Masques promis par le Conseil régional : entre déception et confusion

Communiqués

Le 16 avril, dans la Voix du Nord, M. Bertrand était très clair : « Pour que la vie puisse recommencer, il faut que chacun puisse se sentir protégé ». Pour ce faire la collectivité passe commande de six millions de masques, afin que « chaque habitant soit sûr d’avoir au moins un masque réutilisable le 11 mai. Je veux que personne ne se sente empêché de sortir alors qu’il le pourrait. »

Mais peu de temps après, nous pressentions que ce délai ne pouvait être tenu.
Nous avons envoyé une lettre à M. Bertrand avec des questions précises :
– Combien de masques sont disponibles à ce jour ?
– Quels processus logistiques vont-ils être mis en place pour les distribuer ?
– Quels processus logistiques vont-ils être mis en place pour les distribuer ?
Questions restées sans réponse.

Par précaution, nous avons demandé au Préfet une réquisition des masques de la grande distribution afin que chaque habitant puisse bénéficier d’un masque avant le 11 mai

Notre intuition était la bonne puisqu’à ce jour de très nombreuses communes attendent toujours leurs masques réutilisables promis par M. Bertrand.
D’une part aucune commune n’a reçu les masques promis avant le 11 mai, jour du déconfinement pour la plupart de nos concitoyens.
D’autre part, la distribution se fait à partir du 11 mai mais pas pour tout le monde.
Et pour finir, les communes reçoivent non pas des masques réutilisables mais des masques jetables, suite à l’annonce de M. Bertrand dimanche 10 mai sur France 3 de la mise à disposition d’un masque de type chirurgical pour 5 personnes.
Avec ces différentes annonces, nous en sommes à 23 millions de masques commandés. Comment, avec de telles commandes, ne pas être en mesure de mettre à disposition un masque pour chacun ce 11 mai ? Il apparait que le Conseil régional ne fasse pas beaucoup mieux que l’Etat.

Ce qui n’a pas empêché M. Bertrand de communiquer à tout va en se rendant sur les lieux de livraison. C’est d’autant plus regrettable qu’il n’a pas associé les élus régionaux toutes tendances confondues alors même que les élus Rassemblement National sont volontaires pour s’associer à cette distribution de masques.
Doit-on rappeler à M. Bertrand que les masques sont d’abord un outil de protection avant d’être un outil de communication du Président du conseil régional ?
Il semble que le Conseil régional ait mis tous ses œufs dans le même panier avec le projet Résilience mené par le Haut-commissaire à l’inclusion. Nous sommes pour une synergie régionale des PME de la filière textile qui font un excellent travail.

Le Groupe Rassemblement National & apparentés souhaite que la distribution de masques soit efficace et rapide afin que tous les habitants de la région puissent disposer d’un masque le plus rapidement possible.
Nous demandons également que la filière masque soit exclusivement composée de PME régionales et en priorité de la filière textile.

Philippe Eymery, Président du groupe

600 millions de prêt garanti par l’Etat au bénéfice de Castorama et Bricodépôt : c’est au service de l’intérêt général

Communiqués

Mises à mal par le confinement suite à pandémie du Covid-19, les enseignes de bricolage ont obtenu un prêt de 600 millions d’euros garanti par l’État français.
Cette mesure est compréhensible au regard de la situation d’urgence économique et sociale que connait notre pays.

L’obtention du prêt garanti par l’Etat doit avoir pour contrepartie des garanties et des engagements forts. L’entreprise aidée inscrira son action dans le cadre du patriotisme économique et social.

En élus responsables, nous n’avons pas la mémoire courte ! En février 2018, le groupe anglais Kingfisher, propriétaire de Castorama et de Brico Dépôt, annonce la délocalisation en Pologne de la partie comptable de son activité en France et la suppression de 409 emplois en France dont de nombreux postes basés à Templemars !
Ils ont même eu la volonté de faire venir certains interlocuteurs polonais afin d’être formés aux côtés des équipes comptables de Castorama France à Templemars…

Au-delà de cette vigilance, Castorama doit présenter un vrai plan de mise en avant de produits français au sein de ses magasins et de remplacement au fur et à mesure des produits chinois, turcs ou du Bangladesh…
Le Groupe Rassemblement National & Apparentés demande l’expulsPour le groupe Rassemblement National & Apparentés, l’attribution de ce Prêt Garanti Etat est sous conditions de contreparties du bénéficiaire, à savoir :
– relocalisation en France de ses services administratifs
– fixation d’un pourcentage minimum de vente de produits « garantie origine France »
– engagement de non-recours à des pratiques comptables de réduction artificielle du bénéfice imposable en France par la facturation d’honoraires au profit d’une holding.

Philippe Eymery, Président du groupe

Le personnel soignant du Nord et du Pas-de-Calais mérite la prime de 1500 € !

Communiqués

Le gouvernement s’est engagé à attribuer une prime au personnel soignant.
Pour les 33 départements les plus impactés par la crise sanitaire, la prime est d’un montant de 1500 €.

Exclure les personnels soignants du Nord et du Pas-de-Calais du bénéfice de cette prime est tout simplement incompréhensible.

Comment le gouvernement peut-il instituer une différence de traitement entre les différents départements de notre région ? Départements qui ont tous montré une solidarité sans faille depuis le début de la pandémie du Covid-19.

Le personnel soignant est scandalisé devant cette injustice ! Il mérite cette prime de 1500 €.


L’ensemble des élus du groupe Rassemblement National & Apparentés se mobilise afin que cette iniquité soit vite rectifiée sans délai. Nous ne pourrions pas comprendre le maintien d’une telle injustice.

Philippe Eymery, Président du groupe

Immigration clandestine : les Calaisiens sont à bout !

Communiqués

Ce matin, premier jour du déconfinement, une trentaine de riverains de la route de Gravelines s’est réunie devant la sous-préfecture de Calais. Deux riverains ont été reçus par le sous-préfet et le commissaire de police de Calais pour faire part des nuisances subies du fait des clandestins. Ces mêmes Calaisiens étaient empêchés, eux, du fait du confinement, de se réunir pour alerter les pouvoirs publics.

Car les nuisances n’ont cessé de s’accroitre durant tout le confinement !

La multiplication des embarcations vers l’Angleterre, au prix de vols de bateaux et d’équipements, obligeant les forces de sécurité à prendre des risques inconsidérés pour les secourir, le viol d’une jeune calaisienne enceinte par un migrant afghan de 26 ans sont les signes les plus visibles de cette délinquance liée à la présence de migrants.

Sans oublier : la dégradation de voitures rue Matisse, le vol de 5 bateaux de sauveteurs, l’affrontement entre les clandestins et les policiers comme le 22 avril dernier où deux gendarmes et deux CRS ont été blessés et un véhicule associatif a fini en cendres ou encore le 2 mai où la situation a dégénéré encore rue de Gravelines après une tentative de vol chez un habitant. Selon le témoignage d’un voisin, deux exilés seraient entrés dans la propriété d’une famille pour voler du bois, avant d’être repérés et de fuir.

Pour ajouter à l’insupportable, alors que le confinement était obligatoire pour les Français, le gouvernement a retenu le principe du volontariat pour le confinement des migrants exposant ainsi les Calaisiens et les forces de l’ordre à une violence inouïe et à un risque de contamination élevé. Et ces migrants volontaires ont été pourvus de masques alors nous en étions démunis.
Les habitants du Calaisis n’en peuvent plus ! Cet enchaînement d’exactions, de violences et de dégradations n’est plus soutenable !

Le Groupe Rassemblement National & Apparentés demande l’expulsion immédiate de tous les migrants clandestins.
Le devoir des pouvoirs publics est de protéger la population et de mettre hors d’état de nuire les délinquants. Nous ne voulons plus entendre ni excuse ni justification. La coupe est pleine !

Philippe Eymery, Président du groupe

Déconfinement : Assurer un masque à chacun le 11 mai

Communiqués

Le 11 mai, date du déconfinement, approche et de nombreux habitants de la région sont dans l’inquiétude de ne pouvoir disposer de masque protecteur à cette date.

Il se trouve en effet que le Conseil régional avait annoncé mettre à disposition de chaque habitant un masque grâce à une commande de 6 millions de masques. Aux dernières nouvelles ces masques seront distribués dans la semaine du 11 mai et donc non disponibles le 11 mai. Dans le même temps, nombre de communes ont sursis à leur commande de masques pensant bénéficier de la mise à disposition des masques du Conseil régional.

Le Groupe Rassemblement National et Apparentés a demandé, dans une lettre adressée au Préfet de ce matin, de procéder à la réquisition des masques au bénéfice des communes, des pharmacies voire des buralistes.
Cette réquisition s’appliquera aux stocks et livraisons des enseignes de la grande distribution mettant en vente des masques à partir de ce 4 mai, vente à prix coûtant pour certaines d’entre elles.

Cette réquisition présente divers avantages :

  • elle permet la mise à disposition de tous les habitants de la région avant le 11 mai.
  • l’usage de cet équipement de protection est une nouveauté pour de nombreux habitants. Sa mise à disposition demande à être accompagnée d’un conseil éclairé ; celui-ci sera fourni en pharmacie ou par des personnes formées dans les communes.
  • J’ajoute que la plupart des enseignes ont fait part d’une vente à prix coûtant : il n’en résultera donc pour elles aucune perte financière.

    Sans qu’il soit nécessaire de faire écho à la colère exprimée par les ordres de santé au sujet de stocks de la grande distribution alors qu’il manque toujours de masques pour les personnels de santé et les personnes exposées, cette réquisition sera un signe fort pour les habitants ainsi rassurés de disposer de cet équipement de protection avant le 11 mai, ainsi qu’une affirmation de l’Etat de son rôle de garant de l’équité entre tous.

    Philippe Eymery, Président du groupe

    Obtenir l’annulation des charges et coûts fixes et assurer l’équité entre entrepreneurs : 2 priorités pour le Conseil régional

    Communiqués

    Le Ministère de l’Economie a été réactif pour présenter un plan de soutien en réponse aux conséquences du confinement pour les entreprises.

    Les Conseils régionaux, à diverses vitesses, ont déployé leurs plans : le Conseil régional de Normandie en précurseur dès le 25 mars. Sur le fond ces plans ont soit adapté leurs dispositifs habituels soit innové comme le Conseil régional Grand-Est avec son plan Résistance. Ce 10 avril 2020 le Conseil régional Hauts-de-France, a présenté un plan sur la base d’avances remboursables, de prêts ou de garanties sur prêts. L’unanimité politique a répondu à l’urgence économique et sociale.

    Les collectivités locales sortent, en ordre dispersé, leur plans centrés sur l’accompagnement des commerçants, artisans, indépendants et TPE et la défense de l’activité locale. Ces initiatives remettent au premier plan la proximité que notre groupe réclame constamment. Elles posent cependant 2 questions : celle de l’équité entre territoires car les moyens financiers des collectivités sont très inégaux et celle du rôle d’un Conseil régional qui n’assume pas sa compétence institutionnelle de chef de file du développement économique.

    Des contradictions apparaissent. La maire de Calais, présidente de la Communauté des 2 Caps, par ailleurs vice-présidente du Conseil régional, débloque 4 millions d’euros principalement en subventions directes, alors que le Conseil régional utilise uniquement les aides remboursables. Un indépendant ou un commerçant constate que des collectivités limitrophes accordent des aides avec un différentiel de 50 à 100% .
    Comment rassurer un chef d’entreprise qui entend, le 10 avril en séance plénière du Conseil régional, le Ministre du de l’Action et des comptes publics, conseiller régional, dire que l’annulation de charges n’est pas possible et même anticonstitutionnelle, et le lundi 13 avril, le chef de l’Etat annoncer qu’il y aura des annulations de charges ?

    Pour le groupe Rassemblement National et Apparentés :

  • l’annulation immédiate des charges et coûts fixes est la solution et non le report
  • le Prêt Garantie Etat n’est pas toujours la solution : ce ne doit pas être un outil mis en place par le gouvernement pour retarder l’échéance de faillites annoncées.
  • il y a urgence à ce que le Conseil régional fédère les initiatives des collectivités locales pour assurer l’équité entre les entrepreneurs quelque soit leur territoire.
  • A défaut d’obtenir immédiatement cette annulation des charges et des coûts fixes que nous demandons depuis le 18 mars, le groupe Rassemblement National et Apparentés propose que :

  • le volet du fonds de solidarité géré par les régions permette de couvrir les coûts fixes.
  • le principe d’un « remise à zéro » des charges sociales et fiscales soit acté au 31 décembre de cette année.
  • Philippe Eymery, Président du groupe

    Calais : une Calaisienne enceinte violée par un migrant afghan ! Trop c’est trop !

    Communiqués

    Les faits sont dramatiques : ce samedi 18 avril, vers 16 heures (!), une jeune femme de 27 ans a été agressée sexuellement à Calais, dans le quartier du Courgain maritime.
    Le violeur est un migrant Afghan âgé de 26 ans.

    Grâce au courage d’un Calaisien, le clandestin a pris la fuite et au pu être arrêté par la police.

    Bien qu’il fut écroué dimanche après-midi à la prison de Longuenesse, le fait que la victime soit enceinte de quatre mois n’a pas été retenu comme une circonstance aggravante ! On croit rêver !
    De plus, le procureur annonce que le procès n’interviendra pas avant « quinze à dix huit mois » !
    Pourquoi pas une comparution immédiate ? Il faut que la réparation judiciaire intervienne dans les plus brefs délais. C’est bien la moindre des choses que la société doit à la victime : que justice soit faite rapidement et qu’elle ne soit pas replongée dans l’horreur de ce qu’elle a subi dans plus d’un an.

    Nous apprenons que la victime « faisait sa petite sortie quotidienne ». Alors que des millions de Français sont confinés chez eux, les migrants continuent de se promener en toute impunité.

    Depuis le début du confinement, 295 migrants ont accepté de rejoindre des centres de confinement. Le terme accepté est choisi car ces départs se font sur la base du volontariat ! C’est ainsi que plus de 500 migrants continuent de vivre en toute liberté, en toute impunité ! C’est prodigieusement scandaleux !
    Et cerise sur le gâteau on apprend par la Préfecture que « néanmoins, depuis le début des opérations, 27 % des migrants ont quitté les centres d’hébergement. »

    Cette situation dure depuis trop longtemps à Calais. Les Calaisiens la subissent depuis trop longtemps. C’est inacceptable ! Ils sont en droit de demander des comptes au gouvernement et en particulier au ministre de l’Intérieur et à la ministre de la Justice.

    Le Groupe Rassemblement National & Apparentés demande que ce migrant Afghan soit jugé sévèrement et rapidement.
    Le Groupe Rassemblement National & Apparentés demande l’expulsion immédiate de tous les clandestins.
    Le devoir des pouvoirs publics est de protéger et de mettre à l’abri les Calaisiennes et les Calaisiens. Nous ne voulons plus entendre ni excuse ni justification. La coupe est pleine.

    Philippe Eymery, Président du groupe

    Voeu présenté par Philippe Eymery pour le Groupe Rassemblement National et apparentés – Crise économique et sociale : l’annulation des charges et coûts fixes des entreprises comme seule solution

    Motions & voeux

    Conseil régional Hauts de France Picardie-Nord-Pas-de-Calais

    Séance Plénière du 10 avril 2020

    Voeu présenté par Philippe Eymery pour le Groupe Rassemblement National et apparentés

    Crise économique et sociale : l’annulation des charges et coûts fixes des entreprises comme seule solution.

    La pandémie du coronavirus a provoqué une crise sanitaire dans notre pays. Face à cette crise sanitaire, les pouvoirs publics ont mis en place le confinement de la population. Ce confinement a provoqué l’arrêt d’une bonne partie de l’activité économique. Ce choc brutal et de grande ampleur n’épargne aucun secteur et menace de faillite de nombreux acteurs économiques. Les réactions en chaîne font que tous sont atteints. Le gouvernement a décidé, dès le début du confinement, un report de paiement des charges sociales pour les entreprises. Les entreprises, contraintes à l’arrêt d’activité ou à une diminution de cette activité, continuent à supporter les coûts fixes de structure sur lesquels elles n’ont pas de prise immédiate. Lorsque l’activité reprendra, les entreprises devront faire face au cumul des charges courantes et des reports de charges antérieures. Leur trésorerie sera exsangue du fait du règlement des coûts fixes alors qu’il n’y a pas de recettes.

    L’annulation des charges et coûts fixes, le temps de l’impact du confinement sur l’activité, est la seule solution.

    Le Conseil régional, réuni en séance plénière fait ce 10 avril 2020, fait cette demande au gouvernement.