Posts published on juin 2017

Immigration clandestine : le gouvernement n’est pas en Marche. Il est à l’arrêt.

Communiqués

Lille – Le 26 juin 2017

Quelques jours seulement après le barrage ayant coûté la vie à un conducteur polonais sur l’A16, la situation s’est répétée cette nuit, quasiment au même endroit, avec un nouveau barrage enflammé.

Au mépris de la sécurité de tous, les migrants continuent de provoquer des accidents graves et prendre d’assaut les véhicules immobilisés.

Ces scènes de piraterie se répètent sous le regard impassible des pouvoirs publics.

Le nouveau ministre de l’intérieur est tout aussi inutile que son prédécesseur : des postures et rien de concret pour rétablir la sécurité de tous.

Bon nombre de camionneurs et d’automobilistes n’osent plus emprunter l’A16 à la tombée de la nuit, ni s’arrêter sur certaines aires de repos, la sécurité n’y étant plus assurée par un Etat démissionnaire.

Après les quartiers pudiquement considérés comme « difficiles », les nouvelles zones de non-droit désignent maintenant une partie du réseau routier français.

Le ministre de l’intérieur polonais, inquiet de la situation dans le Nord de la France, a proposé au gouvernement français d’envoyer des gardes polonais assurer la sécurité des usagers de l’A16.

Si le gouvernement français ne réagit pas, verra-t-on dans un futur proche l’ONU envoyer des casques bleus étrangers sur notre territoire afin d’y rétablir l’ordre ?

Le groupe FN-RBM exige que le gouvernement prenne la mesure de la situation, rétablisse nos frontières et expulse de notre territoire les migrants en situation illégale.

Philippe Eymery

Vœu déposé par le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine Supprimer la directive « détachement des travailleurs », cette arme de destruction massive de l’emploi local.

Motions & voeux

Conseil régional Hauts-de-France

Picardie – Nord-Pas-de-Calais

Séance Plénière du 29 juin 2017

Vœu déposé par le groupe

Front National – Rassemblement Bleu Marine

Supprimer la directive « détachement des travailleurs », cette arme de destruction massive de l’emploi local.

La directive « détachement des travailleurs », ex-directive Bolkestein, a fait la démonstration de sa nocivité dans le cadre du marché unique et sur son fondement de la libre circulation des travailleurs. Les infractions se multiplient.

Près de 300 000 travailleurs détachés « officiels » sont employés en France c’est-à-dire au mieux déclarés.

Presque autant de travailleurs passent la frontière en camionnette pour exécuter des travaux en catimini. Ce sont donc près de 600 000 postes de travail perdus pour la Nation.

Tous les secteurs sont concernés : Bâtiment et travaux publics, mais aussi transport-logistique, restauration, construction réparation navale, agriculture, etc…

La condamnation de Bouygues pour utilisation de travailleurs détachés sur le chantier de l’E.P.R. de Flamanville illustre cette nocivité de la directive. Outre la perte d’emplois, le préjudice est évalué à 12 millions d’euros pour nos caisses sociales. C’est un gâchis économique et social.

Il faut revenir au principe fiscal de base : la territorialité. Les entreprises payent les salaires et les charges là où elles concourent à produire le travail. A Rome fait comme les Romains !

Il n’y a plus de temps à perdre avec un texte nocif, véritable erreur législative européenne, spoliatrice de nos forces vives et de notre économie. Il est urgent de revenir aux principes de notre droit fiscal et de sécurité sociale et appliquer les règles de concurrence non faussées.

Le Conseil régional, réuni en Séance plénière du 29 juin 2017 :

  • constate les effets pernicieux sur l’emploi, la formation, l’insertion et la sécurité des salariés de la directive « détachement des travailleurs » ;

  • souhaite la suppression de cette directive pour sa nocivité aux règles d’un marché du travail socialement réglementé et équilibré ;

  • demande au gouvernement d’entamer les démarches pour aboutir à la suppression de la directive « détachement des travailleurs ».

Philippe EYMERY

Président

Motion déposée par le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine Canal Seine Nord Europe : le gouvernement doit confirmer son engagement.

Motions & voeux

Conseil régional Hauts-de-France

Picardie – Nord-Pas-de-Calais

Séance Plénière du 29 juin 2017

Motion déposée par le groupe

Front National – Rassemblement Bleu Marine

Canal Seine Nord Europe :

le gouvernement doit confirmer son engagement.

Lors de la Commission permanente du 13 décembre 2016, le Conseil régional votait le protocole (modificatif) de financement et de gouvernance pour la réalisation du Canal Seine Nord Europe. L’Union européenne, l’Etat, le Conseil régional Hauts-de-France et les Conseils départementaux s’engageaient ensemble pour ce grand chantier, investissement structurant pour la Picardie et le Nord Pas de Calais.

Depuis le 9 mai 2017, notre pays a un nouveau gouvernement. Ce nouveau gouvernement est présidé par un Premier ministre ayant manifesté à plusieurs reprises sa claire hostilité au projet du Canal Seine Nord Europe.

Devant le Conseil de surveillance de la société du Canal Seine Nord Europe, le président du Conseil régional a indiqué qu’il avait reçu l’assurance que ce projet ne serait pas remis en cause.

Est-ce un engagement ou ne serait-ce qu’une parole qui n’engage que ceux qui l’écoutent ? Enfin un ancien ministre affirme qu’il y a beaucoup de gesticulation et pointe le risque de voir l’Union européenne renoncer face à l’hésitation gouvernementale et l’absence de premier versement de l’Etat.

Cette hésitation nuit à la crédibilité de notre pays et de ses dirigeants. Il est urgent d’avancer et donner des signes de confiance aux citoyens et aux acteurs économiques.

Le Conseil régional, réuni en Séance plénière du 29 Juin 2017 :

  • réaffirme l’engagement désormais irréversible du projet Canal Seine Nord Europe et demande à l’Etat d’exécuter le premier versement ;

  • demande à l’Etat de donner à ce projet toute sa dimension par l’aménagement des voies fluviales connectées au Canal Seine Nord Europe ;

  • s’engage à organiser les plateformes logistiques nécessaires à la gestion et redistribution des flux de marchandises.

Philippe EYMERY

Président

Canal Seine Nord, que fait l’exécutif ?

Argumentaires

S’il est un dossier vital pour notre région, c’est celui du Canal Seine-Nord : 13.000 emplois directs et indirects promis chaque année,

Le dossier était défendu par Monsieur Darmanin, alors vice-président du Conseil régional et ami de M. Bertrand.

Le 5 avril 2017, lors du lancement du chantier par le Président Hollande, M. Darmanin déclarait « Le Canal Seine-Nord est une de nos grandes armes pour la région ».

Mais depuis M. Darmanin, devenu ministre d’un gouvernement dirigé par M. Philippe, opposant au Canal Seine-Nord, a déjà abandonné la vice-présidence de la Société du Canal, et son mandat de vice-président du Conseil régional Hauts-de-France chargé des Transports.

http://www.innovapresse.com/politique/30622-canal-seine-nord-europe-le-top-depart-apres-les-elections-2.html

La semaine dernière M. Borloo, quant à lui, tirait la sonnette d’alarme sur l’engagement de l’Etat.

Pendant ce temps, M. Bertrand fait campagne…

Y a-t-il un Président au Conseil régional ?

Argumentaires

Depuis plusieurs semaines, voire quelques mois, M. Bertrand bat la campagne. On le voit en réunions publiques aux quatre coins de la France.

Pour défendre les intérêts régionaux ? Tenter d’améliorer le sort des habitants de notre région ?

Non bien sûr ! Bertrand parcourt la France du nord au sud, d’est en ouest, pour soutenir ses amis qui défendront, le jour venu, ses propres intérêts.

https://www.valeursactuelles.com/politique/xavier-bertrand-la-reconquete-dune-droite-populaire-84881

Une cinquantaine de réunions publiques par mois, depuis des mois, pour soutenir les candidats aux primaires de la droite et du centre, à l’élection présidentielle, ou encore aux élections législatives.

Pour M. Bertrand, combattre son ennemi le FN est tellement plus important que de se battre pour les habitants de la région qui souffrent de la pression migratoire, de la fermeture de leur usine ou de l’abandon des zones rurales.

Les élections sont passées : va-t-il rentrer au bercail ?

Non, désormais il fait campagne pour prendre la présidence de son parti.

Les dossiers régionaux devront attendre encore …

Barrage de migrants sur l’A16 : que fait le gouvernement ?

Communiqués

Lille – Le 20 juin 2017

Ce 20 juin, à 3h45, un chauffeur de camionnette a trouvé la mort en tentant d’éviter un barrage érigé par des migrants sur l’autoroute A16 dans la région de Calais.

C’était le cinquième barrage en trois semaines. (Voix du Nord – 20/06/2017)

Le Groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine déplore le décès de ce salarié et s’associe à la douleur de sa famille.

Le Groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine dénonce le laxisme et l’inertie de l’Etat et la non-assistance à personnes en danger du gouvernement face au chaos migratoire.

La situation est insupportable, l’Etat doit agir et vite.

 

 

Philippe Eymery

COMMUNIQUE DE PRESSE DE PHILIPPE EYMERY Président de Groupe

Communiqués

Lille – Le 8 juin 2017

Le communiqué de presse de M. le Préfet du Nord, du 8 courant, est édifiant tant par ses approximations que sa réactivité sélective.

Ainsi, depuis le 3 mars 2017, je le sollicite afin d’obtenir la copie intégrale des documents relatifs à la gestion du camp de la LINIERE (comptes rendus des réunions du comité de pilotage, bordereaux de mandats émis dans le cadre de la convention de gestion du camp, etc…).

Après 3 mois d’attente, celui-ci est toujours dans l’incapacité de répondre à l’ensemble de mes demandes puisque les bordereaux de mandats ne sont toujours pas transmis.

Au regard de la charge financière directement supportée par le contribuable, que les politiques passées et actuelles pressurent de plus en plus, je suis pour le moins agacé que M. le Préfet soit dans l’incapacité de répondre précisément à ces demandes, pourtant simples.

Il est vrai que sa qualité d’ancien directeur de cabinet de M. Cazeneuve peut entraîner une confusion dans ses missions, lui faisant oublier l’obligation de neutralité qui incombe à sa fonction de Préfet.

Ainsi, contrairement à ce qu’allègue M. le Préfet, mes demandes répétées d’information ont toujours été faites en ma qualité de Président de groupe au Conseil régional.

Il ne s’y trompait d’ailleurs pas lorsqu’il répondait, certes de manière incomplète, à ces demandes.

Ma démarche n’est donc nullement « politicienne », au regard des échéances proches.

Elle n’instrumentalise pas la détresse des migrants.

Il s’agit d’une démarche citoyenne que tout un chacun peut mettre en œuvre en sollicitant la communication de ces documents qui, n’en déplaisent à nos dirigeants, ne sont pas confidentiels.

J’attends toujours les comptes de M. le Préfet qui ne m’ont jamais été transmis, que ce soit par courriel, courrier ou porteur.

Lorsque les nôtres payent pour les autres, il est normal que ceux qui sont généreux avec vos économies rendent des comptes.

Nous invitons donc M. le Préfet à mettre, en libre téléchargement, l’ensemble de ces documents sur le site internet de la Préfecture.

En attendant, j’ai saisi le Ministère de l’Intérieur de ce nouvel incident.

La patience a ses vertus puisque ce 8 juin, j’ai enfin connaissance des comptes rendus du comité de pilotage de 2016.

Encore un effort M. le Préfet pour me justifier les raisons d’une dérive financière qui a fait bondir le coût mensuel de 325.000 €, supportés par l’Etat, à 600.000 € pour la prise en charge de ce camp.

                                                                                                                      Philippe Eymery

Camp de migrants à Grande-Synthe : c’est reparti ? … pour 25 millions d’euros supplémentaires…

Communiqués

Lille – Le 1er juin 2017

Le 7 mars 2016, M. Carême, maire de Grande – Synthe ouvrait au lieudit « La Linière » un camp d’accueil pour migrants. Camp ouvert contre la volonté de l’Etat et avec le soutien de l’association Médecins sans frontières.

Dans la nuit du 10 au 11 avril 2017, des migrants ont incendié le camp.

C’en était fini du camp de La Linière : les 1.625 clandestins présents se sont alors retrouvés dans la nature ou dans des hébergements d’urgence.

Des migrants sont restés à Grande-Synthe, d’autres arrivent tous les jours. M. Carême, qui se fait appeler « le maire des migrants », envisage donc de reconstruire le camp.

Il a déjà, à cet effet, pris contact avec le tout nouveau ministre de l’intérieur M. Collomb

(Le Monde 01/06/2017).

Depuis janvier 2016, le Groupe FN – RBM a publié pas moins de 8 communiqués de presse, déposé 4 vœux les 28 janvier et 13 octobre 2016, 2 février et 30 mars 2017 demandant le démantèlement du camp. Ces voeux avaient vocation à être transmis aux pouvoirs publics et soutenir les ministres de l’Intérieur dans leur opposition initiale à ce camp.

Voeux rejetés par systématiquement par la majorité LR/UDI.

Par courriers des 3 mars et 5 mai 2017 le groupe a demandé au Préfet de région et Préfet du Nord les documents administratifs permettant de chiffrer le coût réel de ce camp.

Seules des informations très partielles et incomplètes ont été transmises, elles ont toutefois permis d’évaluer, au bas mot, à 18 millions d’euros la facture du camp de La Linière.

Le 31 août 2015 lors d’une visite à Calais, M. Valls alors Premier ministre, avait annoncé vouloir créer un camp de réfugiés capable d’accueillir 1.500 migrants. Il évaluait le coût de ce camp, comparable à celui de La Linière, à 25 millions d’euros. Pour annoncer cette somme colossale, M. Valls possédait certainement des informations cachées au grand public.

Le Groupe FN-RBM demande au gouvernement de refuser toute nouvelle construction d’un camp de migrants à Grande-Synthe ou ailleurs.

Un euro dépensé dans la région doit être utile aux habitants de la région.

Il ne doit pas profiter à des clandestins entrés illégalement sur le territoire national Français.

 

 Philippe Eymery