Posts published on février 2020

Le groupe RN agit également en lanceur d’alerte

Argumentaires

Depuis des mois nous alertons l’Exécutif sur la situation tragique de l’agriculteur Philippe Marchandier dans le Nord, par la voix de Sylvie Saillard en lien avec l’agriculteur et la présidente de l’association SOS Danger éolien, qui effectue un excellent travail d’intérêt public. L’élevage de Philippe Marchandier, à Mazinghien, est proche du parc éolien de Bazuel/Catillon. Il est persuadé que les cinq éoliennes du parc éolien du Planty et la ligne haute tension qu’on aperçoit depuis la cour de sa ferme rendent ses vaches laitières malades.

Vous pouvez visionner le reportage de France 3 en cliquant sur ce lien.

Le 10 février dernier, nous apprenions qu’enfin l’exploitation fera l’objet d’une expertise.

Nous n’avons pas entendu M Bertrand sur ce drame vécu par cet agriculteur. Souvenons- nous que le département de l’Aisne est l’un des plus touchés en France par l’installation d’éoliennes. Département dont le patron politique de la droite n’est autre que M. Bertrand.

M. Bertrand a adopté depuis le début du mandat une posture anti éolien bien tardive, les faits le contredisent.

Nous continuerons à suivre de près ce dossier afin de venir en aide à cet agriculteur en grande détresse.

BREXIT : le fog recouvre le plan d’actions régional.

Communiqués

Notre groupe a sollicité depuis septembre à 3 reprises la mise à l’ordre du jour en séance plénière d’auditions des principaux acteurs et la présentation par l’Exécutif régional des mesures du plan d’actions régional.

Ce plan a été annoncé à grands renforts de trompette dans les mois qui ont suivi la décision du peuple britannique de quitter l’Union Européenne.
Création d’une « Task force 50 », représentant permanent à Londres, ouverture d’un bureau à Londres, voyage en délégation, etc : les annonces se sont succédé dès 2017.

Le 28 janvier en soirée, l’Administration nous informait de l’ajout à l’Ordre du jour de la séance plénière du 30 janvier d’un temps d’expression de 10 minutes par groupe politique sur le Brexit. Mais toujours point d’auditions et de présentation par le représentant permanent du Conseil régional en Grande Bretagne des actions programmées dans le cadre du Brexit.

Cette succession d’interventions a permis :
de constater un état des lieux partagé, en particulier, sur la pêche

d’entendre les portes ouvertes enfoncées par la majorité du style « les négociations vont commencer », « Nous avons un an pour former les entreprises », « il faut accroître la visibilité de la région en Grande Bretagne », ou « Nous voulons une relation win-win ».

La séance du 30 janvier nous a appris qu’il n’y avait rien à apprendre de l’Exécutif.
L’Exécutif régional est apparu pour ce qu’il est dans cette affaire : la cinquième roue du carrosse et pratiquement sans influence significative sur les négociations à venir.
Ce dossier offre une nouvelle illustration de la politique de communication de M. Bertrand.

Le groupe RN et apparentés a rappelé qu’il s’agit maintenant de construire ou reconstruire une relation multiséculaire avec nos voisins britanniques et que la France avait tout à gagner à avoir une relation bilatérale avec la Grande Bretagne plutôt qu’une dépendance à l’Union européenne.

Philippe Eymery, Président du groupe