Fermeture de réacteurs nucléaires : annonce irresponsable de M. Hulot

Communiqués

 Lille – Le 11 juillet 2017

Lundi 10 juillet, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, déclarait sur RTL au sujet de la loi sur la transition énergétique : « Chacun peut comprendre que pour tenir cet objectif, on va fermer un certain nombre de réacteurs (…) Laissez-moi planifier les choses, ce sera peut-être jusqu’à 17 réacteurs, il faut qu’on regarde ». La loi sur la transition énergétique vise à ramener à 50 % la part du nucléaire dans la production d’électricité à l’horizon 2025.

Cette annonce irresponsable vise très certainement à satisfaire les écologistes les plus extrémistes. Il est légitime de se demander ce qu’il adviendra de la centrale de Gravelines.

Cette centrale, située à 20 kilomètre de Dunkerque, est à ce jour la plus importante d’Europe de l’ouest et fonctionne avec un parc de six réacteurs de 900 mégawatts chacun. Les quelques 1900 emplois qu’elle représente ne sauraient être menacés par des annonces politiciennes, d’autant plus que Monsieur Hulot ne propose aucun projet sérieux de substitution par une énergie propre.

Il est indispensable de s’orienter progressivement vers des énergies renouvelables telles que l’hydrolien et les énergies marines et l’hydrogène ; le tout en gardant à l’esprit la défense de l’emploi local.

Philippe Eymery

L’Etat ne doit pas céder aux sirènes d’élus irresponsables !

Communiqués

 Lille – Le 8 juillet 2017

Le maire de Grande-Synthe a publié vendredi une lettre ouverte au président de la République. Dans sa tribune il réclame toujours plus d’accueil pour les migrants illégaux. Monsieur Carême justifie sa position à grand renforts de victimisation et de raccourcis historiques, considérant qu’il s’agirait là d’une réparation à l’esclavage : « Il est venu l’heure de laver cet affront historique aux yeux du monde » Toujours plus déconnecté des inquiétudes des habitants de la région confrontés à la précarité et à l’insécurité, conséquences de la présence des clandestins. À l’Etat nous disons tenez bon ! Ne cédez pas aux sirènes d’élus irresponsables dont les égarements politiques ont déjà conduit au chaos général. Le précédent camp de La Linière initialement provisoire a perduré et même doublé pour atteindre plus de 1500 individus. Ce camp devenu insalubre, était le théâtre récurrent d’affrontements violents,  d’agressions sordides et du trafic des passeurs. Il a fini ravagé par un incendie, déclenché au cours d’une rixe entre bandes rivales le 10 avril 2017.

Le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine demande:

– Un retour des frontières au niveau national et la suspension des accords de Schengen, afin de protéger les habitants,

– Que l’Etat mette fin à l’immigration incontrôlée, et rende impossible la naturalisation ou la régularisation des étrangers en situation illégale,

– La mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les pays ou à la frontière des pays en guerre,

– L’accueil des personnes déplacées dans des pays de même culture

 

Philippe Eymery

Canal Seine Nord Europe : l’incroyable revers pour M. Bertrand !

Communiqués

Lille – Le 7 juillet 2017

Monsieur Hulot a confirmé ce jeudi 6 juillet les propos de la ministre des transports, Madame Borne : « la réalisation du Canal Seine Nord pourrait être ajournée ». Concernant certains grands projets de transports, Monsieur Hulot a même dit : « nous allons faire une pause et voir au cas par cas ».

Ces propos confirment les craintes de notre groupe.

Le 15 mai dernier, nous avions exprimé par communiqué de presse notre inquiétude à la suite de la nomination de Monsieur Philippe au poste de Premier ministre. En effet, Monsieur Philippe est connu comme étant un farouche opposant à ce projet.

Le 29 juin, nous avions déposé une motion en Séance plénière du Conseil régional afin de réaffirmer l’engagement désormais irréversible du projet Canal Seine Nord Europe et de demander à l’Etat d’exécuter le premier versement. Motion pourtant rejetée par l’Exécutif Bertrand.

Bertrand avait appelé à voter Macron. Aujourd’hui, le gouvernement menace la réalisation d’un projet bénéfique pour les intérêts des habitants de la région. Voilà où mène le sectarisme anti-FN de Bertrand !

Le groupe Front National-Rassemblement Bleu Marine demande au gouvernement de confirmer son engagement et de ne pas retarder la mise en œuvre de ce projet pouvant générer 10 000 à 13 000 emplois directs et indirects selon les estimations du précédent gouvernement.

Philippe Eymery

La grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf

Argumentaires

Borloo est venu présenter son plan «Energie pour l’Afrique» en séance Plénière du 29 juin.

http://www.lavoixdunord.fr/184504/article/2017-06-29/hauts-de-france-pre­miere-region-integrer-le-plan-borloo-pour-l-afrique.

Ce fut pour nous l’occasion de rap­peler que Marine Le Pen, par son engagement présidentiel n° 124, pro­posait de « Mettre en oeuvre une véri­table politique de co-développement avec les pays d’Afrique »

Les relations internationales sont par essence de compétence réga­lienne.

Bertrand, incapable de tenir ses promesses sur l’emploi, veut donc, désormais, s’occuper des relations internationales. Espère-t-il ainsi faire oublier l’échec de « Proch’Emploi » dont il avait fait un axe prioritaire de son action ? Depuis l’élection de M. Bertrand le nombre de demandeurs d’emploi et passé de 574.180 à 590.640, soit +2,86 % du 1er janvier 2016 au 31 mai 2017.

L’Exécutif se réjouit que le Conseil régional des Hauts de France de­vienne « le chef de file français » du plan Borloo pour l’Afrique.

Le groupe FN-RBM a appelé M. Ber­trand à s’occuper d’abord de ce qui relève des compétences du conseil régional : lycées, trains, développe­ment économique.

Pour les élus Front National, confor­mément au projet régional porté par Marine, 1 euro dépensé, c’est 1 euro utile aux habitants de la région.

L’engagement, hors compétence, de 11 millions d’euros du Conseil régio­nal sur ce plan porté par un ami poli­tique de M. Bertrand constitue un vé­ritable scandale. Scandale que nous avons dénoncé avec vigueur.

Submersion migratoire : victoire politique du groupe FN-RBM

Argumentaires

Dans un voeu intitulé : «pour des solu­tions efficaces et durables au phéno­mène migratoire dans le Calaisis », le groupe Les Républicains et appa­rentés constate : « depuis quelques semaines, sur l’autoroute A16, une recrudescence des dégradations sur les camions et la réapparition des barrages sur l’autoroute causant ra­lentissements et accidents ».

Il aura fallu la mort d’un chauffeur polonais tué dans le ralentissement provoqué par un barrage enflammé, dressé par les migrants sur l’auto­route, pour que les élus Les Répu­blicains reconnaissent la réalité du chaos migratoire.

Dès janvier 2016, le groupe FN-RBM a été un lanceur d’alerte : nos voeux furent tous rejetés avec mépris. Pour M. Bertrand le sujet des migrants est une « obsession du Front national ».

Cependant pour la première fois, l’Exécutif a repris partiellement notre argumentaire. Partiellement, car les demandes exprimées par ce voeu sont de simples mesures de police et n’abordent pas le préalable politique, se libérer de Schengen et retrouver la souveraineté sur nos frontières.

Notre groupe a donc déposé un amendement demandant d’ajouter à ce voeu le retour au contrôle des frontières. Amendement rejeté par la majorité LR/UDI.

La preuve que leur démarche est d’abord une posture.

Nouvelles violences à Calais : L’immigration incontrôlée amène ses conflits

Communiqués

Lille – Le 5 juillet 2017

 

Dans la journée de samedi, une série d’affrontements a opposé des bandes armées de centaines de migrants illégaux. La zone des Dunes située près de « l’ex jungle » de Calais avait déjà été le théâtre de scènes similaires en mai dernier.

Bilan de ces échanges violents : seize hospitalisations et un pronostic vital engagé. Des situations qui nécessitent la mobilisation récurrente des personnels de santé, des pompiers et du Samu déjà suffisamment encombrés. Des conflits ethniques, à coups de bâtons et de pierres qui importés sur notre territoire troublent la tranquillité et la sécurité des habitants du Pas-de-Calais.

En dépit des effets d’annonce du ministre Collomb la semaine dernière, les autorités et les associations constatent une augmentation du nombre de clandestins errants à Calais, entre 400 et 600 selon les services qui y  voient la cause de « l’escalade de violence »

Le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine demande:

– Un retour des frontières au niveau national, afin de protéger les habitants,

– Que l’Etat mette fin à l’immigration incontrôlée, et rende impossible la naturalisation ou la régularisation des étrangers en situation illégale,

– La mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les pays ou à la frontière des pays en guerre,

– L’accueil des personnes déplacées dans des pays de même culture.

 

Philippe Eymery

Immigration clandestine : le gouvernement n’est pas en Marche. Il est à l’arrêt.

Communiqués

Lille – Le 26 juin 2017

Quelques jours seulement après le barrage ayant coûté la vie à un conducteur polonais sur l’A16, la situation s’est répétée cette nuit, quasiment au même endroit, avec un nouveau barrage enflammé.

Au mépris de la sécurité de tous, les migrants continuent de provoquer des accidents graves et prendre d’assaut les véhicules immobilisés.

Ces scènes de piraterie se répètent sous le regard impassible des pouvoirs publics.

Le nouveau ministre de l’intérieur est tout aussi inutile que son prédécesseur : des postures et rien de concret pour rétablir la sécurité de tous.

Bon nombre de camionneurs et d’automobilistes n’osent plus emprunter l’A16 à la tombée de la nuit, ni s’arrêter sur certaines aires de repos, la sécurité n’y étant plus assurée par un Etat démissionnaire.

Après les quartiers pudiquement considérés comme « difficiles », les nouvelles zones de non-droit désignent maintenant une partie du réseau routier français.

Le ministre de l’intérieur polonais, inquiet de la situation dans le Nord de la France, a proposé au gouvernement français d’envoyer des gardes polonais assurer la sécurité des usagers de l’A16.

Si le gouvernement français ne réagit pas, verra-t-on dans un futur proche l’ONU envoyer des casques bleus étrangers sur notre territoire afin d’y rétablir l’ordre ?

Le groupe FN-RBM exige que le gouvernement prenne la mesure de la situation, rétablisse nos frontières et expulse de notre territoire les migrants en situation illégale.

Philippe Eymery

Vœu déposé par le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine Supprimer la directive « détachement des travailleurs », cette arme de destruction massive de l’emploi local.

Motions & voeux

Conseil régional Hauts-de-France

Picardie – Nord-Pas-de-Calais

Séance Plénière du 29 juin 2017

Vœu déposé par le groupe

Front National – Rassemblement Bleu Marine

Supprimer la directive « détachement des travailleurs », cette arme de destruction massive de l’emploi local.

La directive « détachement des travailleurs », ex-directive Bolkestein, a fait la démonstration de sa nocivité dans le cadre du marché unique et sur son fondement de la libre circulation des travailleurs. Les infractions se multiplient.

Près de 300 000 travailleurs détachés « officiels » sont employés en France c’est-à-dire au mieux déclarés.

Presque autant de travailleurs passent la frontière en camionnette pour exécuter des travaux en catimini. Ce sont donc près de 600 000 postes de travail perdus pour la Nation.

Tous les secteurs sont concernés : Bâtiment et travaux publics, mais aussi transport-logistique, restauration, construction réparation navale, agriculture, etc…

La condamnation de Bouygues pour utilisation de travailleurs détachés sur le chantier de l’E.P.R. de Flamanville illustre cette nocivité de la directive. Outre la perte d’emplois, le préjudice est évalué à 12 millions d’euros pour nos caisses sociales. C’est un gâchis économique et social.

Il faut revenir au principe fiscal de base : la territorialité. Les entreprises payent les salaires et les charges là où elles concourent à produire le travail. A Rome fait comme les Romains !

Il n’y a plus de temps à perdre avec un texte nocif, véritable erreur législative européenne, spoliatrice de nos forces vives et de notre économie. Il est urgent de revenir aux principes de notre droit fiscal et de sécurité sociale et appliquer les règles de concurrence non faussées.

Le Conseil régional, réuni en Séance plénière du 29 juin 2017 :

  • constate les effets pernicieux sur l’emploi, la formation, l’insertion et la sécurité des salariés de la directive « détachement des travailleurs » ;

  • souhaite la suppression de cette directive pour sa nocivité aux règles d’un marché du travail socialement réglementé et équilibré ;

  • demande au gouvernement d’entamer les démarches pour aboutir à la suppression de la directive « détachement des travailleurs ».

Philippe EYMERY

Président

Motion déposée par le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine Canal Seine Nord Europe : le gouvernement doit confirmer son engagement.

Motions & voeux

Conseil régional Hauts-de-France

Picardie – Nord-Pas-de-Calais

Séance Plénière du 29 juin 2017

Motion déposée par le groupe

Front National – Rassemblement Bleu Marine

Canal Seine Nord Europe :

le gouvernement doit confirmer son engagement.

Lors de la Commission permanente du 13 décembre 2016, le Conseil régional votait le protocole (modificatif) de financement et de gouvernance pour la réalisation du Canal Seine Nord Europe. L’Union européenne, l’Etat, le Conseil régional Hauts-de-France et les Conseils départementaux s’engageaient ensemble pour ce grand chantier, investissement structurant pour la Picardie et le Nord Pas de Calais.

Depuis le 9 mai 2017, notre pays a un nouveau gouvernement. Ce nouveau gouvernement est présidé par un Premier ministre ayant manifesté à plusieurs reprises sa claire hostilité au projet du Canal Seine Nord Europe.

Devant le Conseil de surveillance de la société du Canal Seine Nord Europe, le président du Conseil régional a indiqué qu’il avait reçu l’assurance que ce projet ne serait pas remis en cause.

Est-ce un engagement ou ne serait-ce qu’une parole qui n’engage que ceux qui l’écoutent ? Enfin un ancien ministre affirme qu’il y a beaucoup de gesticulation et pointe le risque de voir l’Union européenne renoncer face à l’hésitation gouvernementale et l’absence de premier versement de l’Etat.

Cette hésitation nuit à la crédibilité de notre pays et de ses dirigeants. Il est urgent d’avancer et donner des signes de confiance aux citoyens et aux acteurs économiques.

Le Conseil régional, réuni en Séance plénière du 29 Juin 2017 :

  • réaffirme l’engagement désormais irréversible du projet Canal Seine Nord Europe et demande à l’Etat d’exécuter le premier versement ;

  • demande à l’Etat de donner à ce projet toute sa dimension par l’aménagement des voies fluviales connectées au Canal Seine Nord Europe ;

  • s’engage à organiser les plateformes logistiques nécessaires à la gestion et redistribution des flux de marchandises.

Philippe EYMERY

Président

Canal Seine Nord, que fait l’exécutif ?

Argumentaires

S’il est un dossier vital pour notre région, c’est celui du Canal Seine-Nord : 13.000 emplois directs et indirects promis chaque année,

Le dossier était défendu par Monsieur Darmanin, alors vice-président du Conseil régional et ami de M. Bertrand.

Le 5 avril 2017, lors du lancement du chantier par le Président Hollande, M. Darmanin déclarait « Le Canal Seine-Nord est une de nos grandes armes pour la région ».

Mais depuis M. Darmanin, devenu ministre d’un gouvernement dirigé par M. Philippe, opposant au Canal Seine-Nord, a déjà abandonné la vice-présidence de la Société du Canal, et son mandat de vice-président du Conseil régional Hauts-de-France chargé des Transports.

http://www.innovapresse.com/politique/30622-canal-seine-nord-europe-le-top-depart-apres-les-elections-2.html

La semaine dernière M. Borloo, quant à lui, tirait la sonnette d’alarme sur l’engagement de l’Etat.

Pendant ce temps, M. Bertrand fait campagne…