Posts published on mars 2016

Travailleurs détachés dans l’Oise : stop au dumping social !

Communiqués

Le recours aux travailleurs détachés continue de se pratiquer dans notre département. En effet, l’Inspection du travail a comptabilisé pour l’année 2015 pas moins de 827 déclarations préalables d’embauches, correspondant à un total de 2 760 salariés. Le principal secteur touché reste celui du BTP.

Selon un récent rapport rendu par les sénateurs, la France pourrait compter jusqu’à 300 000 travailleurs détachés en situation irrégulière. Outre le scandale lié à cette fraude massive impactant directement notre système de protection sociale, le principe même du recours aux travailleurs détachés constitue un véritable dumping social inacceptable.

Ce mécanisme fou et suicidaire pour notre économie condamne chaque jour des PME et TPE à l’asphyxie, incapables de faire face à cette concurrence déloyale, conséquence directe de la politique européiste. Le récent projet de la Commission Européenne visant à réviser la directive relative au détachement des travailleurs, sans prévoir la remise en cause nécessaire du mécanisme, n’est absolument pas à la hauteur des enjeux.

Le Groupe Front National-Rassemblement Bleu Marine au Conseil régional Picardie-Nord-Pas-de-Calais demande à ce que les pouvoirs publics prennent la véritable mesure des conséquences néfastes pour l’économie de nos territoires du recours aux travailleurs détachés et s’engagent enfin à mettre en œuvre le patriotisme économique indispensable à la protection de notre tissu économique et au retour de la croissance.

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Des migrants assistés, des associations dépassées et des grand-synthois à bout

Communiqués

Dans la Voix du Nord du mercredi 23 mars, les bénévoles d’Utopia 56 du camp de migrants de la Linière déclarent qu’ils« s’épuisent à la tâche, faute de bras ».

Cuisine, distribution de vêtements, douches, nettoyage, les militants pro-migrants sont débordés par les corvées. Pendant ce temps-là, « les migrants vaquent tranquillement à leurs occupations ».

Le 24 mars, le même journal relate une « bagarre généralisée sur fond d’alcool » dans le même camp entre une trentaine de migrants avec battes de base-ball et couteaux, « l’alcool a coulé à flot dans le camp » d’après la police. Selon le dicton populaire  » L’oisiveté est la mère de tous les vices « . Le bon sens français prend ici tout son sens.

Lassés des exactions des migrants, les habitants du quartier voisin du Puythouck ont lancé une pétition pour alerter les autorités. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ce sont eux qui sont désormais importunés après ceux du quartier du Basroch.
Ce camp est une hérésie voulue par le maire de Grande-Synthe et ses complices les associations pro-migrants et au premier rang Médecins sans frontières, largement subventionnés sur fonds publics.

Face à ces irresponsables, le Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine, demande au gouvernement:
⦁ le démantèlement du camp de Grande-Synthe

⦁ l’expulsion systématique des étrangers en situation irrégulière

⦁ la mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les zones de guerre ou à proximité immédiate.

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Les commissions permanentes du Conseil régional ne sont plus filmées : Monsieur Bertrand préfère l’opacité.

Communiqués

Les élus du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine ont constaté lors de la commission permanente de ce mardi 29 mars que les débats n’étaient pas filmés, comme cela est fait à chaque assemblée du Conseil régional.

Interrogé sur cette absence de retransmission vidéo, Monsieur Bertrand a laconiquement répondu qu’elle n’était pas obligatoire selon le règlement intérieur.

Les habitants de la région ne pourront donc pas visualiser cette commission permanente où s’est voté un certain nombre de délibérations, et lors de laquelle le groupe Front National Rassemblement Bleu Marine a déposé des amendements, nécessaires à l’expression démocratique de l’opposition. Il y a clairement une volonté de Monsieur Bertrand de vouloir exercer dans une certaine opacité.

Pour quelle raison ?

La retransmission des commissions permanentes et de ses débats montre au grand public à quel point l’opposition, représentée par le groupe Front National Rassemblement Bleu Marine et ses plus d’1 million d’électeurs, est méprisée par l’exécutif. Les Républicains et leurs alliés UDI souhaitent éviter toute mauvaise publicité et tentent de dissimuler leur gestion autocrate, amateur et à l’ancienne.

Le groupe Front National Rassemblement Bleu Marine dénonce cette régression démocratique, et demande à Monsieur Bertrand de rétablir la retransmission vidéo de toutes les assemblées dans un souci de transparence envers les habitants de notre région.

 

Communiqué de presse du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Des modifications continues au secours de l’aide au transport aux particuliers

Communiqués

Ce mardi 29 mars 2016, la majorité régionale est revenue vers les élus avec deux nouvelles modifications sur la délibération « aide au transport aux particuliers » (4ème modification en 3 mois).

Délibération qui consiste à aider les travailleurs qui le souhaitent à toucher une aide de 20€ par mois (sous réserve de répondre à de nombreux critères).
Le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine a voté positivement sur ces modifications. Vote positif qui n’enlève pas nos craintes sur l’ensemble de cette délibération. Nous nous étions abstenus sur la délibération d’intention car nos questions n’ont pas trouvé de réponses sur le financement de ce projet et le coût de fonctionnement du dispositif.
Le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine réitère ses craintes sur le coût et le financement de ce projet et félicite les services régionaux qui doivent subir les changements perpétuels de l’exécutif.

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Les pêcheurs à pied du Crotoy : Les premiers oubliés des « Hauts de France » ?

Communiqués

La pêche aux coques est une pêche traditionnelle de la Baie de Somme qui fait vivre des dizaines de familles locales qui souvent perpétuent le métier de père en fils.

Pour la troisième année consécutive, cette pêche a été fermée avant la fin de la saison soit disant pour des raisons liées à l’état des gisements de coques. Cette année la fermeture a été annoncée au bout de seulement 6 semaines.

Depuis 3 ans les pêcheurs subissent des fermetures anticipées de cette activité et ils ont épuisé leurs économies pour faire vivre leurs familles et pour régler les appels de cotisations de la MSA qui continuent à arriver, même quand ils sont obligés par la loi de cesser pendant des mois leur travail.

Ils n’en peuvent plus.

Le 8 février, l’un d’eux a adressé un courrier désespéré au nouveau Président de Région pour demander d’une part de débloquer un fonds de soutien d’urgence pour venir en aide aux familles crotteloises lourdement affectées et qui ne peuvent plus subvenir à leurs besoins et d’autre part pour organiser une table ronde avec les Affaires Maritimes et la Mairie du Crotoy pour remettre à plat les réglementations et les conditions relatives à cette pêche.

Il reste sans nouvelles. Est-ce que le Crotoy est trop éloigné de Lille pour qu’on s’y intéresse ?
Le Front National dénonce le mutisme du Président du Conseil Régional devant la souffrance des pêcheurs à pieds et de leurs familles et exige qu’il tienne ses promesses de campagne. Le Front National demande que Monsieur Xavier Bertrand se saisisse sans tarder de ce dossier et débloque, comme il l’a fait pour le secteur agricole, un fond de soutien pour venir en aide à cette profession emblématique de la Baie de Somme.

 

Communiqué de presse de Patricia Chagnon, conseillère régionale du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Le Front National réaffirme son soutien aux commerçants du Grand Stade et à leurs salariés

Communiqués

Jusqu’à 1.200EUR de redevance par match de l’Euro 2016 (7.200EUR au total), utilisation d’un gobelet UEFA, uniforme aux couleurs de l’UEFA, interdiction de vendre des menus pour ne pas concurrencer McDonald’s, fermeture le midi.

En cas de refus de se soumettre à ces exigences, une bâche empêchera l’accès à leurs commerces. Voilà le chantage odieux de l’UEFA et de la société Elisa (filiale d’Eiffage gérant le Grand Stade) dont sont victimes les commerçants du parvis du Stade Pierre Mauroy.

Comment les autorités peuvent-elles laisser faire un tel racket vis-à-vis de nos commerçants? Quels arrangements y’a-t-il eu entre, l’UEFA, Elisa et l’UMPS de la MEL? N’est-ce pas cette même MEL qui va recevoir près de 2 millions d’Euros, qui a négocié pour protéger les centres commerciaux tout en délaissant les commerçants indépendants?

Le Conseil Régional a décidé la semaine dernière de payer la moitié de la redevance à l’UEFA. Ce sont donc nos commerçants et les contribuables qui paieront la dîme de l’UEFA, ou comment « déshabiller Pierre pour habiller Paul».

Face à ce scandale, le groupe Front National Rassemblement Bleu Marine s’insurge du comportement irrespectueux de l’UEFA, organisatrice de l’Euro 2016, et de la soumission des pouvoirs publics. Nous demandons au Gouvernement, mais également au Conseil Régional, en tant que défenseurs des intérêts de nos compatriotes, de taper du poing sur la table et faire respecter des règles de bienséance à l’UEFA.

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Au conseil régional Éric Richermoz défend les chasseurs de la Somme

Communiqués

Ce lundi 14 mars, lors de la séance plénière du Conseil régional, à Lille, la majorité régionale LR UDI s’est opposée unanimement à un vœu en faveur de la défense des chasseurs de gibier d’eau de la Somme, défendu par Éric Richermoz.

Par ce vœu, le groupe Front National – Rassemblement Bleu Marine dénonçait la destruction programmée de huttes de chasse sur des territoires gérés par le Conservatoire d’espaces naturels de Picardie et propriété du Conservatoire du Littoral ou du Département. Délibérément laissées à l’abandon depuis des années, ces installations se trouvent ainsi promises à la destruction.

La manœuvre vise à exclure la chasse du gibier d’eau de propriétés acquises avec l’argent public. Or de nombreux jeunes aimeraient “hutter” mais ne le peuvent pas faute de huttes.

Yves Butel, président de la Fédération départementale des chasseurs, et conseiller régional LR, non seulement nie la réalité de cette situation mais appelle ces amis de la majorité régionale à soutenir le Conservatoire. Les chasseurs apprécieront…

Ce lundi, au Conseil régional, le groupe régional Front National – Rassemblement Bleu Marine prouvait, une nouvelle fois, qu’il est le seul à défendre la cause de la chasse et celle des huttes qui font partie intégrante du patrimoine culturel picard.

 

Communiqué de presse d’Éric Richermoz, conseiller régional du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine

Logo de la nouvelle région : Dessinez, c’est pas gagné !

Communiqués

La majorité « Les Républicains » au conseil régional a décidé, après avoir entériné l’appellation « Hauts-de-France » de soumettre la création du logo de la nouvelle grande région aux étudiants des écoles de beaux-arts et de design.

SI louable soit l’intention, il convient d’espérer que la latitude créatrice qui leur est offerte sera moins circonscrite que celle qui a été donnée aux lycéens et apprentis lors de la consultation sur le nouveau nom de région.

Le cahier des charges sera quoi qu’il en soit ambitieux : donner une identité visuelle à une région dont le nouveau nom lui a fait perdre son identité historique, ses racines.

Les étudiants de l’Oise, de l’Aisne, de la Somme, orphelins de la Picardie auront-ils à cœur d’apporter leur pierre à l’édifice ?
Si l’on considère la façon dont les lycéens ont été « tondus » dans leur choix de nom de région par le fait du « petit prince », gardez-vous bien que les étudiants ne vous dessinent un mouton !

 

 

Camp de Grande-Synthe : le chantage irresponsable du maire

Communiqués

Le nouveau camp de la Linière, situé à Grande-Synthe et destiné à héberger plus de 2500 migrants en situation illégale, a été exigé et installé par le maire EELV Monsieur Carême contre l’avis de l’Etat.

Désormais ouvert et géré en association avec Médecins du Monde, Monsieur Carême tente de faire chanter l’Etat en déclarant être incapable de régler les frais de fonctionnement annuels qui s’élèvent à 3 millions d’euros ! A l’Etat de payer la facture!

Nous pensions le maire de Grande-Synthe irresponsable, la vérité est encore plus grave : cet élu de la République se rend coupable d’un chantage prémédité sur le contribuable français en usant des bonnes vieilles ficelles de la gauche caviar: humanitarisme d’apparence, abus de faiblesse de l’Etat, culpabilisation des habitants…

Lundi en séance plénière du Conseil régional Picardie – Nord – Pas de Calais, les élus Front National Rassemblement Bleu Marine ont pu voir à l’œuvre le second volet de cette vaste opération : le dédommagement sous forme de fonds de secours étendu à Grande-Synthe censé faire taire les commerçants et les artisans sur le même modèle qu’à Calais.

Certes aussitôt retiré, cet amendement constitue néanmoins un aveu grave de la part de la « droite » qui œuvre main dans la main avec la gauche afin de créer toujours plus d’appels d’air d’immigration clandestine contre les intérêts des français.
La gauche impose, la droite arrose ! Et les habitants du littoral n’ont plus qu’à se taire et subir.

Le groupe Front National Rassemblement Bleu Marine dénonce le chantage de Monsieur Carême et rappelle à l’exécutif régional que la motion qu’il avait déposé en séance plénière du 28 janvier est plus que jamais d’actualité à savoir qu’il:
Constate les effets désastreux de l’immigration clandestine sur tous les aspects de la vie quotidienne de nos compatriotes
Appuie la position initiale de l’Etat en faveur du démantèlement du camp de Grande Synthe
Demande le démantèlement des camps de migrants
Demande l’expulsion systématique de toute personne présente illégalement sur le territoire national vers son pays d’origine ou vers des zones humanitaires sécurisées.

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Migrants à Grande-Synthe : la prochaine étape c’est l’attaque des camions.

Communiqués

Le déplacement des migrants de Grande-Synthe du camp du Basroch au camp de la Linière vient tout juste de se terminer qu’on constate déjà une forte présence des migrants le long des voies de l’autoroute A16.

Ce nouveau camp est placé à proximité de l’autoroute, d’une ligne de chemin de fer, des zones portuaires et d’une aire d’autoroute. L’endroit idéal pour voir prospérer les réseaux de passeurs. Non seulement ce camp va favoriser la traite d’êtres humains, mais il va surtout voir l’émergence d’une nouvelle zone de tensions sur la Côte d’Opale.

Nous avons tous en tête les assauts organisés, à Calais, par les migrants contre les poids lourds pour tenter de pénétrer à l’intérieur. Pour quelles raisons ces scènes ne se produiraient-elles pas ici ? Les conséquences seraient désastreuses pour la sécurité des automobilistes.

Le Front National demande le démantèlement immédiat de ce nouveau camp et l’expulsion définitive des migrants qui se trouvent à l’intérieur. La seule solution viable pour ces personnes et pour les états de l’Europe est la mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les pays d’origine des migrants.

 

Communiqué de presse de Philippe Eymery et Adrien Nave, conseillers régionaux du groupe Front National Rassemblement Bleu Marine