Argumentaires

Destruction de la chapelle Saint-Joseph à Lille : notre patrimoine en danger !

Argumentaires

Depuis plus de 6 mois, les amoureux du patrimoine lillois se mobilisent pour sauver de la destruction la chapelle de l’université catholique de Lille, la chapelle Saint-Joseph.

Située à Lille dans l’enceinte du Centre Scolaire Saint-Paul, la chapelle Saint- Joseph risque d’être démolie dans les prochaines semaines.

Au cœur du projet « Campus » initié par « La Catho », la chapelle ne fait pas partie des nombreux bâtiments qui seront réhabilités et le permis de démolir a été signé par la mairie le 28 mai 2019.

Les délais de recours sont dépassés et l’on peut regretter que les différentes tentatives de sauvegarde aient échoué, alors même que l’édifice est situé dans le périmètre classé Monument Historique du Palais Rameau.

Pourtant, une réhabilitation et une intégration de la chapelle dans le projet est tout à fait possible, et nous nous étonnons qu’une solution alternative à la démolition n’ait pas été proposée.

Nous demandons au Ministre de la Culture une mise sous protection d’urgence de l’édifice, afin de laisser le temps au maître d’ouvrage d’étudier la faisabilité et le coût d’une réhabilitation.

Cette mise sous protection d’urgence permet de geler la démolition pendant une durée d’un an, temps nécessaire à la présentation d’un projet alternatif.

À l’heure où les symboles de la religion catholique sont victimes d’actes de vandalisme et de profanations en tout genre, il nous semble inconcevable que l’université catholique elle-même propose de telles destructions. Certes cette chapelle ne date « que » du XIXe siècle, mais au-delà de sa valeur symbolique, aussi bien pour des raisons écologiques qu’économiques, la réhabilitation apparaît comme le choix le plus «éco-responsable».

Au lieu de détruire notre patrimoine il faut le restaurer et y investir pour promouvoir ces trésors d’une valeur historique et touristique inestimable.

Pour signer la pétition initiée par la Fédération Rassemblement National du Nord, cliquez ICI.

Nous soutenons totalement le recours initié par Urgences Patrimoine afin de sauver la Chapelle Saint-Joseph de la destruction.

Annulation des charges et des coûts fixes : toujours une nécessité pour les commerçants et les indépendants

Argumentaires

Le 30 octobre débutait une nouvelle période de confinement touchant de plein fouet des commerçants déjà affaiblis par le premier confinement et la crise économique et sociale provoquée par ce contexte. Période reconduite le 12 novembre pour au moins 15 jours.

Ces entreprises continuent à supporter les coûts fixes de structure sur lesquels elles n’ont pas de prise immédiate. Aucun secteur n’est épargné. Lorsque l’activité reprendra, les entreprises devront faire face au cumul des charges courantes et du report de charges antérieures. Leur trésorerie sera exsangue du fait du règlement des coûts fixes alors que de nouveau il n’y a pas eu de recettes.

Le groupe Rassemblement National et apparentés réitère ses demandes de mars 2020 au bénéfice des entreprises contraintes de cesser leur activité ou touchées par ricochet :

• Compensation des charges et coûts fixes à l’euro près par l’Etat ou leur exonération

• Allocation complémentaire au Fonds de solidarité :

1. 500 euros pour les indépendants et 1000 euros par salarié de l’entreprise

2. 1000 euros pour les « libéraux », professions de services touchés par la crise

Philippe Eymery a alerté Alain Griset, Ministre délégué aux petites et moyennes entreprises, en ce sens.

Marine avait dès le mois de mars proposé :

page1image1804512

Reconfinement acte 2 : organiser la résistance et sauver les entreprises implantées

Argumentaires

Les maires ont les premiers soufflé le vent de la révolte, dont le maire de Perpignan, Louis Aliot, qui dénonce une inégalité de traitement entre les grandes surfaces et les commerces non alimentaires. Il a pris vendredi 30 octobre un arrêté permettant aux commerces de centre-ville de rouvrir malgré les interdictions liées au reconfinement. Il prend surtout l’exemple des grandes surfaces, en pointant du doigt la variété de produits que l’on y retrouve : « c’est quand même incroyable qu’on interdise à un Perpignanais d’aller, par exemple, acheter sa chemise en centre-ville mais qu’on l’oblige à prendre sa voiture pour aller dans une grande surface en périphérie. »

Alexandre Avril, maire de Salbris, s’est également levé contre cette iniquité. Son constat est implacable : « les hypermarchés ont fait le plein de jouets de Noël et de chrysanthèmes alors que vous fermez nos petites boutiques et nos fleuristes. C’est injuste !

Les supermarchés continuent de vendre des kits de coloration alors que vous fermez nos coiffeurs. C’est injuste ! Amazon multiplie son chiffre d’affaires alors que vous fermez nos libraires. C’est injuste !

Enfin, les grandes enseignes de la malbouffe comme MacDo restent ouvertes alors que vous fermez nos délicieux petits restaurants locaux. C’est injuste !

C’est pourquoi, Monsieur le Président, nous vous demandons de réouvrir sans délai les petits commerces, qui sont toujours respectueux des règles et qui sont l’âme de nos villes. »

Nous ne pouvons que soutenir ces initiatives.

Si les commerces ne peuvent rouvrir, nous demandons, comme lors du premier confinement, l’annulation des charges et coûts fixes pour tous ceux dont l’activité est arrêtée ou impactée.

M. Bertrand, complice d’Averroès

Argumentaires

Début 2015, cet établissement privé musulman, situé à Lille, était inspecté. Il lui avait alors été demandé « de clarifier le statut et la place du religieux dans l’établissement ».

En octobre 2015, lors d’un débat entre Marine Le Pen et Monsieur Bertrand, ce dernier dénonçait les propos tenus par Marine Le Pen sur ce lycée :  » je connais d’autant plus le dossier qu’au lendemain des terribles événements de janvier, je suis allé dans ce lycée, j’y suis allé. »

Il ne s’est pas opposé au versement de la subvention annuelle malgré nos alertes répétées depuis le début du mandat. Nous avons, à multiples reprises, dénoncé un fonctionnement opaque notamment quant à l’enseignement prodigué aux élèves.

En tant que Président du Conseil régional, il ne s’est pas opposé au versement de la subvention annuelle malgré nos alertes répétées depuis le début du mandat. Nous avons, à multiples reprises, dénoncé un fonctionnement opaque notamment quant à l’enseignement prodigué aux élèves.

La décision soudaine de suspendre les subventions à cet établissement est un revirement de position opportuniste. Elle ne saurait cacher la complaisance entretenue par Monsieur Bertrand avec Monsieur Lasfar et le lycée Averroès depuis de nombreuses années.

Les comptes d’Averroès ont toujours été validés et approuvés par le Conseil régional. De plus M. Lebas siégeait au conseil d’administration ! L’Exécutif savait pour le don de Qatar charity ! Ils ont fait ceux qui ne voyaient pas, ou ne savaient pas jusqu’à la publication du livre Qatar Papers. M. Lasfar est en effet très clair : « quant à la subvention de la fondation Qatar Charity, oui, elle a été versée et a toujours été tracée explicitement dans notre comptabilité. »

Le Groupe Rassemblement National & apparentés s’est, depuis 2010, toujours refusé à voter les subventions à ce lycée islamiste. Marine Le Pen, dès 2005 (il y a donc 14 ans !), parlait de ce problème lors de sa conférence de presse sur la laïcité et le financement public de l’islam.

Notre groupe a les «yeux grand ouverts» sur ces sujets. Notre lutte contre l’islamisme radical est ancienne et constante.

Aide aux entreprises : le Conseil régional doit privilégier les TPE-PME

Argumentaires

Ynsect est une société qui s’est spécialisée dans l’élevage d’insectes et leur transformation en ingrédients de haute qualité à destination de l’alimentation des animaux domestiques et d’élevage.

nous soutenons.

Mais ce n’est pas tout : en 2018, la société annonce avoir bouclé un tour de table de 40 millions de dollars dont la majorité sous

Et lors de la dernière commission permanente, on nous demande de voter pour une subvention de 770 000 euros !

770 000 euros de subvention, cela correspond

Cette entreprise a développé un concept de ferme verticale lui permettant d’élever en grande quantité le Tenebrio Molitor une espèce de scarabée riche en protéines.

Cette société tout d’abord implantée dans l’Est, a fait le choix en 2018 de s’installer en Picardie, près d’Amiens, pour y créer sa première unité de production industrielle. A terme, près de 100 000 tonnes de ces précieux insectes devraient être produits chaque année.

Innovation, emploi, développement potentiel en particulier dans la chimie verte : rien à dire,

forme de capital. L’opération est menée par un groupe d’investisseurs conduit principalement par Creadev le fond de la famille Mulliez et par Temasek, le géant singapourien qui a rejoint les historiques de la start-up.

En 2019, l’entreprise annonce une nouvelle levée de fond de 125 millions de dollars, cet investissement à l’époque représente le plus grand tour de table hors États Unis, relate Antoine Hubert le PDG sur France info. Mais ce n’est pas fini, le 6 octobre de cette année, en plein Covid, la société fait une levée historique de 372 millions de dollars…

à 77 TPE, PME, bars, restaurants, salles de spectacle de Lille qui vont être aidées par un prêt de 10 000 euros remboursable pour faire face à cette crise sanitaire et économique qui va les détruire. Cherchez l’erreur.

En cette période de crise, il y aura de grands gagnants, les 100 plus grandes fortunes de France et des entrepreneurs, TPE, PME, qui se retrouveront au tapis sans en être responsables.

L’intervention de Christine Engrand a d’ailleurs fait mouche et a été reprise dans un article du Courrier Picard.

Islamisme : M. Bertrand et M. Darmanin au bal des hypocrites

Argumentaires

Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, au nom du Padamalgam Messieurs Bertrand, Darmanin, Lecerf et Lebas se rendaient en délégation au lycée Averroès à Lille.

Avant les élections municipales de 2014, ce même Darmanin, validait le discours du CCIF sur l’islamophobie, terme inventé par les islamistes pour assimiler toute critique de l’Islam à un discours de haine, à du racisme.

Monsieur Bertrand a perdu quatre ans avant d’accéder à la demande du groupe Rassemblement National de cesser de verser la subvention au lycée Averroès sous influence des Frères musulmans.

Aujourd’hui, monsieur Bertrand dénonce la faillite de l’Etat contre l’islamisme et monsieur Darmanin cible l’islamisme radical comme la principale menace pour notre pays. Quelle hypocrisie de condamner les islamistes, après leur avoir fait soumission pour de petits calculs politiciens.

Combattre l’islamisme est indispensable pour la sauvegarde de notre culture et notre identité. Les actes valent mieux que les mots !

Le Groupe Rassemblement National et apparentés demande que le Conseil régional :

  • intervienne auprès du gouvernement pour faire cesser le contrat d’association avec le lycée Averroès financé par le Qatar.
  • se fasse rembourser les subventions accordées indûment à ce lycée financé par le Qatar.

Notre groupe à l’écoute des chercheurs et des avancées médicales

Argumentaires

Lors de la dernière Commission permanente, M. Bertrand et sa majorité se sont enfin décidé à soutenir deux projets dont un nous qui nous tient particulièrement à cœur depuis de

M. Lebas nous nous expliquait alors que le projet du Dr Mary n’était pas soutenu médicalement et administrativement. M. Lebas allait plus loin : « C’est de l’instrumentalisation politique, c’est un

médecine du CHU et des pharmaciens.

M. Lebas a démissionné, le projet est financé, nous nous félicitons pour la région que ces essais soient soutenus. Mieux vaut

nombreux mois, puisqu’il s’agit de l’étude d’efficacité et de sécurité de l’ajout de nébulisation d’interféron beta 1b aux antirétroviraux Liponavir/ritonavir.

Nous avions proposé il y a 6 mois un amendement pour soutenir cet essai porté par un chercheur picard le Dr Mary au sein du CHU d’Amiens en pleine crise du coronavirus.

Cet amendement par idéologie politique a été refusé par la majorité !

chercheur qui a du mal à faire reconnaitre la qualité de ses travaux par son institution et tente une instrumentalisation avec les politiques et la presse. ».

C’était tout à fait diffamatoire et mal connaître l’éthique des chercheurs.

Le Dr Mary publie dans beaucoup de revues, et n’a pas besoin de la presse et des politiques pour se faire valoir. Il a même récolté 200 000 euros venant essentiellement des professeurs en

tard que jamais. Nous regrettons les 6 mois perdus !

On regrette ce manque de confiance en nos chercheurs parce qu’ils ne correspondent pas au cadre.

Ces essais vont pouvoir améliorer la prise en charge des patients, diminuer le temps d’hospitalisation et surtout diminuer les cas de réanimations.

La presse ne s’y est d’ailleurs pas trompée.

La piqûre de rappel des promesse non tenues de M. Bertrand

Argumentaires

Lors de la séance plénière de ce 13 octobre, Adrien Nave a mis en évidence la promesse non tenue de Bertrand sur la vidéoprotection des gares « Pourquoi, Monsieur le Président, pourquoi, alors que vous en aviez fait une promesse de campagne, après 5 ans de gouvernance régionale, l’ensemble des gares et des haltes de notre région ne sont pas équipées en vidéoprotection ? ».

Car le constat est simple et factuel : sur les 364 gares et haltes que compte notre région, en comptant le programme national et le protocole de sûreté voté en 2016, seules 29 sont équipées d’un système de vidéoprotection.

Alors que la promesse de M. Bertrand était simple : « Il s’agira de couvrir l’intégralité des gares, en partenariat avec la SNCF, avec un dispositif relié à un même centre de vidéosurveillance. L’ensemble de ces mesures représente un investissement de 40 millions d’euros par an sur le mandat, une dépense à laquelle l’État devra participer… ».

Depuis 2016, le Conseil régional a investi près de 4 M€ pour équiper les gares en vidéoprotection (dont 1M€ en étude), bien loin des 40M€ annuel promis 

La presse ne s’y est d’ailleurs pas trompée en reprenant le constat.

Vous pouvez retrouver l’intervention d’Adrien Nave ici.
Laurent avait fait le même constat concernant la promesse d’une Arena

par arrondissement.

Décidément, M. Bertrand c’est beaucoup de coups de com’ et d’effets d’annonce et très peu d’actes concrets….

Chasse au Zemmour : M. Bertrand le grand taiseux

Argumentaires

Une fois de plus, Éric Zemmour est la cible de l’inquisition de gauche qui règne dans le pays. La vigueur et le nombre des commissaires politiques qui réclament sa condamnation nous rappellent que la liberté de pensée ne cesse de reculer dans notre pays depuis des lustres. Doublement plus grave : le ministre de la Justice, M. Dupond-Moretti le traite de « multirécidiviste de la haine », et il le fait sur une chaîne du service public (France 5). Il est clair que, pour l’avocat, la délinquance verbale est au moins aussi grave, sinon plus, que la violence physique. Or, c’est cette dernière qui révoltait le journaliste après l’attentat commis près des anciens locaux de Charlie Hebdo par un faux mineur pakistanais.

Sur une autre chaîne du service public (France Inter) intervenait un « sociologue » d’extrême gauche, Geoffroy de Lagasnerie, venu promouvoir son bouquin en même temps que son refus du débat, la censure de la droite et, bien sûr, la légitimité de l’aide à l’immigration illégale. M. Macron peut parler du séparatisme sans l’attaquer à la source, c’est-à-dire dans notre folle politique migratoire. Il peut aussi interdire que l’on accuse cette source grâce à la complicité des médias et de la Justice. En cela, il conduit le vaisseau France à une catastrophe – une vraie, cette fois.

La vérité c’est que de nombreux actes de violence sont commis par des étrangers ou des personnes issues de l’immigration contre les Français ordinaires. La vérité c’est que la profanation de lieux de culte touche infiniment plus les églises que les mosquées. Il y a bien un racisme qui s’affiche ouvertement, c’est le racisme anti-blanc.

La vérité, c’est qu’en France, chrétiens et juifs sont régulièrement victimes d’actes criminels, il suffit de consulter les statistiques compilant les actes antireligieux du ministère de l’Intérieur.

Mais alors, pourquoi entretenir le sentiment que la France est raciste et que les Français sont islamophobes ?

Pourquoi accuser les uns pour ce que sont les autres ?

Ces vérités qu’ose dire Éric Zemmour ne sont pas faciles à entendre mais elles ont le mérite de provoquer le débat sur des sujets que, depuis quarante ans, il est de bon aloi de ne point évoquer.

Si les cabinets d’opinions avaient le courage de consulter les Français sur tous les sujets mis sur la table par Zemmour, ils verraient que, dans le fond, beaucoup pensent comme lui, mais ça, il ne faut pas le dire, au nom du vivre ensemble… 

Sur tous ces sujets : grand silence de M. Bertrand et de sa majorité. Lorsque les sujets de fond sont abordés, ce n’est qu’un grand silence gêné de la majorité régionale.

Seul Gérald Darmanin y est allé de sa condamnation : encore un coin enfoncé dans leur belle unité.

Même certains conseils départementaux portent plainte contre Eric Zemmour, c’est une première !

Nous attendons toujours la position de
M. Bertrand.

Si un Conseil départemental des Hauts-de-France lui emboîte le pas, restera-t-il silencieux ?

Opération un masque pour chacun

Argumentaires

« Il nous faut produire davantage en France » déclarait le Président de la République, lors d’une allocution télévisée le 31 mars dernier. Dans notre région, de nombreuses entreprises textiles ont pris cet appel au pied de la lettre et ont orienté leur production textile vers la fabrication de masques. Des mois après, elles sont nombreuses à se retrouver avec des milliers d’invendus sur les bras.

Alors que de nombreuses industries textiles peinent à trouver des débouchés, des millions de masques chirurgicaux et FFP2 sont effectivement livrés de Chine et arrivent par cargos nos ports.

Jetables, ils représentent un concurrent redoutable pour les masques en tissus. “Quand on est dans ce consommer-jeter, on n’est pas dans une démarche pertinente”, estime Bertrand Avio qui produit des masques garantis 50 lavages. 

Les masques viennent de partout : Chine, Vietnam, Kenya, Maroc….

M. Bertrand a préféré s’adresser principalement au groupement Résilience. Ce projet a été initié par l’Étaplois Thibaut Guilluy, entretemps devenu haut-commissaire à l’inclusion dans l’emploi. Thibaut Guilluy s’est présenté aux dernières législatives à Montreuil-sur-mer avec comme suppléante Tiphaine Auzière qui n’est autre que la belle-fille de M. Macron….

Au cours de l’été, après moult demandes de notre part aux services du Conseil régional, nous recevions certaines commandes et factures.

Le constat fut terrible : les entreprises régionales de textiles ont été laissées de côté par la commande publique régionale. Elles n’ont recueilli que quelques miettes.

Et pourtant en plein confinement, l’esprit de résilience, l’esprit de résistance des industriels du textile s’est manifesté.

Un certain nombre d’entreprises décident alors d’apporter leur pierre à la solidarité nationale de participer à l’effort national pour produire les masques tant attendus. Investissements à la clef, reconversion du personnel : elles se lançaient dans la production de masques tissu.

Courant août, ces mêmes entreprises alertaient sur un stock de masques invendus. Elles n’arrivaient pas à commercialiser leur production.

La commande publique régionale n’avait pas suivi le rythme annoncé à grand renfort de communication.