Posts published on janvier 2016

Le Front National discriminé sur les moyens

Communiqués

Par le moyen de plusieurs délibérations portant sur la répartition des crédits en personnel et les moyens matériels alloués aux groupes, la majorité UMP-UDI(-PS) entend user de calculs mesquins pour réduire les moyens du groupe FN RBM, unique opposition du conseil régional.

En effet, au lieu de diviser par le nombre d’élus (170), l’exécutif a choisi de manière inédite de prendre en compte les délégations et les vice-présidents afin de discriminer les élus Front National qui ont de ce fait moins de moyens que les élus UDI et UMP.

La baisse de la surface de locaux alloués aux groupes va également pénaliser le travail des conseillers régionaux, le groupe Front National souhaiterait que les 4m2 par élu s’appliquent également à Amiens, puisque la commission permanente s’y tiendra.

Enfin, si l’exécutif applique une réduction de 5% dans les moyens alloués aux groupes, en revanche concernant le nombre de collaborateurs du cabinet du président aucune économie n’est prévue. Il conviendrait d’y appliquer la même réduction et de baisser leur nombre à 14 afin d’être sincère dans cette démarche de réduction des dépenses.

Le groupe Front National déplore ces manœuvres sournoises visant à réduire sa capacité à assurer son rôle d’opposition et de porte-voix plus d’un million d’électeurs.

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Aide à l’emploi, d’accord, mais pas sans garantie.

Communiqués

Chantal Lemaire, conseillère régionale FN RBM, a interrogé en séance plénière la majorité sur les modalités de l’aide régionale pour la création d’emplois dans les TPE/PME par la prise en charge d’une partie des charges patronales.

Si dans l’esprit, la volonté de faciliter l’embauche par les entreprises régionales est louable, l’actualité sociale nous inquiète quant aux garanties demandées aux entreprises en échange d’allégement de charges. Pour rappel, Pentair a bénéficié du CICE à hauteur d’1 million d’euros. Monsieur Bertrand a rencontré les dirigeants en Suisse, pour quel résultat ? La fermeture progressive d’une usine bénéficiaire et à terme la perte de 132 emplois.

En outre, le nombre de 120 000 emplois non-pourvus au niveau régional proclamés par Monsieur Bertrand nous laisse dubitatif quand on le compare aux 200 000 au niveau national (source Pôle Emploi décembre 2015).
Autre calcul faux, les 40 millions d’euros de l’enveloppe budgétaire pour la création de 30000 emplois. D’après nos estimations, pour atteindre cet objectif la somme à allouer frise les 70 millions d’euros.

A 40 millions d’euros, l’aide par TPE/PME ne dépasse pas les 1333 euros, montant insuffisant pour inciter à l’embauche !
Enfin, il n’apparaît nulle part que les entreprises bénéficiaires devront embaucher un travailleur résidant la région plutôt qu’un travailleur détaché. Le Conseil régional doit soutenir l’emploi régional, patriotisme économique oblige !
Pour toutes les interrogations évoquées, le Front National Rassemblement Bleu Marine s’abstient de voter cette délibération.

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Le plan d’urgence en faveur de l’élevage : nouveau coup de com’ de Monsieur Bertrand

Communiqués

Le groupe Front National Rassemblement Bleu Marine, par la voix d’Agnès Caudron agricultrice et conseillère régionale, a dénoncé le plan d’urgence « en faveur » de l’élevage proposé par Monsieur Bertrand.

Cette enveloppe, que l’on jette à la face des éleveurs pour les faire taire, ne remet pas en cause un système de prix biaisé imposé par la grande distribution. Ce plan d’urgence ne fait que repousser d’un mois la mort de l’élevage régional.

En outre, le conseil régional prévoit de payer 500 000 € à des officines d’audit-conseil, une véritable obscénité de plus qui ne manquera pas d’alimenter la colère des petits producteurs. Ces sommes devraient plutôt aider à la mise en place de groupements d’éleveurs, seule façon pour eux de s’affranchir de la tutelle de la FNSEA.

La politique agricole de l’UMP n’est qu’un coup de com’ inutile et soumis au diktat de Bruxelles et de la grande distribution.

Le Front National, en tant qu’unique opposition au conseil régional Picardie – Nord – Pas de Calais, entend défendre les intérêts des éleveurs et s’abstient de voter ce plan d’urgence

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Expulsion des migrants et des passeurs : il y a urgence !

Communiqués

Une fusillade a fait 5 blessés graves hier en fin d’après-midi à la jungle de Grande-Synthe. Ce nouvel épisode de violence se rajoute à la longue liste de fusillades, affrontements entre bandes, agressions et menaces sur les riverains du bidonville. Les habitants du Basroch avaient lancé un appel au secours à leur maire Damien Carême (EELV) en octobre 2015 (VDN édition Dunkerque du 09/10/2015), mais celui-ci les a ignoré, méprisé.

Aujourd’hui hors de contrôle, la jungle de Grande-Synthe est en passe de devenir encore plus importante que celle de Calais. La déplacer de l’autre côté de l’autoroute dans des tentes ou des containers n’y changera rien, ce bidonville reste aux mains de mafias de passeurs qui s’entretuent pour le contrôle des filières d’immigration illégale.

A Téteghem, le maire Dhersin était fier de serrer la main à ces criminels devant les caméras, son irresponsabilité a conduit à des fusillades et des violences quotidiennes. L’Etat, dans un sursaut de lucidité, a démantelé ce camp illégal. Téteghem a depuis retrouvé un calme relatif car des migrants continuent à roder autour du lac.

A Calais, Madame Bouchart continue d’accueillir sa « richesse culturelle exceptionnelle »: des milliers de migrants parmi lesquels sévissent des criminels et des djihadistes. Les violences de ce week-end ont été emblématiques de la démission et du laxisme des autorités.

Le Front National demande :

– le démantèlement immédiat de tous les camps illégaux
– une inversion de la politique migratoire et l’expulsion des clandestins
– la mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les pays ou à la frontière des pays en guerre.

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

IDEX: Valls sabre la région Nord

Communiqués

 Le premier ministre a décidé de refuser la labellisation « université d’excellence » aux universités publiques de Lille associées au CNRS, à l’INSERM, l’INRIA et à 8 grandes écoles, préférant privilégier Grenoble et Nice.

En passant à côté de ce projet ce sont 15 millions d’euros par an pendant 10 ans et 600 millions d’euros si les objectifs étaient réalisés qui échappent à notre région, destinés principalement à la recherche dans les domaines d’excellence que sont la lutte contre le cancer, le diabète, la chimie verte et les sciences et techniques du visuel.

Le groupe Front National-Rassemblement Bleu Marine se scandalise de ce choix gouvernemental et le déplore vivement.

Ainsi les moulinets du président de région et les rencontres multiples avec le pouvoir socialiste n’auront au final servi nullement les habitants de la région.

Tout au long de la campagne électorale régionale les Cassandre s’étaient élevés sur le danger que représenterait l’élection du Front National a la tête de l’exécutif, force est de constater que c’est l’équipe élue aujourd’hui qui n’est pas en mesure de tenir les promesses faites tout au long de ces derniers mois.

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Le démantèlement des « jungles » : une urgence absolue.

Communiqués

Une énième fois les Calaisiens auront à déplorer la saccage du centre-ville et les détériorations multiples effectuées par les manifestants pro-migrants et les clandestins les accompagnant ce samedi.
Non contents de taguer la statue du Général de Gaulle, ce sont près de 300 manifestants qui ont envahi la zone portuaire et pris d’assaut un ferry qui venait d’accoster. Alors que le pays est soumis à l’état d’urgence, nous nous étonnons que de tels débordements et exactions aient pu être perpétrées par des personnes bien identifiées. L’installation du camp de migrants par Madame Bouchart, maire de Calais, avec M Cazeneuve, le ministre de l’Interieur, sur la lande Jules Ferry est une erreur majeure. Les conséquences du laxisme de l’Etat et d’une politique migratoire irresponsable sont dramatiques pour le Calaisis et notre région toute entière.
Le port, poumon économique du Calaisis, est mis en danger. C’est l’avenir de la Côte d’Opale qui se décide à calais. Le chaos que Marine Le Pen et le Front national dénoncent depuis le début est bien une réalité.
Le démantèlement du camp est devenu une urgence absolue.
Le groupe Front national – Rassemblement Bleu Marine a soumis un vœu au vote de l’Assemblée ce 28 janvier pour que le Conseil régional se prononce clairement en faveur du démantèlement des camps.

Le front national et ses élus interpellent le président du Conseil régional, propriétaire du Port, pour qu’il prenne les mesures nécessaires à en assurer la sécurité.
Nous demandons:
– le démantèlement de la jungle de Calais et des camps illégaux comme celui de Grande-Synthe.
– une inversion de la politique migratoire et l’expulsion des clandestins
– la mise en place de zones humanitaires sécurisées dans les pays ou à la frontière des pays en guerre

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Migrants : tour de passe-passe entre Calais et Grande-Synthe

Communiqués

Madame Bouchart, maire de Calais et vice-présidente au Conseil régional, a annoncé dans ses vœux le démantèlement de la jungle et le déplacement de 2500 à 3000 migrants. Mais où donc Madame Bouchart souhaite-t-elle déplacer ce qu’elle considère pourtant comme une « richesse culturelle exceptionnelle pour Calais et ses habitants » ?
La réponse vient du côté de Grande-Synthe, où l’Etat a cédé aux volontés de son maire EELV, Monsieur Carême, en décidant la construction d’un camp en dur de 2500 places pour le moment, car  « À vue de nez, le terrain peut accueillir bien plus d’exilés que les 2 500 prévus. Ils seraient 6 ou 8000, qu’ils ne se marcheraient pas sur les pieds » (VDN article Alexis Constant du 13/01/2016).
Grande-Synthe est donc bien parti pour devenir le nouveau Calais avec ce tour de passe-passe entre maires sur le principe des vases communicants. Cette déclaration de Madame Bouchart vise juste à enfumer l’opinion publique, puisque le problème est déplacé un plus loin, avec toujours autant de migrants.
La voici donc la politique « ferme » des Républicains annoncée et promise par Monsieur Bertrand en matière de lutte contre l’immigration illégale : un joli coup de com’ mais dans la pratique aucune volonté de régler le problème.

Le Front National demande :
⦁ le démantèlement des camps de migrants
⦁ l’expulsion de tout étranger en situation irrégulière
⦁ la constitution de zones humanitaires sécurisées dans les pays ou à la frontière des pays d’origine afin d’accueillir ces personnes

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais

Camp de Grande-Synthe : la coûteuse démission de l’État

Communiqués

Devant l’insistance du maire de Grande-Synthe, par ailleurs président des élus hospitaliers, l’Etat a fini par céder en décidant la construction prochaine d’un nouveau camp en dur sur le même modèle que celui de Calais.

2500 migrants, estimation basse, vont donc être transférés à quelques kilomètres, toujours à Grande- Synthe, mais de l’autre côté de l’autoroute afin de soulager les riverains.

La prise en compte des nuisances subies par nos compatriotes du fait de ces camps illégaux est une avancée. Mais que ce soit à Calais ou à Grande-Synthe, l’Etat a donné raison aux élus locaux en favorisant l’implantation durable de migrants toujours plus nombreux, avec les problèmes de sécurité que cela engendre, et le coût toujours plus important supporté par les Français.

Le Front National n’est pas favorable à la construction de tels camps, véritables pompes aspirantes qui font prospérer les mafias esclavagistes et les associations faussement humanitaires sur le dos du contribuable.

Le Front National demande :

– le démantèlement des camps de migrants
–  l’expulsion de tout étranger en situation irrégulière
– la constitution de zones humanitaires sécurisées dans les pays ou à la frontière des pays d’origine afin d’accueillir ces personnes.

 

Communiqué de presse du Groupe Front National Rassemblement Bleu Marine Picardie Nord Pas-de-Calais