Argumentaires

Démantèlement de la « jungle », une opération de communication

Argumentaires

Septembre 2016, M. Hollande, candidat non déclaré en pré-campagne prési­dentielle annonce à Calais le déman­tèlement « définitif » de la jungle. A l’épo­que le président socialiste est accompagné de M. Bertrand ; ce dernier, toujours en re­présentation, y voit un moyen de s’attribuer les mérites de l’opération. (http://www.li­beration.fr/france/2016/09/26/a-calais-un-hollande-au-ton-tres-sarkozien_1511307)

Annonces de communication à l’efficacité nulle : « invisibiliser » les clandestins, en les dispersant sur le territoire, n’est pas la so­lution. Les causes de l’immigration illégale sont toujours agissantes et la réalité refait surface. Fatalement les clandestins revien­nent encore plus nombreux avec le retour du printemps. La jungle calaisienne s’est maintenant déplacée à Grande Synthe avec les mêmes effets dramatiques sous-jacents : insécurité, prostitution, viols de femmes et d’enfants, loi des passeurs et désastre éco­nomique.

La solution passe par le rétablissement de frontières nationales, la sortie des accords Schengen, le refus de régularisation et l’ex­pulsion de toute personne présente illéga­lement sur le territoire national.

Transports : main dans la main avec nos collègues élus départementaux.

Argumentaires

Jusqu’ici dévolue au département, La loi NO­TRE prévoit le transfert de la compétence « Transport scolaire » au Conseil régional. Celui-ci peut faire le choix de la garder ou de la déléguer au département.

Nous mettions précédemment en évidence les contradictions et l’amateurisme du cou­ple Bertrand-Darmanin sur ce sujet.

Dans l’Aisne, ce dernier montre qu’il ne connait rien à ses dossiers. « Il faut qu’il vienne au Front National, il sera tenu au courant » a pu déclarer Franck Briffaut (Groupe FN du département de l’Aisne) au cours d’une conférence de presse tenue le 23 février avec Jean-Louis Roux (Conseiller régional FN) (http://picardienordpasdeca­lais.com/argumentaires/transports-contra­dictions-couple-darmanin-bertrand/).

Il y a urgence. L’inquiétude fait place à l’an­goisse pour les 450 salariés de la régie des transports de l’Aisne : les lignes vont être soumises à la concurrence, avec elle se profile la menace de perdre de nombreux emplois. Quant au préfet en prenant fait et cause pour le Conseil régional il outrepasse ses fonctions et rend l’Etat complice de la précarisation des salariés (L’Union, 24/02).

Grandes gueules, petits bras.

Argumentaires

Les plans de secours pour pallier la candidature endommagée de Fillon se sont effondrés. Panique générale à l’UMP : seul subsiste le plan « R » comme reculade.

Pour les ténors de cette pseudo majorité régionale (moins de 25% au premier tour) seules les pla­ces comptent, la politique se fait entre copains, loin des électeurs « c’est la famille » justifie Monsieur Dhersin, « j’ai envie que mes amis du Conseil régional soient élus députés » (http://www.lavoixdunord.fr/128898/article/2017-03-08/dans-les-hauts-de-france-tout-le-monde-rentre-la-maison-est-bien-oblige).

Après avoir abandonné leur candidat pourtant désigné par les élec­teurs de la primaire, ils constatent qu’une partie de ces électeurs est devenue insensible à l’écume des médias et reste fidèle au vote de la primaire. Pour Bertrand, Darmanin et Huyghe, ridiculisés par le maintien de Fillon, c’est le plan « R » comme retour à la niche : « tout le monde rentre à la maison, on est bien obligés »

Un retour dans le rang qui augure leur prochain ralliement au vote Macron, le candidat du système par excellence, face à Marine Le Pen.

FN-RBM, force de bon sens au service des habitants

Argumentaires

Le Musée du Louvre souhaite déménager à Lens ses réserves jusqu’ici stockées en bord de Seine, en zone inondable. Le déplacement initial se chiffrait à 60 millions d’euros. Il était partagé à 50/50 entre le Conseil régional et l’Etat selon un accord de la précédente majorité socialiste.

L’Exécutif régional a renégocié cette participation à la baisse : la part de 29 millions a été réduite à 5 millions, soit une économie de 24 millions d’euros.

Les 24 millions dégagés correspondent à la baisse du taux des cartes grises précédemment réclamée par les élus FN-RBM lors du débat budgétaire.

L’Exécutif refusait notre amendement au motif d’un coût trop élevé.

L’économie de 24 millions d’euros permet désormais la baisse du taux des cartes grises.

Notre amendement en Commission permanente du 27 février demandait l’alignement du taux des cartes grises sur celui de la région Picardie (33€/CV).

Amendement de bon sens, défendu par nos élus qui se sont heurtés au refus sectaire de la majorité UMP/UDI.
Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Déclaration de guerre de Bertrand : des paroles aux actes

Argumentaires

Le 22 février en meeting à Marcq-en-Baroeul, M. Bertrand déclarait : « Le Front National : notre ennemi ! »
En politique nous avons des adversaires, lui nous considère comme un « ennemi », (selon la définition : une personne qui vient de l’extérieur, à qui l’on veut du mal). Il persiste : c’est « son credo » et le « fond de sa pensée » (http://www.courrier-picard.fr/13614/article/2017-02-27/xavier-bertrand-semploie-contre-le-fn)
Des paroles aux actes il n’y a qu’un pas.
Les violences urbaines qui ont émaillées le déplacement de Marine Le Pen à Nantes sont une suite logique : contre l’ennemi, c’est la guerre qu’il faut mener.
Les scènes de guérillas, les deux bus de militants saccagés, les agents de l’ordre blessés sont la démonstration d’un climat inquiétant contraire aux libertés publiques, au respect de l’expression populaire. (https://www.youtube.com/watch?v=Zc8G5vcapSw)
Les casseurs bénéficient d’une impunité totale dans un contexte de laxisme d’Etat.
En mai prochain c’est au nom du peuple que nous remettrons la France en ordre.

Tout et le contraire de tout

Argumentaires

« Vous êtes ici chez vous » déclarait en janvier dernier Monsieur Bertrand à la communauté chinoise reçue au Conseil régional. Une phrase de séduction inappropriée quand on connaît le déséquilibre commercial de la région vis-à-vis de la Chine (4,5 milliards de différence entre le 4e trim 2015 et 3e trim 2016)
(http://www.lavoixdunord.fr/109255/article/2017-01-25/les-hauts-de-france-tentes-par-le-grand-bond-en-avant-avec-la-chine)
Les Chinois produisent la moitié de l’acier mondial et renforcent jour après jour leur monopole par la concurrence déloyale. La fermeture des hauts fourneaux ArcelorMittal de Florange, malgré les promesses politiciennes, a eu pour effet d’accentuer la pression sur les aciéristes des autres sites à Dunkerque notamment où ils sont fragilisés. L’Europe est en sous capacité de production sidérurgique, la Chine en excédent. (http://www.lavoixdunord.fr/115665/article/2017-02-07/acier-l-europe-prend-des-mesures-antidumping-contre-la-chine)
Face au dragon chinois qui renforce son contrôle sur l’acier, la fermeté est une nécessité. Elle passe par la mise en place de mesures anti-dumping, visant à sauvegarder les emplois. Bref le protectionnisme intelligent, choix de l’administration Trump aux Etats Unis : taxation entre 63 et 190% les produits de l’acier. Résister ou collaborer, le choix de M.Bertrand est clair quand il dit « vous êtes ici chez vous ».

Roms sans frontières, voyage en absurdie

Argumentaires

A Lille, sur les bords de la Deûle, cha­que jour apporte son lot d’insécurité. Après l’agression de Lucie, 22 ans, le 12 février dernier, une ly­céenne de 17 ans rapporte avoir été attaquée par des enfants roms selon le même mode opératoire. Responsa­bilité avérée d’une classe politique aveugle devant une situation dramatique et absurde à la fois.

Des clandestins escortés par la police aux frontières réapparaissent deux heures plus tard, empruntant le chemin identique en sens in­verse et sans se presser, « pour ne pas doubler les agents au retour ». (http://www.lavoixdunord.fr/118381/article/2017-02-13/escortes-la-fron­tiere-et-revenus-en-deux-heures-les-roms-voyagent-en-absurdie)

Des moyens mobilisés pour des reconductions à l’efficacité nulle et dont la seule justification au final est de gonfler artificiellement la statistique. Les socialistes y voient un moyen de masquer leur échec en gonflant des chiffres en baisse. Sur la période allant de janvier à septembre 2016 les reconduites ont chuté de 20%. Une baisse due à l’afflux de clandestins toujours plus nombreux et une pression mi­gratoire qui explose aux frontières. (http://www.europe1.fr/societe/pour­quoi-les-reconduites-a-la-frontiere-chutent-elles-cette-annee-2836138)

Transports : les contradictions du couple Darmanin – Bertrand

Argumentaires

Jusqu’ici attribuée au département, La loi NOTRe prévoit le transfert de la compétence « transport scolaire » au Conseil régional. Celui-ci peut faire le choix de la garder ou de la déléguer au département.

Dans l’Aisne le discours de l’Exécutif ré­gional suscite l’inquiétude : entre man­que de clarté, inertie et surtout contra­dictions. (http://www.lunion.fr/15269/ article/2017-02-09/les-salaries-de-la-rta-dans-le-flou). Le 24 janvier le repré­sentant de Monsieur Bertrand déclare aux salariés de RTA (Réseau de Transport de l’Aisne) la mise en place d’une délé­gation sur une période de 5 ans. Il est contredit 10 jours plus tard par le res­ponsable de la commission transports, Monsieur Darmanin qui indique dans un courrier adressé aux maires de l’Aisne le 3 février : le Conseil régional « reprend la compétence de l’ensemble des trans­ports scolaires et interurbains ».

Un grand flou contradictoire, teinté d’amateurisme qui n’a pas de quoi ras­surer les habitants de la région.

Camp de la Linière : le viol au quotidien

Argumentaires

Ce 24 janvier, l’entrée du camp de la Linière à Grande Synthe était refusée à Marine Le Pen et à sa délégation d’élus régionaux. Nous nous étonnions des raisons motivant ce refus.

« Prostitution, viols de femmes et d’enfants » Le quotidien The Guar­dian du 12 février dresse un aperçu de l’enfer vécu au camp et donne la réponse à la question que nous posions. Qu’y avait-il à cacher ? Les Britanniques parlent d’une violence physique et sexuelle de plus en plus ingérable, des femmes et des enfants vulnérables devenus victimes et désignés sous le vocable sordide de « petits steaks appé­tissants ». (https://www.valeursactuelles.com/societe/prostitution-viols-denfants-lenfer-du-camp-de-grande-synthe-67118)

Une fois encore ce sont les plus fragiles qui font les frais des flux d’immigration organisés par la mafia des passeurs.

La faute aux élus irresponsables au premier rang desquels Monsieur Carême maire écologiste de Grande Synthe et promoteur du camp de la Linière. Mettant l’Etat devant le fait accompli, il l’a forcé à s’y investir. Où est Monsieur Bertrand qui bombant le torse dans une interview donnée au Figaro promettait une tolérance zéro ? Double discours d’un personnage qui fait de belles déclarations mais qui refuse de s’engager politiquement en Séance Plénière quand nous réclamons le démantèlement du camp.

Pour nous un euro dépensé doit être un euro utile aux habitants

Argumentaires

L’association SAFFIA est en cours de ju­gement dans le cadre d’une procédure pour emplois fictifs et détournement de centaines de milliers d’euros d’argent public.

C’est au tour de la dirigeante de l’asso­ciation FPH (Fonds de Participation des Habitants), Leila Chebli, de devoir jus­tifier l’utilisation des subventions des collectivités locales.

(http://www.nordeclair.fr/29958/article/2017-01-20/fph-la-replique-de-leila-chebli-aux-ar­doises-reclamees-par-la-ville-et-la-region)

Le Conseil régional et la ville de Rou­baix lui réclament aujourd’hui en justice 259 200€.

Des subventions votées en Commission Permanente depuis 2013 sur lesquelles le Groupe FN-RBM s’est systématique­ment opposé ou abstenu, contrairement aux élus de l’UMP qui ont voté pour.

Pour nous un euro dépensé doit être un euro utile aux habitants de la région.