Post navigation

Argumentaires

Il y a ceux qui contrôlent et ceux qui protègent.

À défaut de maîtrise, la Macronie accélère sa volonté de contrôle sur la société française. L’idée d’une loi sur les « fake news » voulue par le Président de la République en est un exemple. Comment le système UMPS ne peut-il pas s’agacer de voir que certains sites de réinformation ont plus d’audience que les médias classiques et acquis au pouvoir en place ? Qui jugera de la véracité de l’information ? Le syndicat de la magistrature, dont la coloration politique ne fait désormais plus aucun doute depuis la révélation de son « mur des cons » (qui elle, n’était pas une « fake news » !) ? Une autorité gouvernementale dont les accointances politiques laisseront planer le doute de la partialité ? Une fois de plus, nous sommes de ceux qui protègent la liberté (http://lelab.europe1.fr/marine-le-pen-profondement-choquee-par-la-volonte-demmanuel-macron-de-lutter-contre-les-fake-news-3536468).
Autre exemple récent : la volonté d’abaisser la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires. Rien de très surprenant de la part du Président ; c’était déjà une idée de son mentor socialiste, Hollande. À part pour verbaliser les Français, cette mesure serait sans incidence sur leur sécurité, les précédentes expérimentations le prouvent.
Face à ceux qui contrôlent, nous sommes ceux qui voulons protéger : protection par les frontières (plus de 100 000 demandes d’asile en 2017, nouvelle filière de la submersion migratoire), protection de nos TPE/PME, protection de notre modèle social par la priorité nationale.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

About fn-rbm