Argumentaires

Canal Seine-Nord : où est l’argent ?

Argumentaires

Le 3 octobre dernier, à Amiens, Bertrand a gagné, semble-t-il, son bras de fer avec Macron. Dans sa ville natale, le Président de la République a proposé un nouveau montage financier pour relancer le canal Seine-Nord. Les premières années, les collectivités territoriales paieront à la place de l’Etat qui a confirmé « le principe de financement d’un montant d’un milliard d’euros ». http://www.courrier-picard.fr/61535/ article/2017-10-04/canal-seinenord-letat-sen-lave-les-mains Mais dans une lettre adressée aux collectivités territoriales, le Premier ministre précisait que le milliard en question ne proviendra pas des caisses de l’Etat mais de « taxes affectées ». Quelles taxes ? Mystère ! En tout cas Bertrand ne veut pas se faire imposer de nouvelles taxes. On est encore bien loin du premier coup de pioche ! Les collectivités territoriales ont désormais la totalité des responsabilités, mais aussi des risques.

Bertrand : l’arroseur arrosé

Argumentaires

« Xavier Bertrand sort l’artillerie lourde » titrait la voix du Nord du 30 septembre. La veille, le 29 septembre, au cours de la Séance plénière, M. Bertrand a en effet abordé les sujets qui fâchent, et ils ne manquent pas : Canal Seine-Nord, le barreau Creil – Roissy, Prima, Alstom, baisse des APL, restriction budgétaires (25 millions d’euros de baisse de la dotation d’Etat au titre du développement économique).

http://www.lavoixdunord.fr/225898/ article/2017-09-29/xavier-bertrand-sort-l-artillerie-lourde-contre-paris-et-la-technostructure

Ce mauvais numéro de M. Bertrand ne nous fait pas oublier qu’il a ap­pelé à voter Macron au second tour de l’élection présidentielle, et que tout dernièrement encore, il a soute­nu la réforme du code du travail…. Il savait parfaitement ce que serait la politique de Macron !

« C’est le choeur des pleureuses » déclarait Marine ! Pleureuses qui, au­jourd’hui, portent l’entière responsa­bilité des actions du gouvernement http://picardienordpasdecalais.com/ communique/macron-a-amiens-jeu-de-poker-hauts-de-france/

Bertrand mis en difficulté par sa propre majorité

Argumentaires

L’association OISO, Obser­vation, Initiation, Soins aux Oiseaux, connaît des dif­ficultés depuis quelques années. Elle vit principalement de subventions publiques, sur un budget de fonctionnement estimé à 90.000 EUR. Le Conseil régional participait jusqu’alors à hauteur de 50%**.

En juillet, l’association lançait un appel de détresse : les subventions régionales tardaient à venir, sa sur­vie était menacée. Le 19 juillet, dans un communiqué M. Bertrand assurait maintenir l’aide et déclarait que la délibération serait examinée au cours de la Commission permanente du 29 septembre.

Le 21 septembre, le Président Les Ré­publicains de la Commission « envi­ronnement», déclarait que la délibé­ration ne serait pas examinée.

Décidément, rien ne va plus dans le monde de M. Bertrand !

A suivre à la Séance plénière.

 

** http://www.courrier-picard.fr/45956/article/2017-07-26/lhopital-des-oiseaux-menace-de-disparition

Caterpillar : l’emploi local sacrifié

Argumentaires

Le site Caterpillar d’Arras est un site performant, dégageant un ré­sultat net de 10%, pour un chiffre d’affaires compris entre 80 et 90 millions d’euros. Depuis son instal­lation, Caterpillar a reçu près de 600.000 EUR d’aides publiques*.

Pourtant, les 70 salariés ont appris, la semaine dernière, la fermeture de leur usine. Avec les sous-traitants, c’est une centaine d’emplois qui est concernée.

Motif : le groupe américain s’est engagé dans une vaste restructu­ration mondiale et prévoit 20.000 licenciements.

Le sort de salariés n’a pas pesé lourd face au profit réalisé par le transfert de l’usine au Brésil et en Irlande du Nord. Le Groupe amé­ricain espère probablement bé­néficier aussi des ordonnances de la Loi travail facilitant les licencie­ments.

Quant aux 600.000 EUR d’argent public nul ne sait s’ils seront rem­boursés un jour …

 

* http://www.lavoixdunord.fr/220494/article/2017-09-19/fermeture-de-caterpillar-ouverture-des-ne­gociations-concernant-les-70-salaries

Ascoval : le mécano cynique de Bertrand

Argumentaires

L’aciérie Ascometal de Leffrinc­koucke fermera ses portes le 30 septembre. Sur les 140 salariés, une cinquantaine n’est pas encore reclassée. http://www.lavoixdunord. fr/219060/article/2017-09-16/plan-social-et-reorganisation-l-usine-des-dunes-et-apres

Courant 2016, pour sauver son acié­rie de Saint-Saulve, Vallourec s’était uni à Ascometal. La nouvelle entité s’appelle désormais Ascoval. L’usine de Leffrinckoucke, victime du plan bancal et profondément malhonnête, est sacrifiée pour sauver Saint-Saulve : on déshabille Pierre pour rhabiller Paul !

Macron et Bertrand ont monté avec cynisme ce meccano qui aboutit à une nouvelle casse sociale. Ils ont avancé masqués. http://www.lavoixdu­nord.fr/214017/article/2017-09-06/ le-maire-prend-un-arrete-contre-la-fermeture-de-l-acierie-d-ascometal#

Bertrand essaye de se dédouaner avec un prêt de 14 millions € consenti par le Conseil régional, probablement non garanti, pour une opération dont la clarté et l’efficacité restent à démontrer.

Nous attendons toujours le projet in­dustriel avec des process innovants annoncés pour le site de Leffrinckoucke.

Tous les chemins mènent à l’immigration sans fin

Argumentaires

Le 11 avril dernier, les migrants met­taient le feu au camp de La Linière à Grande-Synthe et le détruisaient.

Depuis, le maire de Grande-Synthe qui aime se faire appeler « le maire des migrants », rêve de reconstruire un campement. M. Collomb, ministre de l’Intérieur vient de le débouter dans son nouveau projet d’ac­cueil.*

A y regarder de plus près, la dé­cision du gouvernement ne signifie pas un désaccord sur le principe mais uniquement sur les modalités : M. Carême souhaite continuer de faire de sa commune le laboratoire de toutes les dérives de l’immigra­tion à outrance, M. Collomb entend, lui, les disséminer sur l’ensemble du territoire national. Comme ces 19 et 20 novembre, 2 jours au cours desquels plusieurs centaines de migrants de Grande-Synthe ont déjà été transférés dans toute la France.**

Ce système d’accueil et d’asile s’apparente à vouloir vider un évier avec le robinet grand ouvert.

* http://www.lavoixdunord.fr/219885/article/2017-09-18/l-etat-s-oppose-la-reouverture-d-un-camp-pour-les-migrants-le-maire-y-installe

** http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/09/19/le-campement-de-migrants-de-grande-synthe-en-cours-d-evacuation_5187672_1654200.html

Dossier Whirlpool : l’U.E. désindustrialise la France

Argumentaires

Le site Whirlpool d’Amiens sera réindustrialisé. L’industriel Decayeux reprend le site pour y fabriquer des «casiers intelligents et réfrigérés ». http://www.courrier-picard.fr/56092/article/2017-09-12/un-accord-trouve-pour-la-reprise-de-whirlpool-avec-nicolas-decayeux . Il est bon de rappeler l’historique du dossier : le 11 juillet 2014 Whirlpool, avec l’aval des autorités de la concurrence européenne, fusionnait avec Indesit et réorganisait ses outils de production en Europe. https://www.lesechos.fr/13/03/2015/LesEchos/21897-075-ECH_whirlpool-lance-l-integration-de-l-italien-indesit.htm. L’Union Européenne engendre ainsi la politique de désindustrialisation de notre pays et permet à la Pologne de se livrer à un dumping social et économique. Whirlpool n’a pas respecté sa parole sur la construction d’un nouveau sèche-linge high-tech à Amiens et c’est M. Decayeux qui tirera les marrons du feu en profitant d’une extrême tension sociale et, au passage, de 45.000 € versés par Whirlpool pour chaque emploi créé.

Calais Port 2015 : le groupe FN-RBM en pointe pour l’emploi local

Argumentaires

Dès le mois d’avril, notre groupe lançait un pavé dans la mare : Bouygues était en passe de privilégier des entreprises étrangères sur le marché passerelles.
(http://www.nordlittoral.fr/42085/article/2017-08-13/choix-des-passerelles-250-emplois-locaux-ou-du-travail-pour-la-pologne)
Bouygues travaux publics, à la tête du groupement d’entreprises pour l’exécution du chantier Calais Port 2015, a l’intention de privilégier une société de droit suédois, MacGregor, pour la construction des trois passerelles véhicules.
Si cela se confirme, la construction des passerelles se fera en Pologne. Contrevenant ainsi au pacte moral et politique fin 2015 pour donner la priorité à l’emploi local.
(http://www.lavoixdunord.fr/206670/article/2017-08-20/calais-port-2015-polemique-autour-du-marche-de-passerelles-vehicules)
Le groupe FN-RBM agit pour préserver l’emploi local et le choix de l’offre du groupement d’entreprises régionales : saisine de la SPD (Société des Ports du Détroit), interpellation du Président du CR, demande de réunion du conseil portuaire, etc

La grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf

Argumentaires

Borloo est venu présenter son plan «Energie pour l’Afrique» en séance Plénière du 29 juin.

http://www.lavoixdunord.fr/184504/article/2017-06-29/hauts-de-france-pre­miere-region-integrer-le-plan-borloo-pour-l-afrique.

Ce fut pour nous l’occasion de rap­peler que Marine Le Pen, par son engagement présidentiel n° 124, pro­posait de « Mettre en oeuvre une véri­table politique de co-développement avec les pays d’Afrique »

Les relations internationales sont par essence de compétence réga­lienne.

Bertrand, incapable de tenir ses promesses sur l’emploi, veut donc, désormais, s’occuper des relations internationales. Espère-t-il ainsi faire oublier l’échec de « Proch’Emploi » dont il avait fait un axe prioritaire de son action ? Depuis l’élection de M. Bertrand le nombre de demandeurs d’emploi et passé de 574.180 à 590.640, soit +2,86 % du 1er janvier 2016 au 31 mai 2017.

L’Exécutif se réjouit que le Conseil régional des Hauts de France de­vienne « le chef de file français » du plan Borloo pour l’Afrique.

Le groupe FN-RBM a appelé M. Ber­trand à s’occuper d’abord de ce qui relève des compétences du conseil régional : lycées, trains, développe­ment économique.

Pour les élus Front National, confor­mément au projet régional porté par Marine, 1 euro dépensé, c’est 1 euro utile aux habitants de la région.

L’engagement, hors compétence, de 11 millions d’euros du Conseil régio­nal sur ce plan porté par un ami poli­tique de M. Bertrand constitue un vé­ritable scandale. Scandale que nous avons dénoncé avec vigueur.

Submersion migratoire : victoire politique du groupe FN-RBM

Argumentaires

Dans un voeu intitulé : «pour des solu­tions efficaces et durables au phéno­mène migratoire dans le Calaisis », le groupe Les Républicains et appa­rentés constate : « depuis quelques semaines, sur l’autoroute A16, une recrudescence des dégradations sur les camions et la réapparition des barrages sur l’autoroute causant ra­lentissements et accidents ».

Il aura fallu la mort d’un chauffeur polonais tué dans le ralentissement provoqué par un barrage enflammé, dressé par les migrants sur l’auto­route, pour que les élus Les Répu­blicains reconnaissent la réalité du chaos migratoire.

Dès janvier 2016, le groupe FN-RBM a été un lanceur d’alerte : nos voeux furent tous rejetés avec mépris. Pour M. Bertrand le sujet des migrants est une « obsession du Front national ».

Cependant pour la première fois, l’Exécutif a repris partiellement notre argumentaire. Partiellement, car les demandes exprimées par ce voeu sont de simples mesures de police et n’abordent pas le préalable politique, se libérer de Schengen et retrouver la souveraineté sur nos frontières.

Notre groupe a donc déposé un amendement demandant d’ajouter à ce voeu le retour au contrôle des frontières. Amendement rejeté par la majorité LR/UDI.

La preuve que leur démarche est d’abord une posture.