Argumentaires

Puythouck : le double discours gouvernemental sur les flux migratoires

Argumentaires

En mars, Philippe Eymery et Adrien Nave ont déposé une plainte contre X pour « occupation illégale du Puythouck, site classé réserve naturelle régionale, dont les clandestins bafouent le règlement ». Il faut rappeler que cette plainte fait suite à une précédente, déposée elle en août 2018, qui classée sans suite judiciaire. Nous avons appris un le classement sans suite de cette deuxième plainte moins de 10 jours après notre action en justice. Il apparait évident que l’enquête susceptible d’être déclenchée par la plainte a été bâclée et que rien n’a été fait du côté de la justice pour constater la moindre infraction dans la réserve naturelle du Puythouck, toujours occupé illégalement par des clandestins. Philippe Eymery et Adrien Nave ont donc mis en lumière le double-discours de l’État, qui proclame vouloir démanteler les points de fixation sur le littoral, et dans les faits tolère l’accueil organisé de migrants clandestins par le maire de Grande-Synthe sur sa commune. A la suite de ce classement de notre plainte, le Phare Dunkerquois a réagi le 13 mai, la Voix du Nord et Delta Fm le 14 mai.

L’impuissance de Bertrand à faire fléchir Südzucker

Argumentaires

Südzucker, maison-mère de Saint Louis, a refusé mercredi la proposition de rachat de deux de ses quatre sucreries françaises à la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) avec un soutien financier des conseils régionaux des Hauts-de-France et de Normandie.

Südzucker a choisi de renforcer les deux usines restantes et d’empêcher la concurrence de deux sucreries reprises par les betteraviers. 2000 planteurs sont directement impactés par les fermetures des deux sites (dont celui d’Eppeville dans la Somme) et devront écouler leur production à des sucreries plus éloignées ou bien se reconvertir. En maintenant symboliquement une poignée d’employés sur ces sites, le groupe allemand contourne la «loi Florange», qui impose à tout employeur d’une entreprise ou d’un groupe d’au moins 1000 salariés, qui envisage de fermer un établissement et de procéder à des licenciements économiques, de rechercher un repreneur.

Dans un communiqué de presse du vendredi 17 mai, nous avons dénoncé l’impuissance de Bertrand à faire fléchir le groupe sucrier allemand. Südzucker a bénéficié du CICE pour un montant de 9 millions d’euros, et maintenant restructure ses sites de production français au détriment des salariés et du tissu économique local. Le président du Conseil régional doit exiger la restitution de cette somme, mais nous savons qu’il ne le fera pas. Nous restons en alerte sur ce dossier.

Notre action politique : communiqué de presse du 17 mai 2019

Les vrais responsables du déclin ferroviaire ne sont pas les cheminots

Argumentaires

Les grèves organisées par les syndicats de la SNCF sont compréhensibles; la réforme du gouvernement mérite d’être combattue. Cependant, elle ne doit pas l’être, comme actuellement, au détriment des seuls clients et contribuables. Les citoyens n’ont pas à être pris en otage de ces actions alors que la plupart d’entre eux veulent simplement se rendre sur leur lieu de travail.

Notre région est une des plus impactées de France. Les habitants souffrent de cette situation qui va durer, a minima, encore plusieurs semaines. Les moyens de substitution tel le covoiturage sont encore insuffisants et saturent le réseau routier déjà très encombré.

Des solutions mesurées, n’entravant pas le quotidien des habitants, doivent être mises en place. Les actions syndicales doivent être menées à l’encontre des véritables responsables de cette situation : la direction de la SNCF, le gouvernement et la Commission de Bruxelles. Pour notre part, nous avons demandé à M. Bertrand, autorité organisatrice de transports, d’assumer ses responsabilités à l’égard de l’opérateur SNCF

Notre action politique : notre communiqué de presse du 9 avril 2018 + courrier de Philippe Eymery à M.Bertrand.

Fichés S : les contradictions de Darmanin

Argumentaires

Monsieur Darmanin aurait-il quelques soucis de mémoire ? C’est ce que l’on peut penser en comparant ses déclarations passées en tant que maire de Tourcoing et ses propos de dimanche dernier sur une radio nationale. Il y encore 1 an et demi, il préconisait des mesures strictes vis-à-vis des personnes radicalisées : expulsion pour les étrangers et surveillance par la justice pour les nationaux. Aujourd’hui, il prend prétexte des difficultés liées à l’outil pour le renseignement pour ne pas les expulser.

Darmanin adapte ses positions au parti qu’il soutient, telle une girouette : Les Républicains il y a 1 an et demi, LREM désormais, après s’être vu offert un poste de ministre.

Bertrand  et Darmanin, qui il y a quelque temps appartenaient au parti des Républicains, ont trompé et continuent de tromper leurs électeurs et donc les habitants de la région.

Article Boulevard Voltaire en date du 1er avril 2018

http://www.bvoltaire.com/fiches-s-arguments-de-gerald-darmanin-foireux-de-collomb/?mc_cid=06f031a6b4&mc_eid=aae18b79e8

Amar Lasfar, cette relation de Bertrand qui soutient Ramadan

Argumentaires

Lors de la séance plénière du 16 octobre 2017, les élus FN mettaient en avant les relations troubles entre Bertrand et les islamistes de Musulmans de France, nouvelle appellation pour l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France). Sa visite au lycée islamique Averroes avec Darmanin, Lebas et Lecerf est significative car effectuée  au lendemain même des attentats de Charlie Hebdo soit avant même la diffusion des conclusions du rapport de l’inspection académique sur le respect des termes de la convention signée entre l’Etat et l’établissement aux pratiques plus que suspicieuses.  Qui se cache derrière l’association qui gère cette école ?  Amar Lasfar qui n’est autre que le Président de Musulmans de France et un des principaux soutiens de Tarik Ramadan, mis en examen et emprisonné pour viols.

Bertrand, roi du double langage, en difficulté pour cacher sa proximité avec les islamistes les plus radicaux.

Notre action politique : notre vidéo mise en ligne sur Youtube le 20 octobre 2017

https://www.youtube.com/watch?v=0rgJuxHBXD4

Gestion du ferroviaire : l’hypocrisie de Bertrand

Argumentaires

Les difficultés s’accumulent pour les usagers de la SNCF dans la région : vétusté du réseau, retards, insécurité.

Bertrand s’offusque de ces dysfonctionnements en faisant porter la responsabilité de ces maux sur le dos de la SNCF. Il reproche au groupe ferroviaire un manque de transparence pour justifier sa passivité face à la gronde des associations d’usagers. Or, pour chaque ex-région, l’ensemble des informations nécessaires est disponible via les divers comités de suivi mis en place. Par sa rétention d’informations, Bertrand nous révèle sa vraie politique : l’inefficacité. Le 14 mars 2016, Darmanin annonce la tenue d’un audit interne, or, la commission 9 n’a toujours pas été saisie.

Il est temps que Bertrand soit responsable dans ce dossier pour donner un vrai service aux habitants, particulièrement aux Picards négligés par l’Etat, et aux industriels frileux face à un réseau inefficace.

Notre action politique : conférence de presse du 16 mars 2018

Scandale SAFFIA : le Conseil régional n’a pas à financer le communautarisme immigré

Argumentaires

TRACFIN (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins) a relevé de graves irrégularités concernant l’association SAFFIA (Solidarité avec les femmes et familles d’ici et d’ailleurs), basée à Lille Fives. Les responsables ont profité de l’argent public au bénéfice de sa directrice qui se versait un salaire conséquent et occupait un logement acheté grâce aux subventions.

590.000 euros, c’est la somme qui aurait été détournée entre 2010 et 2014 ; somme généreusement accordée, notamment, par le Conseil régional et l’intermédiaire des élus du parti socialiste aidés par Les Républicains/UMP.

Les habitants de la région ont été trompés à cause du laxisme et du clientélisme d’élus peu scrupuleux de l’utilisation de l’argent public. Bertrand doit prendre ses responsabilités et appliquer un contrôle strict des associations bénéficiaires.

Notre action politique : Communiqué de presse du 27 mars 2018

Scandale SAFFIA : le Front National a tiré le premier la sonnette d’alarme !

Soutien aux entreprises régionales menacées par la violence migratoire

Argumentaires

Les établissements Rivet et Verborgh, société spécialisée en mécanique industrielle dans le Calaisis voit son quotidien perturbé depuis que les associations pro-migrants ont décidé d’organiser la distribution de repas aux clandestins précisément sous ses fenêtres.

La société a publié un communiqué de presse alarmant, l’entreprise est en péril et réclame « l’aide urgente des pouvoirs publics afin d’assurer la sécurité des employés et des locaux ». On comptabilise à ce jour entre 500 et 600 migrants présents à proximité de la zone. (http://www.lavoixdunord.fr/311518/article/2018-02-05/face-la-crise-migratoire-les-ets-rivet-appellent-l-aide)

L’Etat doit prendre ses responsabilités : un retour des frontières qui protègent et l’application du droit. Les associations qui sous couvert d’humanitaire encouragent l’afflux migratoire doivent être poursuivies, non pas concurrencées par les services de la préfecture qui se sont mis, eux aussi, selon la volonté de Monsieur Macron à distribuer des repas aux clandestins. (http://www.bvoltaire.fr/migrants-fine-bouche-a-calais/)

Notre action politique : communiqué de presse du 7 février 2018

http://picardienordpasdecalais.com/communique/lentreprise-rivet-verborgh-de-calais-menacee-violence-migrants/

Thalys abandonne Lille : la démonstration d’un échec politique

Argumentaires

La compagnie Thalys a annoncé qu’en 2019, elle ne desservirait plus Amsterdam depuis Lille. Elle ne remplit pas suffisamment les 4 trains journaliers au départ de la gare Lille-Europe.

« Mettre les hommes en liaison » « Rapprochons-nous » les beaux slogans marketing de la SNCF, actionnaire majoritaire de Thalys (62%) se sont disloqués. Selon cette même logique, devrait-on aussi supprimer la ligne téléphonique vers les Pays-Bas au motif que peu d’appels y sont passés ? (http://picardienordpasdecalais.com/communique/thalys-abandonne-lille-pepy-linternationalisation-cause/)

Les slogans entonnés par Madame Aubry Messieurs Bertrand et Castelain, les formules bruyantes sur les agences post BREXIT, le niveau de recherche et les programmes universitaires IDEX, le statut de « Lille capitale européenne » « Lille au centre de l’Europe » sonnent bien creux. Une publicité mensongère qui ne suffit plus à masquer l’échec de leurs politiques régionales en la matière, ainsi que le déclassement qui s’opère.  La réalité se charge ici de rappeler leur véritable niveau, évidemment pas à la hauteur des enjeux et des ambitions affichées.

Notre action politique : communiqué de presse du 5 mars 2018

http://picardienordpasdecalais.com/communique/thalys-abandonne-lille-pepy-linternationalisation-cause/

Vallourec continue de licencier: Bertrand désemparé

Argumentaires

La direction de Vallourec a décidé de fermer la ligne-chaudière de la tuberie de Saint-Saulve, mettant en péril de nouveau 164 salariés,  affirmant que cette activité subissait « de plein fouet la baisse continue des volumes dans l’énergie électrique conventionnelle, et ce dans un environnement extrêmement concurrentiel »(https://www.challenges.fr/industrie/xavier-bertrand-desempare-par-les-184-licenciements-de-vallourec-a-valenciennes_571279)9

En 2016,  Bpifrance (Banque publique d’investissement), c’est-à-dire l’Etat français et Nippon Steel, a souscrit à une augmentation de capital de Vallourec, montrant ainsi un soutien de confiance dans la stratégie de l’entreprise. Cependant, dans un contexte de guerre économique avec la Chine et les Etats-Unis,  l’industrie hexagonale ne peut être sauvée sans stratégie coordonnée au niveau national.Bertrand n’étant pas capable de s’assurer du soutien franc de l’Etat, il ne peut qu’exprimer dans une lettre adressée au Ministre de l’Economie sa « vive émotion et une totale incompréhension ».

Le dossier Vallourec incarne parmi d’autres l’impuissance et l’échec  de Bertrand.

Notre action politique : communiqué de presse du 3 mars 2018.