises. Un PLAN DENTELLE conjoint Etat-Conseil régional doit être mis en place pour défendre cette filière, fleuron si spécifique du secteur textile et de la mode. 

Philippe Eymery, président de groupe.

About Rassemblement National Hauts de France