Posts published on juillet 2018

Fiasco social de M. Bertrand : + 27 700 demandeurs d’emplois depuis janvier 2016 !

Communiqués

Lille, le 27 juillet 2018.

 

Contrairement aux sirènes multiples, institutionnelles régionale et nationale, le retour de la croissance et une embellie des carnets de commande ne se conjuguent pas avec une baisse significative des demandeurs d’emploi en Hauts-de-France.

Il faudrait vraiment s’atteler à étudier de près les raisons pour lesquelles les entreprises régionales font de l’activité sans emploi durable, ou pourquoi des formations professionnelles débouchent toujours sur de l’emploi précaire.

En catégories A, B et C sur 1 an : + 2,9 % dans le département du Nord, +1,6 %  pour l’Oise, +1,2 % pour la Somme, +2.6% pour le Pas de Calais et +0,8 % pour l’Aisne.  Globalement  sur  1 an,  c’est +2,2 % pour la région et +1,4 % pour le pays. La région creuse sa fracture sociale et  son exception territoriale. Les Hauts-de-France confirment s’installer, avec un deuxième trimestre consécutif, au-delà de la barre symbolique des 600 000 chômeurs avec 601 450 demandeurs d’emplois !

Pour le Groupe Rassemblement National, en Hauts-de-France, la politique Macron enracine la désindustrialisation et la pauvreté territoriale, tandis qu’au niveau régional M. Bertrand ne sait pas obtenir des entreprises une mobilisation comme l’illustre la subvention à PSA-Trith St Léger de 6 millions d’euros sans aucun engagement de contrepartie d’emplois. Malgré la com’, le bilan économique l’ex-ministre du travail Bertrand est lumineux dans sa médiocrité.

A la tête du conseil régional depuis Janvier 2016 avec 574 180 demandeurs d’emplois, 30 mois plus tard, les Hauts-de-France comptabilisent  27 270 demandeurs d’emplois  supplémentaires. C’est tout le contraire de la diminution de 60 000 demandeurs d’emploi en 8 mois en moins annoncée lors de sa campagne électorale de 2015.

C’est une politique économique totalement inverse qu’il faut à cette région, avec une lutte acharnée contre le travail détaché omniprésent et dissimulé, la revitalisation des centres-bourgs, la reconquête du circuit-court et une réelle contrepartie exigeante aux efforts de formation professionnelle et d’apprentissage.

 

Philippe Eymery, président de groupe.