Post navigation

Argumentaires

Bertrand l’incohérent

Passée l’élection de Mr Wauquiez à la tête du parti les Républicains, Bertrand a donc annoncé qu’il quittait LR. Rien de très surprenant au regard des signes apparus : Bertrand ne payait plus sa cotisation au parti depuis près d’un an. Bertrand a maintenu son ami Darmanin, exclu de LR, sur la liste de candidats à la commission permanente. Et Bertrand a multiplié les attaques contre Wauquiez, qu’il accusait de « courir après l’extrême droite ». Visiblement sans échos, puisque ce dernier a été élu très largement.
Après celle de Darmanin, nouvelle trahison dans les rangs de l’Exécutif régional. Bertrand claque la porte du parti qui l’avait pourtant investi. Quatre de ses vice-présidents le suivent (Bariseau, Delbar, Dhersin, Rapeneau).
Bertrand est obsédé par la « droitisation » de la politique, qu’il estime incarnée par Wauquiez et évidemment Marine Le Pen. N’était-il pas celui qui dénonçait l’absence de positionnement de LR en faveur de Macron lors du 2nd tour de la Présidentielle ?
Encore un retournement de veste pour le Président du Conseil régional. Bertrand n’était pas aussi frileux lorsqu’il se taisait devant une alliance de la droite avec le FN à l’élection régionale de Picardie en 1998 avec Charles Baur. Alliance qui avait d’ailleurs permis la victoire.
Ou quand, ministre, il sollicitait Patrick Buisson, l’ex-conseiller de Sarkozy, défenseur d’une ligne très droitière.
Bertrand l’incohérent, Bertrand en isolement, Bertrand sous le sceau du jugement : « À la lâcheté, il a ajouté le déshonneur » (https://www.valeursactuelles.com/politique/laurent-wauquiez-sur-le-depart-de-xavier-bertrand-de-lr-la-lachete-il-ajoute-le-deshonneur-91511)
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

About fn-rbm