Calais Port 2015 : priorité à l’emploi local !

Argumentaires

Attendu depuis plus de 10 ans le projet Calais Port 2015 doit permettre de doubler les capacités portuaires de Calais. Ce projet est financé en partie par l’argent public pour près de 270 millions d’euros. Nous avons exigé dès 2010 que ce projet bénéficie aux entreprises locales et donc à l’emploi local.

Grâce à la pression et la vigilance maintenue de nos élus régionaux, nous avons obtenu l’engagement moral et politique de la priorité lo­cale pour ces marchés, engagement partagé par l’ensemble des groupes politiques sous notre pression.

Or Bouygues aurait l’intention de confier le marché des passerel­les à une entreprise étrangère de préférence à un groupement de PME locales. Notre inquiétude est légitime : plus de 300 emplois sur 3 ans sont menacés. Notre crainte fait écho aux nouveaux mauvais chiffres du chômage en Nord Pas De Calais Picardie : +1,1 % de demandeurs d’emploi à la fin mars 2017. (https://journal.lavoix.com/lavoixdunord/?_ga=2.249967941.213897111.1493363467-1992393193.1482228945#VDN/VDN/web,2017-04-16,03CALAIS|VDN,2017-04-16,03CALAIS,1|11)

C’est la raison pour laquelle nous de­mandons que soit respecté le pacte moral et politique de la priorité locale.

Demandeurs d’emploi : la preuve de l’échec de Bertrand

Communiqués

Lille – Le 27 avril 2017

Les chiffres de l’emploi dans les Hauts de France montrent une nouvelle dégradation annuelle de + 3.160 demandeurs d’emplois en catégorie A et de + 11.120 demandeurs en catégories A, B et C.

Sur trois mois, ce sont les jeunes demandeurs de moins de 25 ans qui voient leur nombre diminué, moins 0,7% sur un mois et – 4,8 % sur un an, tandis les catégories de 25 à 49 ans et de plus de 50 ans augmentent leur nombre de + 2,4% et + 6% sur un an.

Dès lors, il ne faut pas se réjouir de ces chiffres qui sont mauvais et qui touchent notre région dans tous les bassins d’emplois, et qui affichent un « stock » absolu de 584.910 demandeurs d’emplois.

Monsieur Bertrand a été élu avec un niveau de 574.180 demandeurs en catégories A, B, C, la situation s’est dégradée de + 10.730 demandeurs d’emplois, soit l’équivalent des emplois de trois usines Toyota à Onnaing. Quel échec!!

C’est donc bien normalement que M Bertrand a décidé de soutenir M Macron dont le bilan en tant que Ministre de l’Economie de 2014 à 2016 a été + 380 000 demandeurs d’emploi.

L’ennemi de Monsieur Bertrand devrait être le chômage et non, comme il l’a déclaré à des nombreuses reprises, le Front-National.

Pour le Groupe Front National-Rassemblement Bleu Marine, les partisans de la mondialisation débridée et du dumping européen sont responsables de la destruction de nos emplois.

Nos usines sont modernes, nos salariés sont compétents, seuls l’environnement du droit européen et l’ultralibéralisme sont responsables de cette situation.

Pour le Front national, face à l’échec de la politique du laisser-faire, seule la politique de patriotisme économique sera en mesure de rétablir la protection de notre appareil productif, la défense de l’outil de travail et de l’emploi.

 

Philippe Eymery.

Election Présidentielle : La Région Picardie Nord Pas-de-Calais montre l’exemple.

Communiqués

Lille – Le 24 avril 2017

Dans notre Région Picardie Nord Pas-de-Calais, sur les cinq départements, Marine Le Pen confirme son ancrage en se plaçant en tête avec près de 31,03 % des suffrages, loin devant MM. Mélenchon et Macron à 19,5 % et M. Fillon, soutenu par M. Bertrand, à 16 %.

Avec ce résultat historique nous venons de franchir une première étape, le « Grand débat » peut enfin avoir lieu.

D’un côté le représentant du Système et la continuité du quinquennat Hollande avec M. Macron, de l’autre côté avec Marine, la candidate du peuple, de la souveraineté retrouvée de la France, du patriotisme économique et social.

Les enjeux en sont, entre autres :

–        La mondialisation sauvage, les délocalisations,

–        La loi travail, le recours aux travailleurs détachés,

–        La dérégulation totale, l’ouverture des frontières et la libre circulation des terroristes.

Le choix est simple : le candidat de la finance et de l’argent roi ou la candidate du peuple.

Le Groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine constate que les idées qu’il défend sont majoritaires dans notre pays et aspire à cette alternance fondamentale qui libérera le Peuple Français des élites arrogantes.

 

Philippe Eymery

Tout va très bien à La Linière : 11 millions d’euros partis en fumée.

Argumentaires

Le 3 novembre 2016 en Conseil de Communauté Urbaine de Dunkerque, le Maire de Grande-Synthe, vice-président de la CUD déclarait « le camp est bien géré, … cela reste une véritable fierté d’accueillir ces migrants ».

C’était la réponse qu’il faisait au nom de l’Exécutif de La CUD à une question orale des élus Bleu marine sur les conditions de vie inhumaines du camp (agressions à ré­pétition, viols quotidiens de femmes et en­fants).

Dans la nuit du 10 au 11 avril 2017, 5 mois après cette déclaration, les migrants ont incendié le camp. Pompiers et CRS ont été caillassés et blessés. Déclarations gênées après l’incendie :

Le Conseiller régional Dhersin, également vice-président de La CUD, « Les mafias se sont enrichies sur le dos de la ville et de l’Etat. C’est incontrôlable »

Le député Maire de Saint-Pol également vice-président de La CUD, « ce camp était géré par des passeurs. On sentait arriver l’inéluctable »

Le Président de La CUD, «La CUD ne sera plus partie prenante dans la Linière ou dans un autre camp. Les conditions ne sont plus réunies pour assurer l’ordre public » (https://journal.lavoix.com/lavoixdunord/?_ga=1.25565437.1992393193.1482228945#VDN/VDN/web,2017-04-12,06DUNKERQ|VDN,2017-04-12,06DUNKERQ,1|12)

Et jusqu’au Maire de Coudekerque, égale­ment vice-président de La CUD qui instaure des contrôles au faciès les 12 et 13 avril pour empêcher les migrants de traverser le pont. (https://journal.lavoix.com/lavoixdunord/?_ga=1.25565437.1992393193.1482228945#VDN/VDN/web,2017-04-14,06DUNKERQ|VDN,2017-04-14,06DUNKERQ,1|4^)

Tous ces élus ont pourtant financé ce camp à hauteur de 500 000 euros en 2016 et trou­vaient, comme le Maire des migrants, que tout allait bien.

Cette ignominie a déjà couté, au bas mot, 11 millions d’euros aux Français. Cela suffit !

Quant à l’inénarrable Bertrand, il s’est illustré avec sa majorité de béni oui-oui par un refus aussi sectaire que non motivé de toutes nos demandes de démantèlement de ce camp.

Le 13 octobre 2016, le Groupe FN-RBM, présentait en séance plénière une motion intitulée « Le Conseil régional protège les habitants de notre région frappés par la crise migratoire. » Cette motion faisait suite à un voeu proposé en SP le 28 janvier 2016 et avait pour objet le démantèlement. (http://picardienordpasdecalais.com/motions-voeux/voeu-depose-groupe-seance-pleniere-13-octobre-2016/)

Dans l’intervention accompagnant la mo­tion, il était évoqué les drames consécutifs à cette crise migratoire : les viols de la St Sylvestre 2015, la mafia des passeurs, les trafics en tous genres.

A la fin de l’intervention, M Bertrand, bien calé au fond de son fauteuil, les yeux mi-clos déclarait : « avec ces interventions… on voit le vrai visage de l’extrême droite. » Lui, affichait le visage satisfait du sectarisme revendiqué, du mépris assumé : même pas besoin de motiver le refus de s’associer à la demande du FN de démanteler ce camp dit « humanitaire ».

Camp de La Linière : le double discours coupable des politiciens

Communiqués

Lille – Le 13 avril 2017

Dans la nuit du 10 au 11 avril 2017, des migrants Kurdes et Afghans ont transformé le camp de La Linière à Grande-Synthe en scène de guerre.

Le camp, passé sous la coupe des mafias de passeurs, a été incendié volontairement.

Les pompiers et CRS ont été caillassés et blessés.

Depuis janvier 2016, le Groupe FN – RBM a publié pas moins de 8 communiqués de presse, déposé 4 vœux les 28 janvier et 13 octobre 2016, 2 février et 30 mars 2017 demandant le démantèlement du camp.

Ces voeux avaient vocation à être transmis aux pouvoirs publics et soutenir les ministres de l’Intérieur dans leur opposition initiale à ce camp.

Ces actions ont été, également, menées localement par les Conseillers régionaux membres  du Conseil municipal de Dunkerque et Conseillers à la Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD).

Ces voeux ont systématiquement été rejetés avec le plus profond mépris que ce soit au Conseil régional, au Conseil municipal de Dunkerque ou à la CUD.

Ainsi M. Dhersin, Conseiller régional, vice-président de la CUD, maire de Téteghem déclare après l’incendie que les mafias « se sont enrichies sur le dos de la bienveillance de la ville et de l’Etat. » (VDN 12 avril 2017)

Ou encore M. Hutin, député maire de Saint-Pol-sur-Mer, vice-président de la CUD déclare aujourd’hui : « l’espace Schengen est devenu une passoire. » (VDN du 12 avril 2017)

Et pire encore, M Vergriete, maire de Dunkerque, président de la CUD qui a financé l’installation du camp, assuré les services publics de ramassage de poubelles, assainissement, etc. , déclare: « La CUD ne sera plus partie prenante dans la Linière ou dans un autre camp» (VDN du 12 avril 2017)

Le Front National avait vu juste, dès le départ.

Qu’avaient donc à cacher ces politiciens irresponsables et coupables ?

Comme le maire de Grande Synthe qui refusait le 24 janvier l’accès du camp à Marine Le Pen et à une délégation d’élus régionaux.

Probablement le coût exorbitant de leur politique immigrationniste et laxiste.

Le camp de La Linière aura couté aux contribuables Français au bas mot 10 millions d’euros.

Le  Front National  demande aux pouvoirs publics de ne pas installer de migrants dans les communes avoisinantes de Grande Synthe.

A entrée illégale sur le territoire national, expulsion légale.

 

Philippe Eymery

Calais Port 2015: l’emploi local prioritaire

Communiqués

Lille – Le 12 avril 2017

Le Calaisis a été et reste gravement touché par le chaos migratoire. Le projet Calais Port 2015 est un ballon d’oxygène pour le territoire. Il témoigne de la volonté farouche des décideurs et de la population de se tourner vers l’avenir.

Sous la pression du groupe FN-Rassemblement pour le Nord Pas de Calais, il a été acté en 2014 que les marchés en lien avec le projet Calais Port 2015 devraient bénéficier prioritairement aux entreprises locales. Nous apprenons de  Rudy Vercucque, Conseiller régional, que le Groupement Constructeur a l’intention de confier le marché des passerelles à une entreprise étrangère.

Nous avons écrit aux donneurs d’ordres (Société des ports du Détroit et Société d’Exploitation des Ports du Détroit) et au Président du Conseil régional, Monsieur Bertrand, pour leur rappeler que la décision politique de soutenir le projet Calais Port 2015 était motivée, entre autres, par le fait que le chantier fasse travailler prioritairement les entreprises et donc la main d’œuvre locale et régionale.

En agissant ainsi, le Groupement Constructeur de Calais Port 2015 ne respecterait pas le pacte moral et politique ayant permis l’unanimité du Conseil régional pour soutenir Calais Port 2015.

Rappelons que ce projet est financé à hauteur de 270 millions d’euros sur fonds publics.

L’inquiétude est légitime. Nous gardons à l’esprit qu’il y a quelques jours, Bouygues Travaux Publics a été condamnée dans l’affaire des travailleurs européens irrégulièrement détachés sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville. La justice a infligé une amende dérisoire de 29 950 euros à l’entreprise ; ce qui ne lui interdit pas l’accès aux marchés publics, l’amende étant inférieure à 30 000 euros.

Conscients de ces pratiques, allant à l’encontre de l’emploi local, nous demandons aux donneurs d’ordres et à Monsieur Bertrand d’intervenir auprès de Bouygues Construction afin que l’attribution des marchés se fasse, lorsque la compétence locale existe, en faveur des entreprises du territoire.

Philippe Eymery

Le camp de la Linière à feu et à sang : l’argent des français parti en fumée.

Communiqués

Lille – Le 11 avril 2017

Hier soir, des Kurdes et des Afghans, clandestins entrés illégalement sur le territoire national Français se sont violemment battus avant de mettre le feu au camp de La Linière à Grande-Synthe. Les chalets ont été incendiés un à un. Malgré l’intervention de deux compagnies de CRS (160 hommes) et des pompiers, le camp a été réduit en un amas de cendres. CRS et pompiers ont été pris pour cible par les migrants et ont subi des caillassages.

Rappelons que ce camp a été installé contre la volonté de l’Etat par des élus locaux irresponsables, au premier rang desquels le maire de Grande-Synthe qui se surnomme « maire des migrants » avec l’appui financier octroyé par le président de la CUD.

Rappelons que plus de 10 millions d’euros ont été injectés sur ce camp : c’est l’argent des Français qui, cette nuit, est parti en cendres à Grande-Synthe.

Le Groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine a, dès le départ, demandé que ce camp ne soit pas installé puis, régulièrement, demandé son démantèlement. En vain.

Le groupe FN RBM dénonce le laxisme migratoire, créateur de troubles, la violence pour les migrants eux-mêmes, pour les forces de secours et les forces de l’ordre ainsi que la mainmise de la mafia étrangère des passeurs. Ce chaos sécuritaire, sanitaire, humanitaire et économique doit cesser sans délai !

Pour le Front National, l’ensemble des campements de migrants doivent être démantelés, les clandestins et déboutés du droit d’asile reconduits à la frontière, le droit d’asile doit être drastiquement réduit.

Les demandes d’asile ne doivent plus être étudiées en France, mais dans nos consulats et nos ambassades dans les pays d’origines ou à leurs limites. Les frontières nationales doivent être rétablies.

Le Groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine veillera par ailleurs à ce que les migrants du camp de La Linière ne soient pas relocalisés dans les communes voisines, comme le souhaitait le mois dernier M. Carême, Maire de Grande-Synthe.

 

Philippe Eymery

Enquête préliminaire sur le groupe FN, une curieuse coïncidence.

Communiqués

Lille – Le 5 avril 2017

Ce mercredi 5 avril, un communiqué du Parquet de Lille confirme les révélations de la presse sur une enquête  diligentée depuis janvier 2016 sur soupçon d’emplois fictifs.

Tout le monde peut constater que cette nouvelle révélation intervient à moins de 20 jours du 1er tour de l’élection présidentielle. Curieux télescopage du calendrier. Et une nouvelle violation du secret professionnel.

David Rachline a été embauché sur une courte période fin 2010. Des vidéos attestent de sa participation aux séances plénières de Conseil régional.

Contester cela, presque 7 ans après les faits, démontre la manipulation politique.

Le groupe FN au Conseil régional mène son action dans le respect des dispositions légales.

Les collaborateurs exercent leur mission dans le cadre du conseil régional.
A aucun moment le groupe n’a utilisé ses moyens au profit d’opérations électorales liées à la campagne présidentielle de 2012.

Le groupe FN attend avec sérénité que l’enquête soit menée à terme.

 

Philippe Eymery.

Les nôtres avant les autres !

Argumentaires

Il suffit de prononcer ces quelques mots en Commission Permanente ou en Séance Plénière pour s’attirer les foudres de M. Bertrand et faire fuser les noms d’oiseaux des bans UMP/UDI.

Lorsque le Groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine, fidèle à son Projet Régional, suggère de « Donner la priorité aux entreprises locales », la proposition est systématiquement rejetée pas la majorité UMP/UDI.

Pourtant M. Bertrand vient de créer «Proch’marché» un dispositif qui «veut faire de l’achat public un élément de la stratégie de l’emploi et de la politique économique de la Région. »

http://www.lavoixdunord.fr/139959/article/2017-03-28/la-region-s-essaie-au-protectionnisme-legal-pour-relancer-l-emploi

Bannissant les termes de «protectionnisme» ou de «patriotisme économique »,Bertrand, Lui, fait du «protectionnisme légal » : nouvelle tartufferie !

Le Groupe FN – RBM constate, une fois de plus, la justesse et le bien fondé de ses propositions et souhaite à « Proch’marché» un avenir meilleur que celui de «Proch’Emploi »

Quand M. Bertrand politise le sujet grave du SIDA

Communiqués

Amiens – Le 29 mars 2017

Dans un tweet déplacé, M. Bertrand affirme : « le SIDA tue toujours, et l’extrême droite refuse de voter ces actions de prévention dans nos lycées ».

Les élus de Groupe FN-RBM Picardie – Nord-Pas-de-Calais se sont abstenus sur la délibération n°54950 ayant pour objet « les après-midi du Zapping en Région Hauts de France ». Cette délibération concerne une subvention de 60000€ à l’association Solidarité Sida chargée d’organiser ces après-midi du Zapping.

Bertrand s’est subitement agacé lorsque notre collègue Sylvie Saillard (Pharmacien) a parlé du SIDA comme une maladie chronique depuis l’arrivée de la trithérapie. Propos qui ne devrait faire l’objet d’aucune polémique, étant repris par des séropositifs eux-mêmes. Nomenclature scientifique, remise en cause par personne. Seul M. Bertrand l’ignore.

Source : http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/sidaction-2015-le-sida-est-devenu-une-maladie-chronique-selon-stephanie-legendre-une-seropositive-7777156993

Source : http://www.allo-medecins.fr/sante/maladie/sida/medecin-generaliste,le-sida-est-il-une-maladie-chronique-,1173.html

Nous avons rappelé que les chiffres du SIDA sont alarmants puisque 11% des contaminés ont moins de 25 ans. Notre position est claire et sans ambiguïté : la prévention la plus efficace est celle qui se fait en premier lieu à l’école, au sein des cours d’éducation sexuelle et de SVT, appuyée par la médecine scolaire. Au-delà des grands barnums médiatiques, nous appelons de nos vœux une prévention au plus près de nos jeunes. Il faut penser et mettre en œuvre une vraie politique globale de sensibilisation dans la région et non du coup par coup.  Le sujet et les enjeux sont tellement primordiaux pour ne sombrer ni dans le saupoudrage de subventions, ni dans l’instrumentalisation politique, voulant marginaliser nos positions de bon sens.

Philippe Eymery