Argumentaires

C’est au pied du mur anti migrants qu’on voit le maçon Bertrand

Argumentaires

Par deux fois, lors des Séances Plénières des 28 janvier et 13 octobre 2016, le Groupe FN-RBM a déposé un voeu concer­nant la crise migratoire et ses incidences sur les habitants de notre région.

Par deux fois la majorité UMP/UDI nous a, pour seule réponse, renvoyé à nos « satanés fantasmes » et par deux fois la majorité a voté contre les propositions de nos voeux. (http://picardienordpas­decalais.com/motions-voeux/voeu-depose-groupe-seance-plenie­re-13-octobre-2016)

Cela n’empêche pas M. Bertrand, qui n’est pas à une incohérence près, de déclarer dans les colonnes du Figaro ce samedi 28 janvier 2017 : « Nous exigeons une tolérance zéro pour les clandestins »

(http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/01/27/01016- 20170127ARTFIG00273-xavier-bertrand-nous-exigeons-une-tole­rance-zero-pour-les-clandestins.php)

Ce jeudi 2 février 2017, à l’occasion de la Séance Plénière, nous avons mis M. Bertrand au pied du mur en présentant, de nouveau, un voeu demandant l’expulsion des clandestins et le démantèlement du camp de la Linière à Grande Synthe.

De nouveau notre proposition a été accueillie sous les huées et les sarcasmes de la majorité UMP/UDI.

Les habitants de notre région méritent mieux que cette attitude politicienne.

Les habitants exigent des actes concrets et cohérents!

La dure réalité des chiffres

Argumentaires

S’il fallait, encore, se convaincre qu’UMP et PS poursuivent depuis longtemps la même politique délétère, il suffit de jeter un oeil sur les positions de vote en Commission Permanente pour le mandat 2010 – 2015 de l’ancienne région Nord-Pas de Calais, sous la présidence de M. Percheron (PS).

A la lecture de ce tableau, deux évidences s’imposent :

1 – Le FN n’a pas systématiquement voté contre (50/50), fidèle à sa politique constructive de force de proposition.

2 – L’UMP a voté quasiment à 100% avec la majorité PS/PC/EELV.

Lors du vote du premier budget de l’Exécutif, le 26 mai 2016, M. Bertrand déclarait :

«Ce budget n’est pas le nôtre» et mettait en cause le poids de l’héritage socialiste, les factures dans le tiroir etc…

Les chiffres nous ramènent à la « cruelle » vérité : le budget, l’héritage des socialistes sont aussi les vôtres M. Bertrand !

tableau

Quand les « grands faiseux » faisaient

Argumentaires

Ils faisaient surtout cause commune avec leurs alliés PS/PC/EELV lors du mandat 2010 – 2015 de l’ancienne région Nord-Pas de Calais, sous la présidence des socialistes.

A l’époque, déjà, le Groupe FN-Rassemblement NPDC avait dénoncé le manque de contrôle et de rigueur dans l’attribution de subventions à des associations « douteuses » :

Pour exemple : SAFFIA (Solidarité avec les Femmes et les Familles d’Ici et d’Ailleurs), aujourd’hui sur le coup d’une enquête judiciaire:

04/10/2010 – Amendement déposé par Éric Dillies : « examiner la légalité des opérations envisagées » : l’UMP ne participe pas au vote.

10/10/2011 – Subvention de 27.000 € : le Groupe FN-Rassemblement NPDC vote contre, l’UMP vote pour avec Gauche/Ecolos

04/11/2013 – Subvention de 20.000 € :

-Le FN dépose un amendement : l’UMP vote contre avec Gauche/Ecolos

-Délibération : l’UMP vote pour avec Gauche/Ecolos

La vigilance des élus FN-RBM met en difficulté l’Exécutif

Argumentaires

Au cours de la Séance Plénière du 13 octobre 2016, notre collègue André Murawski dénonçait la baisse significative de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) des lycées. (Lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=XC9-W73QfFU )

Cette délibération, présentée une fois de plus dans des conditions d’opacité délibérée et sous couvert d’une urgence imaginaire, a été adoptée par les seuls élus UMP/UDI.

Dans la région des Hauts-de-France la DGF des lycées a globalement baissé de – 7.19 %.

Pour l’ancienne Région Nord-Pas de Calais la baisse est de -1,89 %.

Pour l’ancienne Région Picardie la baisse est de -16,95%.

Une fois de plus notre Groupe avait vu juste en intervenant et en ne votant pas une Dotation Globale qui portait atteinte au bon fonctionnement des lycées et à l’équité des territoires.

SAFFIA : Argent public détourné, habitants volés

Argumentaires

Une instruction judiciaire est ouverte à l’encontre de l’association SAFFIA (Solidarité Avec les Femmes et Familles d’Ici et d’Ailleurs)

Des centaines de milliers d’Euros ont été détournés par ses dirigeants aux dépens des habitants de notre région.

Cette association propose : « un programme d’actions portant sur l’intégration des femmes immigrées et/ou issues de l’immigration ».(http://www.lavoixdunord.fr/101911/article/2017-01-11/des-centaines-de-milliers-d-euros-detournes-au-sein-de-l-association-saffia).

Toujours soucieux que « un Euro dépensé soit un Euro utile pour les habitants », le groupe le Groupe FN-RBM, et avant lui le Groupe FN – Rassemblement NPDC n’ont eu de cesse de tirer la sonnette d’alarme sur ce genre d’association et de demander, inlassablement, qu’un contrôle plus strict soit fait lorsqu’il s’agit des subventions aux associations.

Pourtant depuis 2010, l’UMP-UDI, et leurs prédécesseurs, ont systématiquement voté POUR les subventions accordées à SAFFIA, quand le FN votait systématiquement toujours CONTRE.

Irresponsabilité coupable de l’Exécutif UMP-UDI.

Clairvoyance et sagesse de notre Groupe.

Canal Seine-Nord : les caprices de l’Exécutif !

Argumentaires

S’il y a bien un dossier qui incarne l’agitation et la communication de l’Exécutif, c’est celui du canal Seine Nord ! Le 8 juillet 2016, l’Exécutif a proposé à l’Assemblée une délibération fixant les montants financiers pour le lancement du canal Seine-Nord-Escaut.

Nous avions alors dénoncé le manque de sincérité de ce protocole qui ne mentionnait pas les réels engagements des collectivités. Annoncée à 110 M€ la participation de l’Ile-de-France était affichée à 210 M€. Ce sera bien 110 M€ au final. Pire, la participation du Conseil Régional est revue à la hausse : 352,65 M€ au lieu des 302,65 M€ initialement prévus, soit 50M€ supplémentaires rajoutés au pot à la dernière minute : une hausse de 16 % par rapport au montant initial. Le plus incroyable, c’est que ces élus affirmaient, sans gêne, qu’en cas d’échec du projet nous serions, nous élus du groupe FN-RBM, les responsables.

Aujourd’hui, les mêmes donneurs de leçons, menacent de retirer les 350M€ promis parce que leur copain Monsieur Borloo n’est pas nommé à la direction du Projet. Tout cela n’est pas très sérieux !

Radio Libre… et indépendante…

Argumentaires

Lors de la Séance Plénière du 24/11/2016, entre la poire et le fromage, il nous était présenté, en urgence, une délibération portant sur le financement de radios associatives.

Par la voix de son Vice-Président, Sébastien Chenu, le groupe FN-RBM soulevait le lièvre en évoquant, entres autre radios associatives concernées, la sulfureuse Radio Pastel avec ses non moins sulfureux invités d’honneur tels Tariq Ramadan ou Hassan Iquioussen.

Tollé de l’Exécutif LR-UDI qui renvoyait sèchement le Groupe FN-RBM à ses satanés « fantasmes ». 18Slimane Tir, président de l’antenne de Radio Pastel, est un élu écologique qui affiche clairement son communautarisme islamique. De quoi garantir effectivement la neutralité et l’objectivité des programmations…

Contacté par la Voix du Nord, l’Exécutif a simplement répondu « que ce n’est pas la région qui choisit quelles radios sont soutenues » (http://www.lavoixdunord.fr/82554/article/2016-11-30/le-fn-accuse-la-radio-pastel-fm-de-soutenir-le-communautarisme-islamiste)

Veulerie ou complicité ?

Quand la « bien-pensance » est confrontée à la réalité

Argumentaires

 

En son article 6, la loi El Khomri pose le principe que « la liber­té du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions …»

Le 3 janvier 2017 sur l’antenne de France info, Monsieur Lagarde, dé­puté-maire UDI de Drancy déclarait : « On ne l’a jamais dit, mais une partie de la fermeture de PSA était liée aus­si à l’omniprésence religieuse et au fait qu’il y avait des exigences reli­gieuses au travail, d’arrêt de travail, de baisse de la productivité, et dans le choix de PSA de fermer Aulnay, il y a eu aussi cet aspect-là. »

Nous, élus patriotes, sommes bien au fait de cette réalité du communauta­risme. Seul le terrorisme intellectuel entretenu par la bien-pensance em­pêche que cette réalité soit connue des Français. La motion « refuser le communautarisme qui divise », défendue par notre collègue Daniel Philippot ce 14 décembre en séance plénière du conseil régional.

Notre motion (http://picardienor- dpasdecalais.com/motions-voeux/voeu-depose-groupe-seance-plenie- re-13-14-decembre-2016/) était un appel à la raison et à la lucidité. La seule réponse de l’Exécutif fut la ca­ricature de ce que nous sommes et au final l’insulte adressée à notre prési­dent de groupe.

Intervention de Philippe Eymery sur le budget primitif 2017

Argumentaires

CONSEIL REGIONAL HAUTS-DE-FRANCE

PICARDIE NORD PAS-DE-CALAIS

SEANCE PLENIERE Des 13 et 14 décembre2016

Intervention de Philippe Eymery

 

 

Monsieur le Président, monsieur le rapporteur;

 

Le 26 mai lors du vote du premier budget de l’Exécutif vous nous déclariez ce budget n’est pas le nôtre « et ce à plusieurs reprises comme pour se faire pardonner de ne pas tenir vos engagements de campagne.

Ce 8 décembre, notre groupe vous pose la question «  ce budget primitif 2017 est-il le vôtre ? »

En effet le second comme le premier budget de l’Exécutif sont bien en décalage avec les 3 actes fondateurs de ce mandat : le livre projet Au travail de l’automne 2015, le discours d’investiture du Président ce 4 janvier et la présentation du rapport d’orientations budgétaires ce 26 avril 2016.

Qu’on en juge.

Dans votre livre. Vous disiez vous-même : « si nous parvenons simplement à réduire nos dépenses de fonctionnement de la moitié de cet objectif, ce sont 300 millions d’euros par an que nous pouvons économiser ».                                                                                                                                             Sans oublier d’augmenter le budget Culture de 40 millions sur la durée du mandat de 70 à 110 millions d’euros. Mais également la promesse de création de 60 000 emplois au 1er septembre 2016.

Puis ce fut le discours d’investiture avec entre autres la construction d’une Arena à Dunkerque et sur la Métropole.

Le 26 avril 2016 le rapporteur nous déclarait :

« Nous avons concrètement 120 euros de dette par habitant de plus que les autres régions françaises. Cela fait une dette exagérée, excessive de 700 millions d’euros qui nous coûte évidemment chaque année un peu plus cher en remboursement ».

Il déclarait également concernant les dépenses de fonctionnement que vous-même M. le « Président et votre majorité se sont engagés à faire des économies en se fixant un objectif de 300 millions d’euros sur la durée du mandat ».

Vous étiez passés de 300 millions d’euros / an à 300 millions d’euros sur 5 ans.

 

 

Le 26 mai, ce fut en quelque sorte l’heure de vérité et l’acte 1 du renoncement budgétaire. « Ce budget n’est pas le nôtre ». Et vous mites en cause le poids de l’héritage, les factures dans le tiroir et le manque de temps pour redresser la barre du « bateau ivre » pour reprendre l’expression du rapporteur.

 

Votre partenaire de l’UDI en rajouta (Séance plénière du 26 avril) : 100 millions de factures cachées.

Là où le rapporteur nous avait le compte précis entre l’impayé SNCF, l’avance Nausicaa, etc… pour plus de 80 millions d’euros, votre partenaire arrondissait allégrement à la centaine supérieure.

Le résultat c’était en réalité «  pire que les socialistes ».

Et ces déclarations d’avril 2016 reprises régulièrement à chaque séance sur les factures cachées montrent les failles de votre raisonnement sur la baisse des dépenses de fonctionnement.

A partir d’un montant inscrit au Budget 2016 à plus de 2 milliards dont vous dites qu’il est … artificiellement, vous déduisez artificiellement et faussement une baisse des dépenses de 123 millions. La réalité est tout autre au plus 40 millions d’euros.

Budget insincère des socialistes mais pas de séisme de la CRC !

Elle est bien là, la complicité avec les socialistes.

 

 

 

 

Le 24 novembre le rapport d’orientations budgétaires nous permit de comprendre que se profilait l’acte 2 du renoncement budgétaire. Oubliée la réduction des dépenses de fonctionnement, de 100 millions d’euros en 300 millions d’euros, oubliée la maîtrise de l’endettement. Décidément après une courte période de grâce au cours de laquelle vous parliez beaucoup de faire de la politique autrement et vous annonciez les unes après les autres des mesures phare qui tenaient plus de la communication que de l’action réelle, vint l’automne des renoncements.

D’abord le renoncement sur le front de l’emploi / 60 000 créations d’emploi devenus 190 chômeurs en plus dans les catégories A, B et C. L’accord récent signé avec M Solly, le dirigeant de Facebook, n’y fera rien. Nous sommes toujours, hélas pour les chômeurs, dans la communication. N’est-ce pas M Solly, cet ancien du premier cercle de M. Sarkozy qui déclarait « la réalité n’a aucune importance, il n’y a que la perception qui compte ».

 

Oubliées la réduction du parc immobilier et l’arrêt des locations à l’extérieur, mais peut-être le maire de Tourcoing qui avait présidé la mission d’information sur les locaux ne vous avait pas averti qu’il avait signé un rapport approuvant la politique socialiste.

 

Ce 8 décembre, vous présentez à l’assemblée un budget qui confirme l’acte 2 du renoncement.

Qu’y trouve-t-on dans ce budget ?

1 – Un effort sur les services généraux. Dont acte mais l’essentiel n’est pas là. Et ce n’est pas monsieur le Président en mangeant un sandwich dans votre véhicule le midi que vous redresserez la situation financière du conseil régional. Là encore de la communication.

 

2 –  aucune inflexion stratégique des politiques socialistes de vos prédécesseurs. Et cela notre groupe l’a mis en évidence depuis bientôt 12 mois tant lors des commissions permanentes que des séances plénières. Sans que cette liste soit exhaustive : fibre numérique, maintien des subventions aux associations clientélistes ou communautaristes et souvent les 2 à la fois, aucun audit sur la pertinence des politiques menées antérieurement, soumission à la SNCF par prise en charge d’investissements qui incombent à l’opérateur. Et certainement la plus emblématique : la transformation des plateformes pour l’emploi des jeunes de l’ancien vice-président socialiste de la région NPDC (Plateformes Avenir Jeunes) et la plateforme Proch’emploi. Il est vrai qu’entretemps l’ex chef de file socialiste est devenu un de vos conseillers que vous consultez régulièrement avant chaque séance plénière. Et c’est ainsi que ces plateforme fustigées sous le précédent mandat par les élus UMP sont maintenues au bénéfice des socialistes. Retour d’ascenseur diront certains ?

 

 

 

3 –  accroissement de la dette 2 886 millions au 31 décembre 2015 à 4 141 millions au 31 décembre 2021.

Alors nous vous reposons la question «  ce budget est-il le vôtre ».

Convenons que cette triste réalité met en cause votre crédibilité, votre sincérité et ressemble à la chronique d’une catastrophe annoncée.

La crédibilité pour les éternels gogos à qui vous avez réussi à faire oublier le temps d’une campagne que vous fûtes le ministre de M Fillion sous la présidence de M Sarkozy. De ce quinquennat Sarkozy / Fillion qui fut l’un des plus désastreux de la 5ème République, il faut retenir que vous fûtes le ministre du chômage et celui du médiator. Cette crédibilité est mise à mal par le grand écart entre les promesses du livre projet et votre incapacité à leur donner corps.

La sincérité et c’est certainement là tout ce qui vous oppose à Marine le Pen.

 

La chronique d’une catastrophe annoncée. La vertigineuse augmentation de l’endettement révélée ce 24 novembre nous emmène à marches forcées vers l’esclavage de la dette et qui sait vers la mise sous tutelle. Malgré nos demandes, nous ne voyons pas de Programme Prévisionnel d’Investissement (PPI) ou de plan de cession des lycées.

Votre politique en faveur de l’amélioration énergétique des logements est au point mort alors que c’est bien une priorité au service des habitants de cette région. Qu’en est-il de la mutualisation des services achats avec les conseils départementaux évoquée dans le livre projet ?

Vous écrivez en partie IV de votre livre projet. Mon engagement « faire plus en dépensant moins ».

La réalité c’est que vous faites moins en dépensant plus.

En réalité ce budget n’est pas au service des habitants de la région. Car ce conseil régional n’est pas au service des habitants de la région.

Pour nous un euro dépensé est un euro utile pour les habitants de la région.

Ce n’est pas le cas de ce budget. Nous le regrettons tout comme nous regrettons votre refus d’entendre par sectarisme nos propositions de bon sens.

Même s’il vous arrive quelques mois plus tard de reconnaître le bien fondé de nos propositions.

Comme nous le verrons demain avec la gratuité pour les forces de l’ordre dans le TER.

En quelques sortes l’hommage tardif du vice à la vertu.

Comptez sur nous pour continuer à tracer notre sillon à être cette force de propositions dont vous avez tant besoin. C’est notre honneur de tenir ce discours de vente et de bon sens loin de toute démagogue.

C’est l’honneur des élus FN-RBM et nous y tenons.