Argumentaires

Gestion du ferroviaire : l’hypocrisie de Bertrand

Argumentaires

Les difficultés s’accumulent pour les usagers de la SNCF dans la région : vétusté du réseau, retards, insécurité.

Bertrand s’offusque de ces dysfonctionnements en faisant porter la responsabilité de ces maux sur le dos de la SNCF. Il reproche au groupe ferroviaire un manque de transparence pour justifier sa passivité face à la gronde des associations d’usagers. Or, pour chaque ex-région, l’ensemble des informations nécessaires est disponible via les divers comités de suivi mis en place. Par sa rétention d’informations, Bertrand nous révèle sa vraie politique : l’inefficacité. Le 14 mars 2016, Darmanin annonce la tenue d’un audit interne, or, la commission 9 n’a toujours pas été saisie.

Il est temps que Bertrand soit responsable dans ce dossier pour donner un vrai service aux habitants, particulièrement aux Picards négligés par l’Etat, et aux industriels frileux face à un réseau inefficace.

Notre action politique : conférence de presse du 16 mars 2018

Scandale SAFFIA : le Conseil régional n’a pas à financer le communautarisme immigré

Argumentaires

TRACFIN (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins) a relevé de graves irrégularités concernant l’association SAFFIA (Solidarité avec les femmes et familles d’ici et d’ailleurs), basée à Lille Fives. Les responsables ont profité de l’argent public au bénéfice de sa directrice qui se versait un salaire conséquent et occupait un logement acheté grâce aux subventions.

590.000 euros, c’est la somme qui aurait été détournée entre 2010 et 2014 ; somme généreusement accordée, notamment, par le Conseil régional et l’intermédiaire des élus du parti socialiste aidés par Les Républicains/UMP.

Les habitants de la région ont été trompés à cause du laxisme et du clientélisme d’élus peu scrupuleux de l’utilisation de l’argent public. Bertrand doit prendre ses responsabilités et appliquer un contrôle strict des associations bénéficiaires.

Notre action politique : Communiqué de presse du 27 mars 2018

Scandale SAFFIA : le Front National a tiré le premier la sonnette d’alarme !

Soutien aux entreprises régionales menacées par la violence migratoire

Argumentaires

Les établissements Rivet et Verborgh, société spécialisée en mécanique industrielle dans le Calaisis voit son quotidien perturbé depuis que les associations pro-migrants ont décidé d’organiser la distribution de repas aux clandestins précisément sous ses fenêtres.

La société a publié un communiqué de presse alarmant, l’entreprise est en péril et réclame « l’aide urgente des pouvoirs publics afin d’assurer la sécurité des employés et des locaux ». On comptabilise à ce jour entre 500 et 600 migrants présents à proximité de la zone. (http://www.lavoixdunord.fr/311518/article/2018-02-05/face-la-crise-migratoire-les-ets-rivet-appellent-l-aide)

L’Etat doit prendre ses responsabilités : un retour des frontières qui protègent et l’application du droit. Les associations qui sous couvert d’humanitaire encouragent l’afflux migratoire doivent être poursuivies, non pas concurrencées par les services de la préfecture qui se sont mis, eux aussi, selon la volonté de Monsieur Macron à distribuer des repas aux clandestins. (http://www.bvoltaire.fr/migrants-fine-bouche-a-calais/)

Notre action politique : communiqué de presse du 7 février 2018

http://picardienordpasdecalais.com/communique/lentreprise-rivet-verborgh-de-calais-menacee-violence-migrants/

Thalys abandonne Lille : la démonstration d’un échec politique

Argumentaires

La compagnie Thalys a annoncé qu’en 2019, elle ne desservirait plus Amsterdam depuis Lille. Elle ne remplit pas suffisamment les 4 trains journaliers au départ de la gare Lille-Europe.

« Mettre les hommes en liaison » « Rapprochons-nous » les beaux slogans marketing de la SNCF, actionnaire majoritaire de Thalys (62%) se sont disloqués. Selon cette même logique, devrait-on aussi supprimer la ligne téléphonique vers les Pays-Bas au motif que peu d’appels y sont passés ? (http://picardienordpasdecalais.com/communique/thalys-abandonne-lille-pepy-linternationalisation-cause/)

Les slogans entonnés par Madame Aubry Messieurs Bertrand et Castelain, les formules bruyantes sur les agences post BREXIT, le niveau de recherche et les programmes universitaires IDEX, le statut de « Lille capitale européenne » « Lille au centre de l’Europe » sonnent bien creux. Une publicité mensongère qui ne suffit plus à masquer l’échec de leurs politiques régionales en la matière, ainsi que le déclassement qui s’opère.  La réalité se charge ici de rappeler leur véritable niveau, évidemment pas à la hauteur des enjeux et des ambitions affichées.

Notre action politique : communiqué de presse du 5 mars 2018

http://picardienordpasdecalais.com/communique/thalys-abandonne-lille-pepy-linternationalisation-cause/

Vallourec continue de licencier: Bertrand désemparé

Argumentaires

La direction de Vallourec a décidé de fermer la ligne-chaudière de la tuberie de Saint-Saulve, mettant en péril de nouveau 164 salariés,  affirmant que cette activité subissait « de plein fouet la baisse continue des volumes dans l’énergie électrique conventionnelle, et ce dans un environnement extrêmement concurrentiel »(https://www.challenges.fr/industrie/xavier-bertrand-desempare-par-les-184-licenciements-de-vallourec-a-valenciennes_571279)9

En 2016,  Bpifrance (Banque publique d’investissement), c’est-à-dire l’Etat français et Nippon Steel, a souscrit à une augmentation de capital de Vallourec, montrant ainsi un soutien de confiance dans la stratégie de l’entreprise. Cependant, dans un contexte de guerre économique avec la Chine et les Etats-Unis,  l’industrie hexagonale ne peut être sauvée sans stratégie coordonnée au niveau national.Bertrand n’étant pas capable de s’assurer du soutien franc de l’Etat, il ne peut qu’exprimer dans une lettre adressée au Ministre de l’Economie sa « vive émotion et une totale incompréhension ».

Le dossier Vallourec incarne parmi d’autres l’impuissance et l’échec  de Bertrand.

Notre action politique : communiqué de presse du 3 mars 2018.

Plan social chez Castorama : Bertrand aux abonnés absents

Argumentaires

C’est officiel depuis le 13 février, le groupe Kingfisher, propriétaire de Castorama et Brico Dépôt, va délocaliser ses services comptables et financiers en Pologne, avec à la clé 446 suppressions de poste en France.

Le groupe britannique invoque un recul de son bénéfice au premier semestre 2017 de 8.1%. Les syndicats dénoncent «  un manque d’anticipation du commerce sur Internet » (Le Monde 13.02.2018) de la part de la direction, avec pour conséquence « un plan social déguisé ». Comble du cynisme, les salariés français victimes de ce plan social devront former leurs successeurs polonais (France Tv info 01.03.2018) avant la fin de leur contrat.

En délocalisant leurs services support vers des pays à moindre coût social, les grands groupes créent de fait une nouvelle forme de travail détaché, une nouvelle forme de sous-traitance low-cost, aux marges meilleures aux confins de l’Europe-marché toujours juteux pour continuer à vendre.

C’est bien sûr tout l’inverse qu’il faut faire: rétablir la compétitivité de nos salaires par l’instauration d’une fiscalité additionnelle à l’importation comme le prévoyait le projet présidentiel de Marine Le Pen. L’échange oui, le dumping non.

Notre action politique : communiqué de presse du 5 mars 2018.

De l’utilisation des fonds du Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER)

Argumentaires

Les véloroutes présentent un intérêt écologique et ludique, elles peuvent constituer un accélérateur de l’activité touristique. Que leur financement soit assuré en partie par le FEADER pose cependant question. Certes d’un point de vue formel, rien n’empêche que les fonds européens dédiés à l’aménagement rural financent les véloroutes mais au regard de la situation catastrophique que connaissent nombre de nos agriculteurs, nous nous disons que la priorité devrait leur être réservée.

Le partage d’informations entre les élus régionaux et les élus départementaux de l’Aisne a permis de pointer des inexactitudes latentes entre les services du Conseil régional et ceux du Conseil départemental. D’un côté on annonce des dépenses pouvant atteindre 35EUR par jour par cycliste, de l’autre on chiffre à 80EUR par jour ce même coût par cycliste. Une incohérence manifeste, dénoncée par notre collègue, élu départemental Claude Mouflard.

Migrants : on leur tend la main, ils arrachent le bras !

Argumentaires

Depuis novembre 2016, une trentaine de « migrants » sont hébergés au frais du département dans la ville de Cassel (Nord) : une commune jusqu’ici attractive pour les touristes dans la région.

Depuis les migrants (qui bénéficient de la présomption de minorité) se sont organisés, un tract diffusé par leur collectif liste les exigences : plus de chauffage, augmentation des aides, rénovation des locaux…De quoi rendre amers jusqu’au bénévoles qui les accompagnent. L’AFEJI ne comprend pas ces exigences, le ménage est assuré par un prestataire, la propreté est aussi l’affaire de tous.

Aujourd’hui un demi-million d’euros va être débloqué pour eux ! Comme l’énonce le dicton populaire : « on leur tend la main, ils arrachent le bras ! »

Chacun d’entre eux dispose de 21EUR d’argent de poche semaine et ils sont coutumiers des récriminations. En aout 2016 déjà, une manifestation sauvage avait été provoquée dans le centre-ville. (http://www.lavoixdunord.fr/205005/article/2017-08-16/de-jeunes-migrants-manifestent-pour-protester-contre-leurs-conditions-d-accueil)

Provocation ultime osée par le tract : « La France étant un pays de droits et d’égalité, nous réclamons ce qui nous revient de droit. » L’Etat et les collectivités sont-ils à ce point soumis qu’ils se laissent dicter leur conduite par des mineurs en situation irrégulière ?

Canal Seine Nord Europe : l’Etat nous mène en péniche

Argumentaires

Philippe veut rassurer sur le canal Seine Nord Europe : « l’objectif n’est pas de l’abandonner, mais de faire en sorte qu’il puisse se faire »

http://www.courrier-picard.fr/86745/article/2018-01-26/edouard-philippe-le-canal-se-fera

Mais il rappelle aussi que des discussions sont nécessaires pour boucler le plan de financement du projet. Il resterait trop d’éléments « pas sûrs, pas garantis, pas forcément détaillés ou travaillés ».

Il s’agissait pourtant d’un plan que M. Darmanin, actuellement membre du gouvernement Philippe, disait ficelé en Séance plénière du 8 juillet 2016 : « Ce canal est financé » (page 23 du verbatim).

Le Premier ministre rappelle ainsi indirectement le travail insincère de l’ancien Vice-président aux transports du Conseil régional des Hauts-de-France, devenu depuis ministre de l’Action et des Comptes publics. Quelle incurie de la part du tandem Bertrand / Darmanin.

Notre groupe avait pourtant alerté sur le défaut de financement du projet, tout en approuvant ce projet structurant pour notre région et notre économie.

Notre groupe reste vigilant.

 

Notre action politique : communiqué de presse du 20 juillet 2017

Bilan de 2 ans de mandat : Bertrand est à la peine

Argumentaires

Bertrand essaie de convaincre que sa politique est la bonne, qu’il a tenu ses promesses de campagne.

Face à la réalité, la presse ne peut être que critique : sur chaque dossier cité par Bertrand, la presse tempère son optimisme.

– Bertrand promettait : «  une micro entreprise par lycée »

VDN : «  on n’y est pas »

Ascometal, Canal Seine-Nord : Bertrand joue région contre Paris

VDN : « Du grand classique »

– Proch’emploi : Bertrand reconnaît que c’était « un chiffre impossible à tenir »

http://www.lavoixdunord.fr/304118/article/2018-01-24/xavier-bertrand-deux-ans-la-tete-des-hauts-de-france-et-maintenant

Le Courrier Picard reprend les promesses que Bertrand a développées dans son livre de campagne.

Conclusion du journaliste : en 2021 (ou 2022 ?) « Il faudra à ce moment-là, présenter un bilan autrement plus ‘’ positif ‘’ »

http://www.courrier-picard.fr/86211/article/2018-01-24/xavier-bertrand-t-il-tenu-ses-promesses-sur-lemploi-voici-le-bilan

Les promesses non tenues de M. Bertrand sont autant de trahisons et de mépris pour les habitants de la région.

Il revient à notre groupe de dénoncer ses engagements non tenus et à proposer une alternative sérieuse sur la base de notre projet régional http://picardienordpasdecalais.com/notre-projet/