Post navigation

Argumentaires

Fusion : deux régions qui n’ont plus leurs maux à dire

La fusion entre la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais s’avère de plus en plus coûteuse financièrement et accélère la désertification des territoires entre deux régions aux particularismes affirmés.
Dernièrement, c’est l’absorption des CCI picardes par celle des Hauts-de-France, conséquence directe de la fusion telle que relevée lors d’une intervention de notre groupe en séance plénière du 23 novembre (http://www.courrier-picard.fr/73307/article/2017-11-24/fusion-des-cci-la-region-prudente). Les chambres consulaires sont inquiètes, et à juste titre, car elles vont se voir déposséder de leur personnalité morale et donc de leur incapacité d’agir ; ce n’est pas un vœu (pieu) d’urgence émis par la majorité qui va permettre aux CCI de continuer à agir au service des entreprises picardes (signez la pétition : https://www.change.org/p/dites-non-%C3%A0-une-nouvelle-d%C3%A9localisation-d-un-centre-de-d%C3%A9cision-%C3%A0-lille).
Les maux de la fusion, ce sont aussi ceux des agents régionaux, en grève par centaines lors de la dernière séance plénière. Ils dénoncent la détérioration de leurs conditions de travail et des régimes indemnitaires disparates à cause de la… fusion.
Les maux de la fusion, c’est aussi certains clubs sportifs picards lésés dans l’attribution des subventions (AS Beauvais par exemple).
Nous nous sommes toujours opposés à cette fusion. Au contraire de grosses régions sans cohérence ni identité, notre modèle d’organisation territoriale s’appuie sur le triptyque État-départements-communes.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

About fn-rbm